1934






Retour au sommaire de cette chronique



1934-1935 : Mrs Uber gagne les Internationaux
1935-1936 : Mrs Tragett, 28 ans après !
1936-1937
Au temps du jeune Pellizza
1937-1938 : le grand Ian Maconachie
1938-1939 : le B C Paris, premier champion interclubs
1939-1940 : Des "Internationaux" quand même
1940-1941: La disparition de la Fédé
1941-1942 : "Badminton de guerre"
1942-1943 : Du Bad' au Stalag XVII-A
1943-1944 : On joue au Grand Palais
1944-1945 : Un américain à Paris
1945-1946
1946-1947 : Lyon-Chavril champion par équipe
1947-1948 : La mort tragique de Georges Grémillet
1948-1949 : La première Coupe Thomas
1949-1950 : Le renouveau
1950-1951 : Naissance du Havre B. C.
1951-1952 : Coupe Thomas à Paris
1952-1953 : L'arrivée des Loisirs Coopératifs Havrais
1953-1954
1954-1955 : Madame Augry, en simple dames
1955-1956 : L'homme qui voulut une fédé ...
1956-1957 : 2ème titre pour Ghislain Vasseur
1957-1958 : ... Et de 3 pour Vasseur
1958-1959 :"Mention particulière à Mlle Causse"
1959-1960 : Badou vainqueur junior & senior
1960-1961: Badou remet ça
1961-1962 : Yves Corbel titré en double
1962-1963 : Le grand chelem d'Annie Causse
1963-1964 : Badou 1er, le début d'un règne
1964-1965 : Tous les titres seniors pour les normands !
1965-1966 : Tintin-Badou en Indonésie
1966 - 1967
1967 - 1968 : La France entre à l'EBU
1968-1969 : Un Comité Français pour le Badminton
1969-1970 : Tous les titres nationaux au HBC
1970-1971 : Et de 10 pour Christian Badou ...
1971-1972 : L'occasion ratée des J.O. de Munich
1972-1973
1973-1974
1974-1975
1975-1976 : A Barentin, le cachet de la poste fait foi
Saison 1976-1977 : et de 11 pour Viviane en simple !
1977-1978 : premier sacre pour Joël Guéguen

Retour au sommaire de cette chronique



1934 : La France, membre fondateur de lIBF

Les premiers "Championnats Internationaux de France" ont eu lieu à Dieppe, chaque année, de 1908 à 1913. Cette compétition disparut, non seulement pendant la Première Guerre Mondiale, mais encore jusqu'en 1935.

1925. Nouvelles d'Angleterre où la marque de raquette Slazengers sort son modèle "GAT". Une publicité clandestine pour G A Thomas ?

Janvier 1934. Création de la Fédération Française de Badminton. Exceptés un mois et une année on ne peut pas dire que les informations sur ce mini-évènement abondent.

Surprenante, cette place de cofondateur de l'IBF de la France ! Dans un numéro de "Badminton Gazette" de 1934, John Yeo Thomas, le pionnier dieppois écrit amèrement :

"Rien de plus n'a été fait depuis la guerre jusqu'à récemment quand deux ou trois clubs ont été formés dans les banlieues de Paris et dans certaines villes de province, mais aucune action concertée n'a été entreprise jusqu'à présent ... Il est à espérer que l'Association Française de Badminton revienne à la vie !"

8 mars 1934. A son assemblée générale annuelle, la Badminton Association of England décide d'inviter les autres fédérations de Badminton en vue de créer une fédération internationale.

5 juillet 1934. Réunion inaugurale de l'International Badminton Federation, l'IBF, créée grâce à un don de 200 livres sterling de la Badminton Association of England. Les membres cofondateurs de l'IBF sont le Canada, le Danemark, l'Angleterre, l'Irlande, les Pays-Bas, la Nouvelle-Zélande, l'Ecosse, le Pays de Galles et la France. Le président est G A Thomas, le "Hon. Treasurer" Mr D L H Mercer, le "Hon Secretary" Mr F W Hickson. Les règles sur l'amateurisme seront prises dès le 13 décembre.

L'Inde devient membre lors de la deuxième assemblée générale le 3 juillet 1935. L'Australie rejoindra l'IBF en septembre 1936, la Malaysie en novembre 1937 et les USA n'y feront leur entrée que le 20 juillet 1938.

Les Internationaux de France se joueront à Paris de 1934 à 1938, à Lyon pendant la saison 38-39, puis à Paris de 1940 à 1948 ( mais souvent ... sans internationaux). C'est pendant la période nommée "Régime de Vichy" que fut dissoute la première Fédération Française de Badminton.

Notre documentation concernant la période d'avant-guerre est très incomplète et essentiellement tirée de quelques extraits de "La Revue du Tennis et du Badminton", de revues et de livres anglais et des souvenirs de Mlle Noëlle Ailloud et de Mrs Henri Pellizza et Maurice Mathieu. Un appel est lancé à ceux qui posséderaient dans leur grenier de précieuses archives. Sans doute du côté du Racing-club de France...





1934-1935 : Mrs Uber gagne les Internationaux

1934-1935. Internationaux de France à Paris.

SH : Ralph CF Nichols
SD : Mrs H S Uber
DH : Ralph CF Nichols et G J Fish
DD : Mrs H S Uber et Miss D Doveton
DMx : R C F Nichols et Miss D Doveton

La vainqueur de simple dames, Mrs H S Uber, donnera dans les années 50, son nom à la coupe Uber, le championnat du monde par équipe féminine.

La section Badminton du Racing Club de France est créée en 1935 par messieurs René Mathieu et Pierre Gillou. On joue avenue de Versailles ainsi qu'au 70 de la rue du Ranelagh.

Maurice Mathieu, fils de René Mathieu, regrette encore le peu d'intérêt qu'a longtemps porté la fédération de tennis pour le Badminton mais rend toutefois justice à Mr Pierre Gillou, un président du tennis :

"Pierre Gillou a été capitaine de 1928 à 1930 de la fameuse équipe des "Mousquetaires" , Borotra, Brugnon, Cochet et Lacoste, qui ramena à la France la Coupe Davis entre 1927 et 1932. Il fut par la suite président du Racing et président de la fédération de tennis. C'est à ce titre qu'il fut à l'origine de la création de la Commission Centrale de Badminton qui nous apportait une certaine autonomie".




1935-1936 : Mrs Tragett, 28 ans après !

1935-1936. Internationaux de France à Paris.

SH : Ian Maconachie
SD : Mrs R J Horsley
DH : Ian Maconachie et K Smedley
DD : Mrs Tragett (ex-Miss Larminie) gagne 28 ans après ses victoires à Dieppe !
D Mx : Ian Maconachie et Mrs R J Horsley

La "Revue du Tennis et du Badminton" n140 du 15 janvier 1936 dresse un catalogue sommaire des clubs français, s'étonnant même de leur nombre :

- En région parisienne, le BCF, Badminton Club de France (président M Tanton) mais encore et déjà le Racing Club, le Badminton Club d'Ile-de-France, le Sporting Club de la Seine et même à Saint-Ouen, le BadminGton Club Audonien, le G étant bien sûr authentique ! (président M Biollay).

- Tours : un club en gestation dont le président sera le Comte de la Villesbrune, le président du Syndicat d'Initiatives de Touraine.
- Pau : le club de Mrs Albert Duprat et du tout jeune Henri Pellizza.
- Bordeaux : création prochaine d'un club sous la présidence de Mr B H Seward du Jeu de Paume.
- Reims : Mr Kriegk, promoteur du basket-ball, se prépare à créer un club.
- Albi, Brive , Limoges, Troyes, Nancy, Badminton Club Citroën de Lyon et ... Labastide-Rouairoux (Tarn).

Enfin à Rouen où ...

" Le Sporting Club possède un emplacement magnifique, les dirigeants ont, je crois, établi 2 courts de Badminton. M Pareau est un très actif propagandiste de ce sport, et s'est efforcé de faire partager sa conviction aux joueurs de sa ville. Ceux-ci ont suivi attentivement les matchs joués chez eux".

Les qualités du bon joueur de l'époque : "Du réflexe, une certaine puissance, une grande souplesse, de l'endurance et cette intelligence du jeu qui ..." . D'ailleurs les autres sports ne s'y trompent pas : "... tennismen, pongistes, escrimeurs, athlètes et même boxeurs y viennent et constatent ses effets bienfaisants ...". Les compétiteurs viennent essentiellement du Tennis et du Jeu de Paume (Sud-Ouest ?) .

L'article est signé d'un certain "Pierdoty", guillemets compris, qui poursuit sur un ton prophétique : "... Le Badminton évolouera quand les jeunes, les moins de 25 ans, les moins de 20 ans, seront venus en masse à ce sport, celui-ci aura une rapide ascension et occupera une belle place dans le monde sportif ". La technique n'est pas oubliée non plus. Mr J. Yeo-Thomas donne en janvier et février 1936, un cours sur le service qui n'a décidément rien à envier aux récents manuels de techniques d'entraînement et confie quelques "trucs" :

"... On se trahit souvent inconsciemment soi-même par le mouvements des yeux ; en regardant en l'air par exemple lorsqu'on va servir en chandelle ; et ceci est une indication précieuse pour l'adversaire ...".

Hélas, en ce qui concerne la jeunesse, la France des années trente est malthusienne et le déficit démographique dû à la Grande Guerre commence à se faire sentir.

9 mai 1936. Elections des membres du Conseil de la Fédération. Mr Ernest Féret est élu président. Mrs Bléry et René Lacoste sont vice-présidents, R Tanton trésorier et Mr Fontaine-Vive secrétaire général. Mr René Gathier est nommé délégué à la Fédération Internationale de Badminton. Les autres membres sont : Mrs Guy de Bazillac, Burdin, Tihy, Gaches et Ailloud.

Coupe d'Ile-de-France 1936 : 1/ Racing Club de France (19 victoires, 1 défaite) ; 2/ Badminton Club Ile-de-France (14v, 6 d) ; 3/ Badminton Club de France (9v, 11 d) ; 4/ Sporting Club de Seine (7v, 13 d) ; 5/ Badminton Club Audonien (1v, 19 d).

1936. Aux Jeux Olympiques de Berlin, Jesse Owens entre dans la légende sportive sous les yeux horrifiés d'un dictateur à petite moustache.





1936-1937

1936-1937. Internationaux de France à Paris.

SH : Ian Maconachie
SD : Miss F M Green
DH : Ian Maconachie et K Smedley
DD : Miss D M C Young et Miss F M Green
DMx : D E Kenyon et Miss F M Green

Tennis. Sous la plume de Paul Lacour nous apprenons que le stadiste Weiss bat Bolelli en demi-finale et Henri Pellizza en finale du Critérium. Weiss : "Son jeu, sobrement parfait, ne déchaine pas les passions de la foule qui préfère les jeux à panache". Pellizza, après sa finale perdue, pleure dans le vestiaire et jure de ne pas retoucher une raquette avant ... décembre.

C'est faux car on retrouve Henri Pellizza, une raquette de Badminton en mains cette fois, quelques semaines plus tard, les 22 et 23 février, au Championnat de France et à la Coupe de France de Badminton sur les courts du Tennis Molière. 64 engagements. Championnat de France et Coupe de France !

"... La Fédération n'a fait disputer jusqu'à présent que les championnats simple messieurs et simple dames, car simultanément se dispute la coupe de France. Cette épreuve réunit dans chaque catégorie : simple messieurs, simple dames, double messieurs, double dames et double mixte les meilleurs représentants de chaque club ...".

Henri Pellizza affronte pour la première fois les "grands" du Badminton français. Dans le championnat de France, il tombe en demi-finale contre le futur vainqueur Gilbert M Norman en trois sets (15/9-12/15-15/6). Le palois prend sa revanche en remportant la finale de la Coupe de France face à Leturcq : 15/9-15/5 ! En demi-finale, Henri Pellizza rencontrait le champion de France en titre :

"Pellizza battit A N Bloch dans la demi-finale de la Coupe de France, après une partie superbe que Bloch perdit en grand seigneur, c'est-à-dire en fournissant un badminton de grande classe, celui qui lui valut le titre de champion de France pendant plusieurs années".

On remarque encore l'importance de la colonie anglaise ou franco-anglaise de Paris. Ainsi, les frères Norman sont les enfants du président de la Chambre de Commerce Britannique de Paris. Les autres podiums sont pour Mmes ou Mlles Prudhon, Bléry, Mac Cabe, D Witt, Fontaine-Vive, Pol Langlet, Roux, Bernheim, Brun (Sporting Club de la Seine) et Yvonne Girard (B C France) et pour Mrs R D Norman, A N Bloch, Tihy, Roux et Burdin. Pellizza et son compère palois Haillet perdent le double messieurs contre A N Bloch (Racing) et G M Norman (Racing).

Mr Burdin est, à l'époque, le président du club de la Courneuve.

A Nantes, inauguration les 14 et 15 novembre 1936 d'un court dû à l'initiative du docteur Brétéché, court "remarquable par son excellent éclairage monochromatique au sodium" (sic).

Décembre 1936. Est-ce le Front Populaire, la semaine des quarante heures ou "l'effet Léo Lagrange" ? Toujours est-il que Limoges a désormais deux clubs de Badminton : le Sporting Olympique (président Mr Lavey) et le Red Star (président Mr Joubert) ! Non. Le Badminton est encore trop marginal, sportivement et socialement parlant, pour bénéficier de la politique gouvernementale en faveur du sport. Il ne serait pas étonnant cependant que quelques clubs de la "couronne parisienne" se créent à cette époque à l'occasion de la multiplication des gymnases.

Extrait du Procès-Verbal du Comité de Direction du 8 février 1937 :

Par suite de la nomination de Mr Bléry comme président de la Fédération, un poste de vice-président est à pourvoir par le Comité. A l'unanimité, Mr Ailloud, de Lyon, est nommé vice-président. Du fait de la nomination comme vice-président, un poste de membre du Comité est de même à pourvoir : à l'unanimité, Mr René Mathieu est élu ...

Il est aussi décidé de faire un dernier appel aux clubs n'ayant pas encore adressé le montant de leur affiliation.

Le numéro 154 d'avril 1937 est consacré au Championnat de France disputé au Tennis Molière. Charles Maillot (Lyon) bat Roux (Lyon) , match gagné en trois sets (17/15 au troisième !). Chez les dames, Mme Prudhon "exécute", 0 et 2, la lyonnaise Mlle Cortial. Le double hommes revient aux lyonnais Roux et Chanel contre Laborderie et Brisset de Limoges, le double dames à Mmes Prudhon et Bléry contre Mlles Yvonne et Madeleine Girard. Le mixte est pour l'équipe lyonnaise Mlle Cortial et Mr Roux.

Grosse pression lyonnaise donc. L'explication de l'implantation du Badminton à Lyon nous a été donnée par Mlle Noëlle Ailloud, la nièce de Charles Maillot, qui a recueilli pour nous les souvenirs de son oncle au début de l'année 1998 :

"[...] Ce sport, dans notre ville, est une histoire de famille, et je ne crois pas me tromper en vous disant que ce sont les Maillot qui en ont été à l'origine. Charles Maillot (né en 1910), de par son appartenance à Babolat-Maillot-Witt a fait un séjour en Angleterre dans les années 1928-1930, auprès de correspondants de cette société pour les cordages. Il a été séduit par le Badminton qu'il voyait jouer pour la première fois là-bas et a demandé à pouvoir ramener à Lyon deux raquettes et quelques volants. Dès son retour, il s'est essayé "sous les tilleuls du jardin" de l'usine de mes grands-parents, avec quelque frère ou soeur, à taper sur les volants [...]".

Evidemment les courants d'air gênent le jeu, aussi le père de Noëlle Ailloud leur propose-t-il de venir jouer dans le garage Citroën familial qui est suffisamment haut de plafond. Bientôt des amis se joignent à eux : Roux, Deshayes, Chanel, Prudhon ... Histoire de copains, histoire de famille, Noëlle Ailloud poursuit :

"[...] Un autre de mes oncles, Georges Maillot, qui travaillait à Paris dans le cadre de la boyauderie, a essayé de monter un club à Saint-Ouen [...]. A Lyon, le club a été transféré à Villeurbanne, mais peu de temps, pour déménager ensuite au Chavril, chez Mr Grémillet, à Sainte-Foy-lès-Lyon [...]".

Dans ce même numéro de "La revue du Tennis et du Badminton" un très court entrefilet :

Sir George Thomas a mis sur pied le principe d'une compétition
dans le genre de la Coupe Davis qui sera soumise au congrès de juin.

Divers évènements, dont la Deuxième Guerre Mondiale, retarderont la mise en oeuvre de cette compétition qui ne verra le jour qu'au cours de la saison 1948-1949.

Tours : le club est toujours en gestation ! La propagande est d'ailleurs à l'ordre du jour. Propagande ! Aujourd'hui on dirait "Développement et Promotion ". Les mots changent ou se dévaluent, le discours, non.

"Revue du Tennis et du Badminton" de novembre 1937. Tournoi "Internationaux de France" les 3 et 4 avril 1937 dans le cadre de l'ouverture de l'Exposition internationale de 1937 au "Palais Sportif de la Porte de Saint-Cloud" inauguré pour la circonstance. Présence de Mme Léo Lagrange et succès populaire car ...

" ... Plus de 4000 personnes prodiguèrent, pendant 48 heures, leurs encouragements et leurs applaudissements ...".

 

Victoire sans surprise chez les dames de l'anglaise Miss F M Green face à sa compatriote Miss K Ruston et de l'irlandais Ian Maconachie, par ailleurs également vainqueur du mixte du "ALL ENGLAND" de cette même année. Ian Maconachie qui déclare le plus sérieusement du monde que :

" [...] Si nos progrès devaient persister, dans deux ou trois ans le voyage de Paris ne serait plus pour les Insulaires, une promenade de santé [...]".

Donc nos constants progrès ne datent pas d'hier. On notera encore que le joueur dénommé Rambert s'est fait scratché pour "retard très important" par le juge-arbitre Mr Larcade !

De nouveaux clubs sont créés dans le nord à Valenciennes, Bruay et Roubaix-Tourcoing (le club "L'Excelsior").

La Fédération Française de Badminton a son siège social au 41 rue Boissy d'Anglas, Paris. Téléphone : Anjou 06-85.

1937. Tennis. A Wimbledon Yvon Petra est finaliste en mixte associé à Mme Simonne Mathieu ("la plus grande joueuse française depuis Suzanne Lenglen"), épouse de Mr René Mathieu.




Au temps du jeune Pellizza

Henri Pellizza est le joueur français n1 de cette époque. Il est né le 21 mars 1920 à Pau où son père était médecin. Il a accepté pour nous de fouiller dans ses souvenirs :

"[...] J'ai commencé le Badminton à treize ans parce que au Tennis-Club de Pau il y avait un jeu de paume, très fréquenté par les anglais après la guerre 14-18, mais en perte de vitesse vers 1930 et donc inutilisé. Il n'y avait pas la place d'y installer un tennis couvert car il n'y aurait pas eu assez de recul. Un membre du club, monsieur Duprat, eut l'idée d'apporter les règles et le matériel pour créer un groupe de trente joueurs environ et, en hiver seulement, nous jouions beaucoup au Badminton.

En 1935 le club reçoit une lettre de la Fédération nous disant qu'ils savaient que nous achetions du matériel. "Ils" nous proposent, faisant une tournée de propagande à Bordeaux et Toulouse de faire un crochet par Pau pour nous faire une exhibition, ou, si nous préférions, jouer contre eux. Nous avons retenu la deuxième proposition et nos six joueurs ont "fichu" la pile aux parisiens. Jouant en dernier contre le champion en titre Bloch, je lui ai mis 15/0-15/0. Bref, ils sont restés deux ou trois jours avec nous !

Quand je pouvais je faisais le plus de championnats possibles, mais il n'y en avait pas beaucoup. Je n'ai jamais perdu en championnat contre un français quand j'ai arrêté les simples, en 1953, à 33 ans, en gagnant le championnat de France en finale contre Cotte en 3 sets. [...]

A cette époque les principaux clubs étaient Paris, le Havre et Lyon avec quelques centres comme Pau, en Touraine ou autres pas toujours bien connus. Les joueurs étaient Marret, Baudouin, Mathieu, Le Renard. [...] Il y avait peu de gymnases et pas de public, si ce n'est les parents et amis. Les compétitions étaient souvent patronnées par Babolat et Maillot qui fabricaient les raquettes et les cordes, et par monsieur Gathier, un dirigeant britannique qui était représentant des volants RSL. [...] En hiver, pendant trois mois nous jouions trois ou quatre fois par semaine, les raquettes étaient en bois. [...]

J'ai croisé de grands champions comme Maconachie qui m'a "fichu" de belles raclées dont je me souviens, des suédois, des danois, des malais, etc.

J'ai été Trésorier de la Commission Centrale de Badminton, rattachée à la Fédération Française de Lawn-Tennis après la guerre et encore en 1978 lors de la re-création de la FFBA [...]."

Cette fameuse tournée du Badminton Club de France, de Paris, avait déjà vu se réveler à Tours, le fils du président, le jeune Christian de la Villesbrune "un espoir très sérieux".

Monsieur Henri Pellizza oublie de signaler qu'il a encore été sacré champion de France lors de la saison 1958/1959 en double hommes avec Maurice Mathieu, qu'il fut un grand champion de tennis et qu'il est encore membre d'honneur de la Fédération en décembre 1998.

Les propos de Henri Pellizza au sujet de "l'humiliation" infligée aux joueurs parisiens en tournée sont confirmés par la "Revue du Tennis et du Badminton" de février 1936 :

"[...] A Pau, les joueurs parisiens eurent encore une autre surprise. Le Jeu de Paume, sous l'heureuse impulsion de monsieur Duprat, pratique aussi le Badminton. Ce club possède une équipe redoutable, ignorante de sa valeur, et qui fit bien mordre la poussière à l'équipe parisienne. Henri Pellizza se montra un joueur de tout premier ordre et qui peut être placé parmi les meilleurs joueurs français. Il sera intéressant de le voir prendre part aux prochaines épreuves internationales [...]".

Pau, occupé par les troupes anglaises de Wellington, dès la déconfiture des troupes napoléoniennes lors de la guerre d'Espagne vers 1810, a été colonisé, pacifiquement cette fois, par les anglais : son climat, son thermalisme ... et son golf ! Une "filière anglaise" existe-t-elle dans les Basses-Pyrénées d'alors (et Biarritz) par-delà le XIXème siècle entre la paume et le tennis (Jean Borotra "le basque volant") mais aussi le Badminton ?




1937-1938 : le grand Ian Maconachie

Championnats "internationaux" de France à Paris.

SH : Ian Maconachie (Irlande)
SD : Miss D M C Youg
DH : Ian Maconachie et K Smedley
DD : Miss D M C Young et Miss F M Green
DMx : Ian Maconachie et Miss F M Green

Le 7 juillet 1938 on porte en terre Suzanne Lenglen, la plus grande championne de tennis de tous les temps. Championne de France à 14 ans, du monde à 15. 10 fois championne du monde, 3 fois championne olympique. En 13 années elle ne fut battue qu'une fois (en 1921, Mrs Mallory des USA). Elle "smashait comme un homme de première série. Comme un homme ! mais conservant toujours sa féminité et sa gaieté" !




1938-1939 : le B C Paris, premier champion interclubs

Le 11 mars, Sir George Thomas propose de créer un trophée pour une compétition internationale par équipe organisé par l'IBF. Un comité est désigné pour étudier un réglement.

Le Badminton Club de Paris remporte le championnat de France par équipe masculine. Pour les dames ce sera dans quelques années.

L'appellation "Championnat de France" se confond à cette époque avec les "Internationaux" de France, un peu sur le modèle du Tennis.

Les championnats "Internationaux" de France se déroulent à Lyon. Sur un terrain de Tennis on a tracé trois courts de Badminton. John Yeo-Thomas, secrétaire international de la Fédération Française a fait les choses en grand. Les internationaux viennent de Suisse, de Grande-Bretagne, du Danemark et de Malacca. Le néerlandais Woltmann a fait le voyage à moto ! Un ministre, Mr Jules Julien, est présent, accompagné de quelques consuls des pays représentés.

René Mathieu est le nouveau président de la Fédération Française de Badminton. Les juges-arbitres sont Charles Aubert , assisté de Jack Little. Devant cette formidable coalition, les petits français ne font pas le poids. Georges Grémillet, régional de l'étape si l'on peut dire, est sorti par Woltmann. Seul Henri Pellizza tire son épingle du jeu en gagnant un match contre un anglais " [ ... ] qu'il faillit perdre par manque ... de souffle". L'article (mai 1939, n179), signé G du Vidourle se poursuit ainsi :

"[...] Il faudrait que notre "n1" comprenne l'importance pour lui de suivre un entraînement suivi avant les grandes épreuves, et si nous l'envoyons aux Championnats de Grande-Bretagne l'an prochain, il faudra qu'il consacre à sa forme un temps assez grand...]...[ ... il faut travailler encore et suivre les conseils des anciens dont A N Bloch qui est toujours disposé à faire profiter ses camarades de ses connaissances et "ficelles" du jeu [...]".

Samuel, "le Fakir" gagne le simple hommes contre C C Ricketts. Chez les dames, Miss F M Green l'emporte face à Miss F Mercer 0 et 5. Dans le double hommes, la paire A S Samuel-C C Rickett l'emporte difficilement sur la paire Bertwistle-Brayshay 16/17-15/10-18/16 ! Le double dames est remporté par Miss F M Green et Mrs Davidson qui battent Miss Simpson et miss Mercer. Le mixte revient à C C Ricketts et Miss F M Green.

Mais qui est ce G du Vidourle ? Ou encore comment faire croire que l'on est beaucoup quand on est tout seul ? René Mathieu possède une maison dans le Gard et, au moins, deux pseudonymes : Gaëtan du Vidourle (petite rivière gardoise) et Crosgard ("Cros-Gard"). Ainsi, il peut se permettre quelques conseils et quelques coups de griffes, de manière presque ... anonyme.

Mai 1939. Parution du n179 (dernier numéro ?) de la "Revue du Tennis et du Badminton" dont les gérants furent L Brulliard, A Quiry, puis René Mathieu vers décembre 1936.

En juin 1939 parait le premier numéro de "Smash", "Revue pour la vulgarisation du Lawn-tennis et du Badminton en France", direction P R Waltz et René Mathieu dans lequel René Mathieu, président de la Fédération Française de Badminton, revient sur les internationaux de France et trace un rapide état des lieux du Badminton en France. Bilan et perspectives :

" [...] La Fédération française groupe déjà une vingtaine de clubs et représente un effectif d'environ 2000 joueurs [...]. Il est d'ailleurs à souhaiter que l'an prochain la Fédération puisse envoyer Henri Pellizza à Londres pour le championnat de Grande-Bretagne.

Il y aura d'ailleurs, en 1940, une coupe qui se disputera selon la formule de la coupe Davis. Ce sera la coupe Thomas [...].

Et de donner une longue liste des meilleurs joueurs français : Henri Pellizza, André N Bloch, R Delubac, Leclerc, Charles Maillot, Georges Grémillet, de la Borderie, Michel Marret, Pascal Merlin, Robinson, Jean Lesueur (né à Dieppe le 24 juin 1910, participe à la Coupe Davis 1938 en double), E Ader, Dubois chez les messieurs et, chez les dames, mesdames ou mesdemoiselles Girard, Tenassin, Bertrand, Cortial, Bléry, Prudhon, Simonne Mathieu et M Halff ...

Pellizza (Pierre), né le 10 juillet 1917 à Lourdes, le frère ainé de Henri, devient champion de France 1939 de tennis sur courts couverts en battant notamment Jean Borotra. Habitué de la Coupe Davis avant et après la guerre, Pierre Pellizza passera professionnel en 1948 et partira exercer aux Etats-Unis.

A l'autre bout du monde, en Amérique du Nord, le californien de Pasadena David Freman commence une longue série de victoires qui ne se terminera qu'en 1950. Certains le considèrent comme "le plus grand joueur de badminton de l'histoire ...".

Les stars d'Hollywood de l'époque, c'est du moins ce qu'affirme le "Washington Post", jouent au Badminton : James Cagney ("L'ennemi public"), Bette Davis ("L'insoumise"), Boris Karloff ("Frankenstein"), Ginger Rogers ("Chercheuses d'or"), Dick Powell, Joan Crawford ("L'ensorceleuse"), Douglas Fairbanks ("Robin des bois") ...




1939-1940 : Des "Internationaux" quand même


1940 ! Dans son "Encyclopaedia of Badminton" Pat Davis, l'historien anglais, précise que René Gathier, directeur de RSL, eut beaucoup de mal mais qu'il parvint à faire se disputer les Internationaux de France en 1940, pendant ce qu'il appelle "the phoney war", notre "guerre des ondes".

Extraits du numéro 4 de "Smash" de mars et avril 1940 :

"Malgré le départ aux Armées de la majorité des membres de son Conseil, la Fédération française de Badminton a continué son activité. Le B C de Paris et le B C de France étant réquisitionnés ou fermés, c'est au Tennis Monceau que les joueurs de ces deux clubs se sont réunis [...] . Le B C Audonien dont les courts servirent de dortoirs aux pompiers de Saint-Ouen, fut rendu au sport au début de l'année et Pol Langlet, Massebeuf, Delubac, reprirent l'entraînement. Le B C Lyon a repris aussi [...]. La date des Championnats internationaux de France sera respectée. Ils se disputeront les 6 et 7 avril au Tennis Monceau ou au Stade de Coubertin, selon la qualité de la participation. On compte beaucoup sur les Britanniques et les Canadiens".

Dans le "Badminton Magazine" n1 de mars 1989, Henri Pellizza raconte ces "Internationaux" un peu avancés par la force des choses :

"La compétition avait lieu aux tennis couverts du club de Banville, dans le 17ème arrondissement de Paris. Comme étrangers, il y avait surtout des anglais. En finale, j'ai battu l'un d'eux, le grand Ian Maconachie, à l'issue de deux sets difficiles".

1939-1940. Internationaux de France. Championnat de France.

SH : Henri Pellizza
SD : Mlle Yvonne Girard
DH : Henri Pellizza et René Gathier
DD : Mlles Yvonne et Madeleine Girard
DMx : Henri Pellizza et Madeleine Girard

Toujours dans le n4 de "Smash" on apprend qu'un "match intéressant s'est disputé les 9 et 10 mars aux Petites-Dalles". Les Petites-Dalles sont une charmante station balnéaire, située sur la commune de Saint-Martin aux Buneaux, entre Saint-Valéry en Caux et Fécamp sur la côte cauchoise. " Le club normand composé de joueurs de tennis sera une grande pépinière de jeunes. Son président, Henri Gibon, montre l'exemple entouré de sa famille". Quelques matchs très amicaux ont lieu : le jeune Jacques Gibon bat notamment Madeleine Girard. Bref le B C Dallais bat le B C Monceau par 7 à 3 !

Mr Robert Badou, père de Christian Badou et lui-même grand sportif confirme cette création de club et précise encore :

"[...] C'est bien aux Petites-Dalles que ce sport a pris son essor. [...] ce coin [...] ne pouvait attirer que des notables et aussi des anglais. En 1939-1940 Knight et Henri Gibon lancèrent un club de Badminton, sans doute pour suppléer au tennis [...]".

Peut-être ce Mr Knight est-il le même que celui qui assista ("Revue du Tennis et du Badminton" n161) au tournoi de Badminton de l'Exposition Universelle de 1937.

Le championnat de France interclubs par équipe masculine est remporté par le BCF : Badminton Club de France.

Le Conseil de la FFB se réunit le 18 mars 1940 en présence de René Mathieu, président, Yvonne Girard, secrétaire générale adjointe et Pol Langlet, trésorier général. Le projet de budget présenté par René Mathieu est adopté. Le président se chargera de demander au Ministère de l'Education Nationale une subvention destinée à l'organisation des Internationaux de France. Il est décidé d'organiser en même temps que les internationaux un championnat de France juniors. Le Badminton Club Dallais est considéré comme affilié et son président Henri Gibon est nommé membre du Conseil de la FFB.

Que deviennent les joueurs de Badminton sous les drapeaux ? André Bleu, le secrétaire général est lieutenant du train. Pierre Tihy est lieutenant aviateur et Victor sergent-aviateur. La fédération a reçu également des nouvelles du sapeur Charles Maillot. Certains sont retournés dans leur pays d'origine, ainsi Wills et Muller-Nielsen au Danemark ou encore Donald Little en Angleterre.

Mars-avril 1940. Sortie du n4 de "Smash". Le dernier avant 15 mois.

Tout est calme, ou presque. Mais bientôt, en mai, l'Histoire reprend ses droits.

"Huit mois de belote dans la ligne Maginot, trois semaines de course à pieds en France" : voilà le programme de l'armée française avant l'armistice de juin 1940. Bientôt un régime nouveau s'installe appelé "Vichy" avec à sa tête un vieux maréchal, héros d'une autre guerre, Philippe Pétain.

Le 3 juillet 1940, au cours de la 7ème assemblée générale annuelle de l'IBF, Sir George Thomas, Bart, présente officiellement la Coupe Thomas dont le nom exact est d'ailleurs "The International Badminton Championship Challenge Cup". Elle est argentée, a été fabriquée à Londres en 1939 et mesure 28 pieds de haut sur 16 pieds de large avec les poignées. Le Comité exécutif de l'IBF reçoit les pouvoirs d'urgence pour toute la durée de la guerre.

Le Ministre de la Jeunesse supprime le sport professionnel le 14 juillet 1940. Jean Borotra, le basque bondissant des célèbres mousquetaires, est nommé commissaire général de l'éducation physique et des sports.




1940-1941: La disparition de la Fédé

La résurrection morale promise à la France est inséparable d'une remise en forme physique selon la formule "Être fort pour mieux servir" ou encore "être fort pour être utile". Avec la méthode "Hébert" les petits écoliers français apprennent à courir, sauter et grimper. Georges Hébert (1875-1957), officier de marine, dénonce les dérives du sport, entendez par là la compétition, trop spécialisé à son goût et donc inutile moralement et physiquement qui ne peut aboutir qu'au spectacle et au professionnalisme.

Le Commandant des Forces Militaires en France a autorisé les Associations sportives à exercer leurs activités par une lettre du 22 mars 1941, dont ci-dessous copie :

"Je lève par les présentes l'opposition que j'avais formée par ma note du 2 janvier 1941 contre le projet de loi relatif à l'organisation sportive.
[...] 2 Les réunions ne sont permises que pour autant qu'elles sont nécessaires en vue de la réalisation des buts de l'Association.
3 Les cortèges sont interdits.
4 Le port d'une marque distinctive spéciale à l'Association reste interdit [...].
5 Le pavoisement reste interdit.
6 Toute formation dans le cadre des camps est interdite.
7 Toute formation militaire est prohibée".

René Lacoste, autre mousquetaire mais en plus "crocodile", devient président de la Fédération de tennis à la place de Mr Pierre Gillou le 1er juillet 1941.

La vie des "happy few" du tennis ne semble pas trop marquée par les débuts de la guerre et les tournois, très mondains, continuent. A peine s'inquiètera-ton dans quelques temps de la pénurie de balles (gomme et drap) et de boyau. On s'inquiète très sérieusement "Y aura-t-il des tickets de rationnement pour les balles. Heureusement, "Système D", grâce au procédé de V Choubersky on peut regonfler les balles.

Dans la catégorie "ersatz", apparition d'un nouveau jeu : le Ping-Ball qui se joue avec une raquette à laquelle est fixée un filet à une de ses faces. Le terrain mesure 10m sur 4,30m et le filet est à 0,70m. La FFPB, Fédération Française de Ping-Ball a son siège 42 rue Dautencourt, Paris 17ème.

Pour le Badminton c'est une période noire qui commence. La Fédération est dissoute en 1941 et rattachée à la Fédération de Tennis. "L'exil à Babylone" va durer jusqu'en 1979 ! Fort curieusement la revue "Smash" n 5 de juillet 1941 ne fait aucunement mention du badminton dans cette réorganisation.

" Le passage du flambeau

Dès la reprise de l'activité de la FFLT en septembre dernier [septembre 1940], le Président Pierre Gillou, joignant le geste à la parole, remit sa démission entre les mains du Commissaire général. Or ce ministre se trouvait être son successeur éventuel. Devant la persistance du Racingmen qui ne voulait pas être traité de "dirigeant fossile", comme il y en a tant, M Jean Borotra fit appel à un autre membre de l'Equipe de France victorieuse. Cest donc René Lacoste qui prendra à la fin de ce mois la succession [...]".


Seul Gaëtan du Vidourle (alias René Mathieu, président de la Fédération Française quand même) passe l'article suivant de manière très elliptique :

"Surpris de ne pas trouver la Fédération Française de Badminton sur les listes du Comité National des Sports, nous avons eu la curiosité de faire une petite enquête.

En effet, le jeu de Volant, ce sport si français qui connut une certaine vogue à une époque où les Exercices Physiques n'étaient point organisés, fut transformé, réglementé et baptisé du nom de Badminton.

Les premiers championnats de France furent disputés à Dieppe [...].

Le trésorier de cette Fédération, M Pol Langlet, auquel nous nous sommes adressés, nous accueillit le plus aimablement entouré de sa charmante femme et sa fillette : " Smash, soyez le bienvenu [...]. En 1939 [...] Nous avions demandé notre affiliation à cette époque, mais il nous fut répondu que la C N S ne prenait plus de nouvelle fédération ... que nous pourrions ... [...]. En 1940 [...] Enfin au mois de septembre, nous nous sommes regroupés et notre Président remit au Commissariat général un rapport détaillé, d'un nombre respectable de pages, puis nous avons demandé à nouveau notre affiliation qui ne pourra être envisagée que lorsque le règlement d'Administration publique sera paru" [...].

Dissolution, pourquoi ? Différentes thèses s'affrontent. La plus communément entendue, celle d'André Guillier du moins, est celle du regroupement des petites fédérations sous l'égide des plus importantes, décision prise par un certain colonel Pascot. Yves Corbel émet, sous toute réserve, une hypothèse qui rejoint la première : "Je crois que la première fédération a été dissoute par le tennis. Les joueurs d'avant-guerre jouaient au tennis et ont laissé tomber le Badminton. Elle a donc été absorbée par la fédération de tennis. Henri Pellizza est peut-être au courant de cet épisode de la première fédération".

Raymond Hermier, co-refondateur de la fédé en 1979, a une autre explication. Il nous a confié :

"Des gens du tennis nous ont dit, à l'époque de la refondation de la fédération de Badminton, que l'on allait recommencer comme autrefois à dépenser l'argent en emmenant en compétition cinq accompagnateurs pour deux joueurs ! C'est pour cela, paraît-il, que nous avions été mis sous la tutelle du tennis.

Troisième hypothèse : le Badminton est un jeu d'origine éminemment anglaise, origine peu pour plaire à l'occupant et au nouveau régime en place en France. Mais alors d'autres sports, presque tous d'ailleurs, auraient donc dû disparaître dans la tourmente ! Quoi qu'il en soit une fédération française de handball, sport décidément plus germanique, est créée en juillet 1941.

Question subsidiaire : "Qu'est devenue Mme Simonne Mathieu ?". Réponse : Mme Mathieu est à Londres et travaille pour le général de Gaulle et la Résistance dès le 18 juin 1940.

Sans apporter de réponse définitive à notre question, Mr Jean Durry, directeur du Musée National du Sport, rattaché au Ministère de la Jeunesse et des Sports, apporte un éclairage fort intéressant :

"Le colonel Joseph Pascot, ancien joueur de rugby et champion de France avec Perpignan, fut sous l'Occupation le second "Commisaire Général au sport", succédant à Jean Borotra. Je n'ai aucune indication précise sur les faits que vous évoquez, mais il était tout-à-fait dans la logique étroite et dirigiste de Pascot, lequel souhaita indiscutablement dans le douloureux contexte de Vichy "mettre au pas" le monde du sport, "d'inciter" à des regroupements de ce type".

Monsieur Claude Lefèvre, ancien président de la commission centrale et ancien président de la "nouvelle" Fédération nous donne cet avis très autorisé :

"La FFB a été dissoute en 1941 dans le cadre d'un regroupement des disciplines sportives, en l'occurence, celle des sports de raquette".

Enfin, une réponse de "première main" à cette énigme nous a été apporté par Mr Maurice Mathieu, le fils de René Mathieu, le président de la fédération de cette époque :

"La fédération a été dissoute et placée sous l'égide du tennis, tout comme le jeu de paume et le tennis de table. La fédération de Badminton n'était pas, ou trop peu structurée. De plus, les pratiquants, essentiellement des joueurs de tennis, ne se licenciaient pas en assez grand nombre".

Michel Marret, entré au Racing en 1935 à 26 ans, est champion de France en simple et double messieurs en 1941, champion en double et mixte en 1942 et 1943 et encore en double messieurs en 1945.

Le Badminton Club de France remporte à nouveau le championnat de France par équipes. Toujours exclusivement masculines.

Classement des joueurs de Bad' de la "Zone Occupée".

Messieurs : 1/ R Delubac (Badminton Club Audonien) ; 2/ H Massebeuf (BCA) ; 3/ M Autret (BC France) ; 4/ Buzin (BCA) ; 5/ Pol Langlet (BCA) ; 6/ Georges Maillot (BC Paris) ; 7/ Brun (BC France), Michel Marret (BC Paris), Bériou (BC Ile de France), Henri Gibon (Le Havre).

Dames : 1/ Mlle Girard (BCF) ; 2/ Mlle Madeleine Girard (BCF) ; 3/ Mme Pol Langlet (BCA) ; Mme R Delubac (BCA) ; 5/ Mme H Massebeuf (BCA).




1941-1942 : "Badminton de guerre"

"Smash" n6 août-septembre 1941. A Paris, ouverture officielle de la saison de Badminton le 14 septembre 1941. Les Badminton Club de Paris et Badminton Club de France joueront à partir de cette date au tennis Molière, rue de Ranelagh. Les joueurs de tennis (pénurie de balles oblige) affluent parait-il au Badminton "pour perfectionner le jeu de volée". "La FF de Badminton s'est assurée la quantité nécessaire de volants pour 1941-1942".

Sage précaution par ces temps de manque. Mais où ? Et Comment ? En France ?

En zone "Nono" Henri Pellizza continue le tennis avec une grande marge de progression (Smash n7).

21 décembre. Championnat de France. Ceux de l'année 1941 disputés au Tennis Molière. Un peu en retard et sans les joueurs de zone "Nono", Pellizza et Grémillet.

SH : Michel Marret bat le débutant Guy Baudoin.
SD : Mlle Yvonne Girard gagne contre sa soeur Madeleine, essoufflée.
DH : Michel Marret et René Mathieu battent les frères Yves et Guy Baudoin
DD : Mlles Yvonne et Madeleine Girard
DMx : Michel Marret et Madeleine Girard gagnent contre Yvonne Girard et Autret.

Bertrand Le Besnerais et Claudine Boudard sont champions de France juniors.

Début 1942. Mariage de Henri Pellizza avec (la paloise) Simone.

La vie continue malgré l'occupation allemande. En zone Sud, non occupée, Mr Deshayes remonte le club de Lyon de Georges Grémillet, le professeur Henrion, à Marseille, a installé 2 courts au Pharo. A Nice, il est question d'installer un court au Parc Impérial. A Limoges, Mr Bonafy rejoue régulièrement, de même que Mr Gardien à Autun. Et encore à Toulouse, Pau, Bagnères-de-Bigorre.

Microcosme badmintonien (et tennistique) : Smash publie les annonces de mariages (Claude Le Besnerais) et les avis de décès. A Paris, tout le monde se connait.

Le Racing Club de France, le fameux Racing, est champion de France par équipe chez les messieurs avec G et Yves Baudoin, Michel Marret et René Mathieu et chez les dames, dont c'est la première participation dans cette compétition, avec Yvonne et Madeleine Girard.

Arrivée d'un nouveau jeu, le volant-Tennis. Les règles du jeu sont celles du Tennis, toutefois (comme dit la publicité) le service se fait en frappant le volant de bas en haut en dessous du niveau de la ceinture et le jeu se pratique uniquement de volée. Sport de plein air !

15 mars 1942. Championnat de France seniors et juniors. Version 1942.

SH : Yves Baudoin
SD : Mlle Yvonne Girard
DH : Michel Marret et René Mathieu
DD : Mlles Yvonne et Madeleine Girard
DMx : Yves Baudoin ( ou Michel Marret ?) et Madeleine Girard




1942-1943 : Du Bad' au Stalag XVII-A

"Smash" n12 de janvier-février 1943. René Mathieu (sous le pseudo de Crosgard) y va fort ou obéit aux consignes ? Sa femme Simonne est à Londres, n'oublions pas. Concluant une série d'articles sur le Badminton ("Pas un jeu de fillettes") il termine, régime Vichy pur sucre :

"[...] Pour conclure, nous pouvons affirmer que si le Badminton n'a pas en France la vogue qu'il devrait avoir, c'est que le français avait perdu l'habitude de souffrir, de lutter et que jusqu'à présent, c'était un sport réservé à une élite".

Toujours dans "Smash" n12 :

Le Badminton au Stalag XVII A

Grâce à la fédération qui a bien voulu leur faire adresser le matériel nécessaire, les joueurs de Badminton du Stalag XVII A ont pu reprendre, à leur grande joie, la pratique d'un sport qui leur est cher. De nombreux novices sont initiés chaque soir sur le court du Camp aménagé avec les moyens du bord. En prélude au tournoi de la Fédération qui sera organisé au cours du mois d'octobre, s'est disputé en septembre le championnat du Stalag dont voici les résultats :

Demi-finale : Lucien Arnaud bat Jean Diwo - 15/12-5/15-15/8
Finale : Brouet bat Arnaud - 15/12-11/15-18/16.


Carnet rose : "Henri et Simone Pellizza sont les heureux père et mère de Jacques Pellizza, futur champion".

Zone sud. Une rencontre de Bad' est conclue entre le Tennis-Club de Lyon (avec Jérome Mital, E Robin et Charles Maillot) et le Chavril de Georges Grémillet et Rioux. Ile-de-France : le Badminton Club d'Ile-de-France vient de reprendre à la Courneuve avec Mmes Bléry et Proudhon.

Point de contestation ("Smash" n13) : "Si le servant en voulant effectuer le service manque le volant, cela n'est pas considéré comme une faute ; mais si le volant est touché, aussi légèrement que ce soit, par la raquette, le service est considéré comme étant commencé et les règles sont appliquées".

3 et 4 avril 1943. Championnat "internationaux" de France à Paris, rue Saussure.

SH : Henri Pellizza bat Yves Baudoin 17/14-15/3
SD : Mlle Yvonne Girard bat Madeleine Girard 12/9-11/7
DH : Michel Marret et Henri Pellizza battent Yves et Guy Baudoin
DD : Mlles Yvonne et Madeleine Girard
DMx : Michel Marret et Madeleine Girard battent Yvonne Girard et Yves baudoin 15/12-10/15-15/6. Le couple Pellizza est demi-finaliste.

Bertrand Le Besnerais est à nouveau champion de France juniors et Prudhon champion de France cadets.

Le Racing est à nouveau, et avec les mêmes joueurs, champion de France par équipe (masculine ET féminine).

Ian Maconachie tient, en 1984, une rubrique sur l'histoire du volant dans la revue "Badminton Now". Il raconte que les manufacturiers improvisèrent pendant la guerre des volants en "chicken feathers" ... plumes de poules ! Et encore que par mesure d'économie le nombre de plumes fut ramené de 16 à 14.




1943-1944 : On joue au Grand Palais

Janvier 1944. René Lacoste "l'aligator" démissionne de la FFLT. Le colonel Pascot le remplace par Raymond Rödel.

"Smash" n 15, janvier 1944. Grâce au Centre d'Initiatives Sociales le Badminton vient de trouver asile sur 4 courts au Grand Palais (accès Porte J). Gérard de la Villesbrune rejoint le Racing.

Championnats "Internationaux" de France à Paris au Grand Palais et devant 1000 spectateurs

SH : Henri Pellizza (Marseille)
SD : Mlle Yvonne Girard
DH : Michel Marret et Henri Pellizza
DD : Mlles Yvonne et Madeleine Girard
DMx : Henri et Simone Pellizza

Prudhon (La Courneuve) est sacré chez les juniors.

Le Racing remporte le championnat de France par équipe. Chez les messieurs on retrouve : Baudouin, Guerlet, Vanson, de la Villebrune, Delubriat, Marty, Mathieu, Tison et Marret. Chez les dames : Yvonne et Madeleine Girard, Guerlet et Carvallo.

Classement des français en fin de saison 1944 :

Messieurs : 1/ Henri Pellizza ; 2/ Yves Baudouin ; 3/ Christian de la Villesbrune ; 4/ G Baudouin ; 5/ Michel Marret ; 6/ Lopez ; 7/ Bacigalupo ; 8/ Jacques Rozier et Philippe Guerlet ; 10/ Prudhon et H Vanson ; 12/ Gérard de la Villesbrune puis R Salvet, Xavier Marty, Pavy, Gossens, Lacrouts, Gault, Gabereau ...

Dames : 1/ Mlle Yvonne Girard ; 2/ Mlle Madeleine Girard ; 3/ Mlle Claude Carvallo et A P Guerlet ; 5/ Mme Pellizza ; 6/ Mlle Andrieu ; 7/ Mlle Chevat puis Mme Bost, Mlle Bonneville, Mme Leclercq ...

C'est plus tard, dans le n16 de "Smash" (juillet 1945), que l'on apprendra officiellement à la rubrique "Echos" la nouvelle :

La Fédération Française de Badminton, qui est rattachée à la Fédération Française de Lawn-Tennis depuis le 1er août 1944, a donc pris le titre de Commission Centrale de Badminton de la FFLT. En 1908, date des premiers championnats de France, ceux-ci furent organisés par la commission centrale de l'USFSA.

Le bureau de la CC de Badminton est composé de René Mathieu, président, Jacques Malaud, secrétaire général et Pol Langlet, trésorier.

Quelques semaines plus tard Paris est libéré par le Général Leclerc.





1944-1945 : Un américain à Paris

Championnats "Internationaux" de France à Neuilly. Henri Pellizza n'a pu venir de Marseille défendre son titre et c'est un américain de Californie de l'US Navy qui gagne le simple, le double et le mixte.

SH : O H Hilton bat Christian de la Villesbrune 15/3-15/3
SD : Mlle Yvonne Girard bat Madeleine Girard 11/4-5/11-11/3
DH : O H Hilton et Jacques Rozier battent Christian de la Villesbrune et Delubac 15/12-15/8
DD : Mlles Yvonne et Madeleine Girard battent WO Mlles Bonnet (CO Courneuve) et Malderez (COC)
DMx : O H Hilton et Claude Carvallo battent Mlle Madeleine Girard et Delubac

L'équipe féminine du Racing est championne de France avec les soeurs Yvonne et Madeleine Girard et encore chez les messieurs.

Janvier 44-juillet 45. 18 mois sans "Smash" ! Inflation aussi ; le n1 en juin 1939 était de 3 F, le n16 coûte 20 F. Entre temps la France a été occupée et a été libérée :

Smash de la Victoire

Ce jour attendu est enfin arrivé et avant de tourner la page nous devons jeter un regard en arrière afin de saluer ceux qui contribuèrent [...] C'est ainsi que le Général Delmas [...] Simonne Mathieu, qui n'admettait que difficilement la défaite sur un terrain de sport, refusa de rentrer en France en juin 40 [...] Bertie Gilou, fils du président de la Fédération [...] Ceux qui [...] cherchèrent à s'engager dans la division Leclerc [...] des frères de la Villesbrune, des soeurs Carvallo [...].

On joue au Bad' à Pau (Jean Foucault) et à Cahors (inspecteur Galy).

1945. La Métro-Goldwin-Meyer sort sur les écrans un court-métrage intitulé simplement "Badminton" nommé court-métrage de l'année 45 par la Métro.




1945-1946 : Esso Sports à Gravenchon

La Deuxième Guerre Mondiale est terminée. La population a souffert et l'heure est à la reconstruction du pays. La réorganisation du sport en général et du Badminton en particulier va se faire progressivement.

Dimanche 14 octobre. A Neuilly et devant 500 spectateurs, la Sélection militaire française bat la Sélection militaire américaine 3-2. Un diner a réuni les deux équipes au Cercle du "18 juin".

John Yeo-Thomas, le pionnier dieppois du Badminton en France, décède en janvier 1946.

Mr Bernard Logeais, de Caudebec en Caux, situe en 1945 la création de la section Badminton au club Esso-Sport de Notre-Dame de Gravenchon, non loin du Havre. Section fondée par Mr Destour, ingénieur. En 1946 le premier président sera Mr Ariège. On joue dans la salle de la rue de la gare.

Mr Jean-Claude Cahagne, habitant maintenant à Nantes, parle lui, d'un Mr Aubert. Toujours selon lui, le Badminton aurait été introduit à Port-Jérome-Gravenchon par des cadres ayant suivi des stages à la maison mère de Esso aux Etats-Unis.

6 et 7 avril. Championnats "internationaux" de France, championnats de France à Paris, rue du Chemin-Vert.

SH : Henri Pellizza bat Yves Baudoin 8/15-15/3-15/7
SD : Miss Bradley (Canada) bat Yvonne Girard 11/7-11/5
DH : Michel Marret et Henri Pellizza battent Yves Baudoin et de la Villesbrune 15/5-15/6
DD : Mlles Yvonne et Madeleine Girard battent
DMx : Yves Baudouin et Yvonne Girard

Championnat de France 2ème série. Michel Le Renard (Racing) bat en finale Bacigalupo. En double messieurs les courneuviens Kalhoven et Bacigalupo battent les racingmen Roszé et Le Renard en 2 sets. "Le simple dames revint encore aux poulains de Mr Henry de la Courneuve. En effet, la finale fut disputée entre Mlle Bonnet et Mlle Malderez. Mlle Bonnet, plus agressive, prit le meilleur sur sa jeune adversaire".

Brèves des provinces. Trois mille spectateurs au Cirque de Rouen pour une exhibition de Lopez et Kalhoven. Le président Lacaze de Marseille cherche une salle. On joue à Nancy, Limoges (président Malaud), à Bagnères-de-Bigorre, à Lille, Valenciennes ... et de la "petite ceinture parisienne" : on joue à La Courneuve, à Saint-Ouen, à Bonneuil, à Saint-Maur, Le Chesnay.

Classement pour la saison 45-46.

1ère série Messieurs : 1/ Y Baudoin ; 2/ Christian de la Villesbrune ; 3/ Lopez ; 4/ Bacigalupo ; 5/ Kalhoven ; 6/ Michel Marret ; 7/ Delubac ; 8/ Rozier ; 9/ Xavier Marty ; 10/ Philippe Guerlet ; 11/ Prudhon ; 12/ G de la Villesbrune puis Blanchet, Garcia, Salvet, Pavy, Gault, Gabereau, Aubert, Nalato, Galy, Clémençon, Gérard et Lacroust. Henri Pellizza et Georges Grémillet sont NCPIP.

Dames : 1/ Yvonne Girard ; 2/ Madeleine Girard ; 3/ Claude Carvallo ; 4/ Bonnet ; 5/ Mme Maldorez ; 6/ Mlle Guerlet ; 7/ Andrieu ; 8/ Chevat ; 9/ Mme Bost ; 10/ Mlle Bonneville et Mme Leclerc.

Le Racing est à nouveau champion de France par équipe chez les messieurs et les dames. Dans "Smash" René Mathieu continue de donner des nouvelles du petit monde parisien du Racing : championnat de Paris, Tournoi de la Toussaint.

3 juillet 1946. Huitième assemblée générale annuelle de l'IBF, la première depuis 1940. "Il ne sera pas procédé au recouvrement des cotisations pour les années 42 à 45". La première coupe Thomas aura lieu au cours de la saison 1948-1949. Présence de René Mathieu et René Gathier. La fédé étant dissoute, l'IBF admet la Commission Centrale de Badminton de la FFLT. René Mathieu en profite pour subtiliser une interview de George Allan Thomas :

" Je garde un très bon souvenir du premier Championnat de France disputé, il y a près de quarante ans à Dieppe. En ce temps-là, ce jeu n'avait que peu d'adeptes sur le continent, mais les joueurs remédièrent à cela par leur grand enthousiasme. Personne n'avait encore vu un joueur de première classe. Le jeu de l'équipe anglaise, qui comprenait des étoiles de valeur comme F Chesterton, S M Massey, Miss Larminie (Mrs Tragett) et Miss Radeglia, fut pour les joueurs français une véritable révélation et ils manifestèrent chaudement leur contentement. Ceux qui se croyaient de bons joueurs jugèrent d'eux-mêmes qu'ils n'étaient que des débutants et acceptèrent cette découverte avec sérénité et s'en amusèrent beaucoup. Ils nous firent passer un agréable moment et nous reçurent avec beaucoup de cordialité. Les parties eurent lieu dans un garage appartenant à un de ces fanatiques du nom de Meyer. Quoique manquant d'expérience, plusieurs joueurs locaux firent preuve de qualités permettant tous les espoirs et, ayant pu voir comment il fallait faire pour bien jouer, ils firent de très rapides progrès au cours des saisons suivantes, jusqu'à ce que la guerre de 1914-1918 mit fin aux séries de tournois disputés à Dieppe."

Renaissance du tennis français avec la victoire d'Yvon Pétra aux Internationaux d'Angleterre à Wimbledon contre l'américain Brown.




1946-1947 : Lyon-Chavril champion par équipe

La Normandie a beaucoup souffert du deuxième conflit mondial et Le Havre plus encore. La ville, fondée sous François 1er en 1517, a été dévastée, tout comme le port, par les bombardements de 1944. Elle a été rebâtie selon les perspectives monumentales de l'architecte Auguste Perret.

François 1er, le "Roi au Volant" ! Le Badminton refleurit et bientôt Le Havre comptera 10% des licenciés français ... et sera, jusqu'à nos jours, la pépinière du Badminton français. Saga des nombreux clubs havrais ...

Ici et là le Badminton redémarre. "Smash" n22 de décembre 1946 nous apprend que, sous l'impulsion de messieurs Duprat et Jean Foucault, le Badminton reprend à Pau, à Charleville à Mézières, à Sedan et à Nantua sous l'impulsion de Jacques Rozier. On apprend encore qu'Henri Pellizza cherche une surface couverte à Marseille pour s'entraîner, que Henri Pellizza et Michel Marret ont reçu la médaille d'argent de l'Education Physique et des Sports.

Dans ce même numéro enfin :

[...] A Rouen, le professeur Langanay groupe un certain nombre de joueurs. Au Havre Henri Gibon reforme sa section [...].

Bernard Lechalupé, "mémoire accumulatrice du Badminton normand", se souvient du magasin de sports de Mr Langanay dans la rue Beauvoisine à Rouen. "Sa fille était une bonne joueuse de tennis ...".

Le Badminton continue ! Mr Robert Badou, père de Christian, raconte : "... Des joueurs de tennis du HAC, privés de leur court et de leur sport favori , changèrent de raquette, trouvèrent une salle et firent du Badminton ...". Le spectacle reprend donc en 1946 avec la section Badminton du HAC.

Reprise du Bad' à Lyon. Noëlle Ailloud rapporte que c'est Emile Maillot, qui a du débuter avec ses oncles et son père et qui a été prisonnier en Allemagne qui a fait redémarrer le "Bad" dans les années 46-47.

Les championnats de France sont prévus les 11, 12 et 13 avril, rue Eblé si les installations sont terminées, sinon rue du Chemin Vert.

Ghislain Vasseur, "l'autre monument du Badminton français des années cinquante" évoque les débuts du Badminton au Havre :

"Le Badminton a démarré au Havre en 1946 à l'initiative de Mr Henri Gibon qui fut président du HAC, le Havre Athlétic Club. Celui-ci a été avisé par Mr Knight, de descendance anglaise et habitant Le Havre, que le Badminton était très répandu outre-Manche et qu'il serait intéressant de le faire pratiquer au Havre.

C'est ainsi que quelques bons joueurs de tennis du HAC se mirent à jouer à ce sport, tels que Jacques Gibon, Charles Chassain, Jacques Brument, Max Lefeu, Monique Chassain (fille d'Henri Gibon), Annie Gibon (devenue ensuite Mme Max Lefeu). Le HAC s'entrainait dans une salle de la piscine du Havre, cours de la République. A cette époque, il n'y avait, peut-être, que trois clubs en France : le Racing Club de Paris, le HAC et un troisième dans le sud-ouest ...".

1946-1947. Championnats "internationaux" de France les 11, 12 et 13 avril. Au Racing, rue Eblé (si les installations sont terminées). Et donc joués les 18, 19 et 20 avril. Un match Paris-Londres est joué le vendredi (5-0 pour les londoniens). "[...] Si nous ne sommes pas encore au point, nous ne sommes plus ridiculisés par nos amis britanniques comme par le passé[...]".

SH : A J Hone bat Yves Baudoin en 2 sets, 17/14-15/1.
SD : Miss L Barlow
DH : S G Bell et A J Hone battent Michel Marret et Henri Pellizza 15/10-17/15
DD : Mrs F M Henderson (ex-Miss Green) et Miss L Barlow battent Yvonne et Madeleine Girard 15/5-15/4.
DMx : A J Hone et Mrs F M Henderson battent Miss L Barlow et S G Bell 15/9-15/13.

Classement des joueurs français pour 1947 :

Messieurs : 1/ Henri Pellizza (Marseille) ; 2/ Yves Baudouin (Paris) et Georges Grémillet (Lyon) ; 4/ Lopez (La Courneuve) ; 5/ Emile Maillot (Lyon) ; 6/ Bacigalupo (La Courneuve), Kalhoven (La Courneuve), Michel Le Renard (Paris), X Marty (Paris), Michel Marret (Paris), M Riou (Lyon), J Roux (Lyon). On retrouve plus loin les havrais Jacques Gibon, M Bouteleux et Ch Chassin. D'autres clubs figurent dans ce classement : Marseille (Lacaze), Bonneuil (Pavy), Bagnères-de-Bigorre (Gault et Lacrouts), La Courneuve (Clémençon et Gérard), Thonon-les-Bains (A Lafay, R Chavant, E Ostier, G Barucand) et Lyon (Paul Ailloud, J P Latour, Pierre Rey-Coquais- ...).

Dames : 1/ Mlle Madeleine Girard (Paris) et Mlle Yvonne Girard (Paris) ; 3/ Mlle Claude Carvallo (Paris) ; 4/ Mlle Bonnet (La Courneuve) ; 5/ Mlle Malderez (La Courneuve) ; 6/ Mme S Pellizza ; 7/ Mlle Deshayes (Lyon) ; 8/ Mme J Roux (Lyon) ...

Le Badminton fait son entrée dans le magazine "Ambiance" n124 du 30 avril 1947. Sous le titre "Championnat de Volant" on apprend que "moins spectaculaire que le tennis, le Badminton est beaucoup plus fatiguant". Eloge à double tranchant. Henri Pellizza apparait sur quelques photos en compagnie de quelques joueuses (Melles Girard ?).

Assemblée Générale de l'IBF à Londres en juillet avec la présence de René Gathier et René Mathieu. L'IBF confirme : la coupe Thomas se jouera pendant la saison 1948-49.

Un peu de retard sur le calendrier. Pour l'année 1946-1947, c'est Lyon-Chavril qui est champion de France par équipe les 13 et 14 novembre grâce à Georges Grémillet et Emile Maillot qui battent les parisiens du Racing Yves Baudouin et Michel Le Renard 3 à 2. Chez les dames le Racing continue sa série.

Actualités 1947. Le 15 août 1947, l'Inde de Gandhi et Nehru accède à l'indépendance dans un bain de sang.




1947-1948 : La mort tragique de Georges Grémillet

Dans la rubrique "On joue", René Mathieu annonce Nancy (président Francin), Nantua, Port-Jérome, Mulhouse (président Robert Kiehl 10 rue du Runtz).

Le Racing est champion de France chez les messieurs (Baudouin, Marret, Bouvier, Le Renard, Blanchet et Maurice Mathieu) en battant Lyon-Chavril, le Havre AC et les Petites-Dalles. Le Racing gagne encore chez les dames avec les soeurs Girard.

Métallurgie. Le sympathique arbitre qui officie au Badminton depuis de nombreuses années, Krasilnikoff, dit Caren, se voit décerner la médaille d'argent de l'Education Physique et des Sports. Le président de l'IBF George Thomas et le président du Havre AC Henri Gibon reçoivent la médaille d'or.

Le n26 de "Smash" de février 1948 rend hommage, de son vivant, à Albert Duprat, "papa Cadettou", l'inventeur des frères Pierre et Henri Pellizza.

Le n27 de "Smash" de mars-avril 1948 annonce, dans son éditorial, la disparition tragique de Georges Grémillet de Lyon-Chavril. Premier grand espoir du tennis lyonnais depuis Henri Cochet, il a été finaliste du championnat de France de tennis en 1938 et à la fin de la guerre, vers 1945, il se situe au niveau d'Yvon Pétra ! Mais Georges Grémillet joue aussi au Badminton :

" [...] Il se préparait aussi à faire honneur, sur le court de son enfance, au "Chavril", à son titre de deuxième joueur de France de Badminton, autre sport - très voisin du tennis- qui était comme son violon d'Ingres. Hélas ! Sur ce même court, un accident dont la stupidité dépasse toutes les limites du vraissemblable a mis fin brutalement à cette vie resplendissante de jeunesse et de vigueur [...]."

J Kuntz

Maurice Mathieu croit se souvenir que Georges Grémillet a chuté mortellement en tentant d'effectuer une réparation à la verrière d'un court de tennis.

Mlle Noëlle Ailloud confirme les circonstances de cette tragique disparition et évoque le club de Chavril :

" [...] Chavril est le nom d'un club de tennis situé à Sainte-Foy-les-Lyon et appartenant à Mr Grémillet qui, pendant un certain nombre d'années, a loué un espace en terre battue, couvert bien sûr, pour 2 courts de Badminton ...".

En 1999, Pierre Rey-Coquais fait appel à "de très vieux souvenirs" comme il écrit :

"[...] Le Chavril Tennis Club a été fondé après la guerre de 14 par Monsieur Aimé Grémillet, grand sportif, champion de natation et de water-polo. Ce club qui existe toujours et dont je fais toujours parti a été, grâce à Monsieur Grémillet une pépinière de jeunes joueurs. C'est sans doute l'un des premiers clubs en France qui a institué les cours collectifs [...]".

Mr Rey-Coquais évoque encore Paul Ailloud, Emile Maillot et, bien sûr, Georges Grémillet. Pierre Rey-Coquais a, à cette époque, pratiquement arrêté le Badminton pour ne faire que du tennis.

Championnats de Lyon. Henri Pellizza et Mlle J Roux sont les vainqueurs en simples. Henri Pellizza gagne encore le double avec Mr Crozet et triple la mise en gagnant le mixte avec ... madame Simone Pellizza !

Championnat "internationaux" de France, les 10 et 11 avril à Paris-Racing.

SH : Palle Granlund (Danemark) bat Bent Palling (Danemark) 15/5-15/9
SD : Mrs F M Henderson (GB) bat Miss A J Stone (GB) 11/7-12/9
DH : Niels Graeffe et Bent Palling battent Granlund et Hansen 15/7-15/12
DD : Mrs F M Henderson et Miss A J Stone battent Mlles Bonnet et Lopez 15/0-15/6

DMx : A J Hone et Mrs F M Henderson battent Miss Stone et Kirkby 15/10-15/13

Au championnat de France juniors, Paul Ailloud (Lyon) bat Maurice Mathieu (Racing) et Bouteleu (Havre AC) bat Deshayes (Lyon) en demi-finale. En finale Ailloud bat Bouteleu 15/6-15/10.

Petit résumé de René Mathieu concernant les endroits où se déroulèrent les championnats de France : " [...] A Lyon, c'était en 1939, au Tennis-Club. A Neuilly, c'était en 1945 rue Perronnet. A la Muette, c'était rue de Ranelagh, où se trouve actuellement le Stade Français. Aux Champs Elysées, c'était au Grand Palais en 1944. A Batignolles, ce fut au Racing, 154 rue Saussure. A Auteuil, c'était à Coubertin, l'année de l'inauguration, à la fin de l'exposition de 1937 et enfin à Popincourt, encore sur une surface couverte du Racing, 34 rue du Chemin-Vert, à trois cents mètres de la Bastille en 1946, 1947 et 1948. Et maintenant où se disputeront les Internationaux de 1949. Des gens avertis parlent de la rue Eblé, encore au Racing". Des gens avertis ...

30 juin 1948. 10ème assemblée générale annuelle de l'IBF au Charing Cross Hotel. Une proposition du Canada et du Danemark visant à modifier l'article 14 (h) concernant "les bois !" est rejetée : 13 pour, 8 contre ; la majorité requise des 2/3 n'étant pas atteinte d'une voix. A 10 h 45 très précise, le président Thomas procède au tirage au sort de la coupe Thomas. "La France exempte du premier tour, rencontrera le vainqueur du match Ecosse-Angleterre".

Classement des joueurs après la saison 1947-1948. Le Bad' est "très famille-enfants".

Messieurs : 1/ Henri Pellizza (Marseille) ; 2/ Yves Baudoin (Paris) ; 3/ Emile Maillot (Lyon) ; 4/ Michel Le Renard (Paris) ; 5/ Michel Marret (Paris) ; 6/ Lopez (La Courneuve) ; 7/ J Lewin (Paris) ; 8/ Jacques Gibon (Le Havre) ; 9/ Paul Ailloud (Lyon) ; 10/ Bouteleu (Le Havre) puis ... M Larcade (Paris), J Roszé (Standard), Pierre Rey-Coquais (Lyon), B Minet, Charles Chassin (Le Havre), Ostier (Thonon), Guian (Le Havre), Dr Blanchet (Flers), Chavant (Thonon), Lefeu (Le Havre), Maurice Mathieu (Paris), Dufau (Le Havre), Barrucand (Thonon), V Channel (Lyon), Xavier Marty (Paris), Bouvier (Paris), R Ariège (Port-Jérome), J Roux (Lyon), Dubois (Esso Standard), Grabonval (Standard) ...

Dames : 1/ Madeleine Girard (Paris) ; 2/ Yvonne Girard (Paris) ; 3/ Claude Carvallo (Paris) ; 4/ Mme Chassin (Le Havre) ; 5/ Mme Roux (Lyon) ; 6/ Mlle Andrée Gremillet (Lyon) ; 7/ Mlle Noëlle Ailloud (Lyon) ; 8/ Mme Pellizza (Marseille) ; 9/ Mlle Deshayes (Lyon) ; 10/ Mlle Bonnet (La Courneuve) puis ... Mlle de Bernonville (Paris), Mme Dufau (Le Havre), Mme Lherme (Paris) ...

1948. Mise en place de lapartheid en Afrique du Sud. Lancement de la 2CV Citoën. Invention du deltaplane.




1948-1949 : La première Coupe Thomas

2 et 3 novembre. Première rencontre historique de la coupe Thomas : à Copenhague, le Danemark écrase l'Irlande 9 à 0.

Le match France-Angleterre de coupe Thpmas est initialement prévu à Coubertin les 1 et 2 janvier 1949.

Extrait de "Smash" n32 de mars-avril 1949 (article signé R M Crosgard, donc René Mathieu). Un document transmis par Mr Henri Pellizza. Séquence "retour aux sources" :

Coupe Thomas

L'Angleterre bat la France à Ilford Baths, Londres

Le tirage au sort nous permettait de recevoir à Paris nos adversaires, mais le manque de surfaces couvertes entourées de tribunes obligea la commission centrale à renoncer à cet avantage. [...]

Par mesure d'économie, l'équipe de France emprunta le parcours le moins onéreux par Dieppe-Newhaven et en ... troisième classe. La traversée ne fut pas favorable et si nos joueurs ne furent pas très malades, ils furent tout de même incommodés par le mauvais temps [...].

Cette compétition a lieu le mercredi 5 janvier 1949. A la gare Victoria il y a beaucoup de photographes pour accueillir les joueurs français. René Gathier, le délégué permanent à Londres est également présent. La France perd 9-0 malgré la sympathie du public anglais présent. Un dîner officiel réunit les deux équipes au cours duquel le président de la commission centrale de la FFLT prend la parole :

"Il déclara que ce match aurait une suite et marquerait les débuts d'une nouvelle "guerre de cent ans". Toute la salle fut d'accord pour en accepter l'augure".

Côté Badminton et niveau de jeu des français, le mieux est de laisser la parole aux spécialistes, en l'occurence le journal "The Badminton Gazette" :

"Quoique le niveau de jeu des français fut en général bien en-dessous de celui de leurs adversaires plus expérimentés, tous les visiteurs nous ont laissé une impression des plus favorables, et on peut dire sans exagération qu'une équipe plus sportive n'a jamais visité l'Angleterre [...].

En particulier, le meilleur joueur français, Henri Pellizza, a démontré que s'il avait le temps de s'entraîner sérieusement en Angleterre ou en Scandinavie, son jeu s'en ressentirait à tel point qu'il deviendrait un adversaire formidable pour plusieurs des meilleurs joueurs anglais [...].

Le docteur Yves Baudouin s'est dépensé sans compter jusqu'au bout mais son style est trop étriqué pour lui permettre de passer à l'attaque, de plus tous ses coups sont trop "larges" pour le badminton. Le seul français à part Pellizza qui utilisa son poignet d'une manière efficace fut Emile Maillot, mais Michel Le Renard possède un bon dégagement en revers [...].

"The Badminton Gazette" conclut sans ménagement et donne un élément de solution :

"Sans exception, les français ne se donnent pas assez de mal pour leur service, et ce défaut les a trop souvent placés en mauvaise posture, particulièrement dans les doubles. En dépit de ces critiques, on a souvent l'impression que la plupart de ces défauts proviennent du manque d'expérience, et si les joueurs français pouvaient venir en Angleterre pour une tournée d'une semaine par an, il n'y a aucun doute que leur jeu en serait beaucoup amélioré. Il n'est pas impossible d'ailleurs que la chose ne se réalise pas".

Résultats bruts. N B Radford (Ang) bat Yves Baudoin 15-0/15-0. Radford bat Henri Pellizza 4 et 0. H R Marsland (Ang) bat Pellizza 7 et 4 et Baudoin 2 et 5. H J Wingfield bat Emile Maillot 3 et 3. En double Marsland et W Shute battent Michel Marret et M Le Renard 1 et 0, puis Pellizza et Baudoin 3 et 7. Enfin K L Wilson et N B Radford battent Pellizza et Baudoin 2 et 8 puis Marret et Le Renard 2 et 3.

En mars 1997 la revue "Badminton Magazine" interviewe le vétéran lyonnais Emile Maillot, né en 1919 ! La conversation tourne autour de l'évolution du jeu. Voici ce que répond Emile Maillot :

[...] Enormément évolué. Par exemple, vous voyez le dégagement du revers que vient de faire Vanneste. Eh bien j'étais n3 français et je n'arrivais pas à le faire. Je devais donc varier la direction de mes amortis afin de tromper l'adversaire. A l'époque, seuls un ou deux joueurs européens savaient le faire.

J'ai participé à la toute première Coupe Thomas, en 1949. Nous avons été battus par les anglais, mais les plus forts à l'époque étaient déjà les asiatiques. [...] Aux Internationaux de France, je me souviens très bien de mon match contre le frère d'Eddy Choong. Je savais que je ne marquerais aucun point, alors je lui ai demandé de m'apprendre les secrets du jeu. Il a accepté et m'a dit : "Il manque deux choses aux européens. La première : c'est de revenir toujours au centre, afin de courir le moins possible. Cela vous y arriverez sans trop de mal. La deuxième relève plus de la préparation mentale et je doute que les européens y arrivent avant longtemps. C'est une question d'humilité : ne jamais essayer de deviner où l'adversaire va envoyer le volant, car à haut-niveau, c'est impossible ; il faut être toujours prêt à aller n'importe où."

La coupe Thomas (championnat du monde masculin par équipes) voit enfin le jour. Créée en 48, elle est disputée pour la première fois les 25 et 26 février 1949 au Queen's Hall de Preston (Angleterre), met aux prises 10 pays et voit la victoire de la Malaisie sur le Danemark sur le score de 8 à 1. La Malaisie l'emportera encore en 1952 et 1955.

Dans France Badminton de septembre 1997, Mr Sanjay Sharma, ancien entraîneur de l'équipe d'Inde, donne un éclairage particulier et fort juste sur cette période 1950-1960. Elle est la seule, selon lui, où les européens ont dominé le Badminton :

"... Si les joueurs asiatiques n'étaient pas très présents sur la scène internationale, ce n'était pas tant à cause de leur niveau de jeu mais plutôt de la pauvreté et du manque de transports : ils ne pouvaient se déplacer vers l'Europe pour participer aux compétitions ...".

Et de rappeler que dès 1947, un indien, Prakash Nath, parvint en finale du "All England" et même de continuer avec des propos presque géopolitiques :

"... Depuis longtemps dominé par les colonialistes, le badminton (et plus tard le tennis de table) était le seul sport où les asiatiques avaient une très forte présence ...".

Une moitié du Badminton est tout de même née à Ponna en Inde !

"Smash" n31 de février 1949. Rubrique "On joue où ?" A Standard-Nice, à La Ferté-Macé (professeur Catherine Duchemin), à Flers dans l'Orne (Docteur Blanchet), à Alger (Mr Cardona), à Pont-de-Roide dans le Doubs, à Ganges dans l'Hérault (Mr Monnier) ...

Championnat de France "nationaux" (Coupe Georges Grémillet) 1949. C'est le père de Georges et Andrée Grémillet qui met des installations à la disposition des joueurs pour l'organisation de ce championnat à Lyon-Chavril. Juge-arbitre : Mr Latour.

Ce championnat de France est disputé sur une surface couverte dont le sol est donc ... en terre battue ! Le docteur Yves Baudouin, interne à l'hôpital Baujon à Paris, est absent. Déroute des parisiens ! Le parisien Michel Le Renard, pourtant sérieux outsider, est éliminé par un jeune lyonnais de 16 ans, Paul Ailloud, tandis que, dans le haut du tableau, un autre lyonnais, Emile Maillot, ne peut qu'offrir une belle résistance contre Henri Pellizza (Club Sportif du Crédit Lyonnais de Marseille) qui enlève ensuite la finale. Le simple dames "qui ne pouvait échapper aux parisiennes du Racing Yvonne ou Madeleine Girard" leur échappe et c'est une lyonnaise de 17 ans, Mlle Noëlle Ailloud, la soeur de Paul, qui bat en finale Mlle Andrée Grémillet (13/11-13/10 !). Le double messieurs revient aux lyonnais Paul Ailloud et Emile Maillot contre Henri Pellizza et Pierre Rey Coquais. Le double mixte est pour Mlle Andrée Grémillet et Henri Pellizza contre Mlle Noëlle Ailloud et son frère Paul 15/11-15/6.

Noëlle et Paul Ailloud sont les enfants de Mr Ailloud, vice-président de la fédération en 1937. Paul Ailloud nous a quitté en 1975 mais sa soeur Noëlle se souvient :

" [...] Charles Maillot est le frère de ma mère ! C'est donc par nos parents que mon frère Paul et moi-même avons été amenés à jouer au Badminton. Ils ne jouaient plus à l'époque mais ils ont délégué un de nos cousins, Emile Maillot, bon joueur d'une douzaine d'années plus âgé que nous, pour nous initier à ce sport ...".

Plus de 10 fois championne de France, Noëlle Ailloud parle modestement de ses "titres conquis sans gloire, vu le petit nombre de joueuses de Badminton en France à cette époque ...".

Il y avait d'autres urgences car la France manquait de tout et le rationnement s'est poursuivi même après la fin de la guerre. Enfin ..

Volants

Les joueurs français ne furent pas très gâtés cette dernière saison mais ils peuvent être certains que la grande pénitence approche de la fin. La maison SOYEZ sort déjà un excellent volant qui fut essayé sur les courts de la rue Eblé et qui permit de constater l'effort réalisé. C'est une question de matière première qui sera livrée incessamment

1948-1949. Championnats "internationaux" de France les 2 et 3 avril, au 5 rue Eblé. " Le journal L'Equipe qui possède une rubrique sur le Badminton tenue par André Bozon nous assurera une bonne propagande ...". Un millier de spectateurs parait-il. Un contretemps retarde les danois et Palle Granlund ne peut défendre son titre. Au premier tour Maurice Mathieu bat le grand R C F Nichols, par wo hélas !

SH : E L Choong (Malaisie) bat Y S Lau (Malaisie) 15/2-15/2
SD : Miss A Lehmeier (Danemark) bat Miss FM Henderson (Angleterre) 11/4-11/4
DH : F S Lau et Y S Lau battent G Fish et R C F Nichols (Angleterre) 15/13-15/12
DD : Mrs F M Henderson et Miss A J Stone (Angleterre) battent Miss Winsdor Aubrey (Angleterre) et Miss A
Lehmeier 15/12-15/6.
DMx : E L Choong et Miss A Lehmaier battent Mlle Henderson et R C F Nichols 15/12-15/11

A Notre-Dame-de-Gravenchon, Le Havre AC bat le Standard AC (Esso-Sport ) de Gravenchon 9 à 0. Quelques résultats : Jacques Gibon (HAC) bat Ariège (SAC), Dufau (HAC) bat Levatois (SAC), Henri Gibon (HAC) bat Sanders (SAC), Berthier (HAC) bat Godon (SAC).

D G Freeman (USA) bouleverse l'ancien badminton fait de " dentelles, de fantaisies, de beaux gestes mais où lengagement physique est minimum ". Avec les malaisiens Wong Pen Soon et E B Choong, ils sont les premiers à apporter la notion de vitesse. Avec ces trois joueurs, le Badminton devient un sport dinterception et de déplacement. Lentement le centre de gravité du Badminton européen se déplace de l'Angleterre vers le Danemark, et plus généralement de l'Europe vers l'Asie du sud-est. Freeman remporte le All England en simple messieurs tandis que ses compatriotes, Clinton et Patsy Stevens, gagnent le mixte.

26 et 27 mars. Championnat de Normandie à Esso-Gravenchon.

Championnat de France par équipes. Victoire chez les messieurs du Racing. Le HAC bat Lyon 3-2 et le Racing bat Les Petites Dalles 3-2 en demi-finale. En finale Racing 4-Le Havre 1. Mézières, Lyon-Chavril et Esso-Paris participaient à ce championnat. Victoire chez les dames du Racing même s'il n'est quasiment jamais fait mention de cette épreuve.

29 juin 1949. 11ème assemblée générale de l'IBF : l'article sur "les bois" est modifié par 13 voix contre 4 !

Une tournée de l'équipe de France de Badminton en Angleterre est prévue pour la saison 1949-1950.

1949. L'Allemagne est coupée en deux.




1949-1950 : Le renouveau

Le 27 octobre 1949 l'avion qui ramène Marcel Cerdan d'Amérique s'écrase aux Açores. Champion du monde des poids moyens après sa victoire contre l'américain Tony Zale en 1948, le petit Marcel de Sidi Bel-Abbès devait son jeu de jambe à sa pratique régulière du Badminton !

Mr Raymond Hermier, pour avoir personnellement connu Marcel Cerdan au Maroc, estime cette publicité usurpée. Pour lui il ne peut s'agir tout au plus que d'un très très court passage sur les terrains de Bad'. A suivre. Epilogue. Bad'Mag' n69 (mars 1999) donne la parole à Mr Claude Lefèvre, ancien mais premier président de la nouvelle FFBa :

"[...] J'ai essayé le Badminton car il avait l'image d'un sport complet et surtout, le grand champion, Marcel Cerdan, le pratiquait beaucoup pour renforcer sa résistance".

Dimanche 30 octobre. Train gare Saint-Lazare "par le parcours le moins cher et en 3ème classe. Gros effort financier de la Commission Centrale, de la FFLT (l'article remercie tout le monde). La traversée fut bonne et ...". Ainsi commence la tournée française en Angleterre. Composition de l'équipe : Michel Marret (capitaine), Docteur Yves Baudoin, Michel Le Renard, Paul Ailloud, Jacques Gibon et Maurice Mathieu.

31 octobre. Herthfordshire bat France 5-1
1er novembre. Sussex bat France 6-1
2 novembre. Buckingham et Oxfordshire battent France 6-0
3 novembre. Essex bat France 7-1
4 novembre. Kent bat France 7-0
5 novembre. Surrey bat France 7-0

Classement des joueurs à l'issue de l'année 1949.

Messieurs : 1/ Henri Pellizza (Marseille) ; 2/ Yves Baudoin (Paris) ; 3/ Paul Ailloud (Lyon) ; 4/ Emile Maillot (Lyon) ; 5/ Michel Le Renard (Paris) ; 6/ Michel Marret (Paris). Puis, en 2ème série : Charles Chassain, Jacques Gibon, B Minet, Chavant (Thonon), J C Gibon, Ostier (Thonon), Max Lefeu, L Michaud (Lyon) ...

Dames : 1/ Noëlle Ailloud ; 2/ Andrée Grémillet ; 3/ Yvonne Girard. Puis, en 2ème série : Mme Chassain, Mme Roux (Lyon), Mme Dufau (Le Havre), Mlle Terrassin, Mlle Isnard, Marie-Claire Ailloud ...

Jean-Claude Cahagne est champion de Normandie juniors.

Les championnats "internationaux" de Paris, nouvelle version, voient les victoires de Y S Lau en SH et de Noëlle Ailloud en SD. La veille l'Université de Londres avait battu la France 6-3. Le soir Michel Le Renard promène les étudiants anglais dans les caves "sordides" (mais existentialistes) de Saint-Germain des Prés.

"N'ayant pas un calendrier aussi chargé que celui du Lawn Tennis, le Badminton peut se permettre d'organiser un championnat réservé aux français". Le championnat de France a lieu à Lyon et est dotée d'une coupe Georges Grémillet en simple messieurs. Juge-arbitre : Mr Latour. Les havrais n'ont pas fait le voyage, de même qu'Yves Baudoin. Michel Le Renard et Paul Ailloud sont demi-finalistes. En finale Henri Pellizza (Marseille) bat Emile Maillot (Lyon) 15/2-15/3. En finale du simple dames, Noëlle Ailloud bat, 4 et 6, Andrée Grémillet. Noëlle Ailloud et Andrée Grémillet gagnent encore le double contre les soeurs Girard, Yvonne et Madeleine 15/5-10/15-15/9. En finale du double messieurs Pellizza, associé à Bernard Minet (Lyon), l'emporte contre Paul Ailloud et Emile Maillot de Lyon (14/17-17/16-15/11). Le mixte revient à Andrée Grémillet et Henri Pellizza contre Noëlle et Paul Ailloud 18/16-15/10.

Grand chelem pour Henri Pellizza qui préfère pourtant le tennis sur la Côte d'Azur. Début de polémique dans "Smash" :

"[...] Il est surtout navrant qu'il ne puisse aller à Londres aux championnats d'Angleterre où nous devrions pourtant être présents [...]. Et pourtant il a plus de chance de réussir en Badminton qu'en Lawn-Tennis, mais ne lui lançons pas la pierre et à sa place nous en ferions tout autant car le soleil attire plus que le sous-sol de la rue Eblé. D'ailleurs on est amateur ou on ne l'est pas ... et vive la Liberté [...]".

Démonstration de Badminton à Amiens à la salle d'Horticulture où les parisiens sont opposés aux joueurs de Longue-Paume picards.

Sur la route des Internationaux de France, l'équipe de Cambridge s'arrête au Havre pour battre l'équipe de France 8-1 (victoire de Jacques Gibon) avant de battre celle de Paris le 31 mars 8 à 1 encore, Mathieu et Le Renard sauvant l'honneur en double.

Championnats "internationaux" de France. Jean Borotra lui-même est émerveillé par le jeu de Choong.

SH (coupe René Gathier) : E L Choong bat F L Chai 15/3-15/8.
SD : Miss A Blathwayt bat Miss Crombie 11/8-8/11-11/3.
DH : E L Choong et Newlands battent F L Chai et Barker 6/15-15/11-15/6
DD : Miss Blathwayt et Miss Crombie battent Miss Henderson et Miss Stone 9/15-15/9-15/10
DMx : Miss A J Stone et E L Choong battent Miss Blathwayt et E J Choong 18/16-15/5

Dans son éditorial du n38 de "Smash" (avril-mai 1950), René Mathieu titre en gros "Encore un effort ...". Il poursuit :

" [...] Maintenant il ne nous reste qu'à tirer profit de ces belles leçons et devenir dans un avenir prochain aussi fort que nos maîtres. L'équipe de France porte courageusement ses couleurs, le moral est excellent mais il faut encore travailler si nous voulons triompher un jour dans le championnat international [...]".

A l'Empress Hall de Earls Court à Londres et devant 10 000 spectateurs Wong Peng Soon (Malaysie) remporte le All England face au danois Paul Holm.

Eliminatoires du championnat de France par équipe. En zone sud, Lyon-Chavril bat Thonon-les-Bains. En zone nord le Havre AC bat Rueil par w.o. tandis que les Petites-Dalles battent le Standard de Port-Jérome 5-0. De son côté le Racing bat La Courneuve et le Esso-Sports malgré une résistance remarquée de Tison, Dubois et Poudenas.

Pour changer, le Racing est champion de France par équipe, masculine avec Marret, Baudoin et Erik Martin contre les Lyonnais Ailloud et Maillot 3 victoires à 1, et féminine (coupe Jehan Kuntz) avec Mlles Claude Carvallo, Yvonne et Madeleine Girard.

1950. Début de la guerre de Corée. Première carte de crédit (sans puce).




1950-1951 : Naissance du Havre B. C.

26 octobre 1950. Création officielle du club havrais de Badminton HBC, Havre Badminton Club, "ayant pour but de favoriser la pratique et le développement du jeu de Badminton". Le premier président est Mr Chomel, ingénieur, domicilié à Sainte-Adresse, le premier secrétaire, et l'âme du club, Jean Augry, commerçant. Mr Jean Meyer deviendra président quelques temps après.

Ghislain Vasseur écrit à ce sujet :

"J'ai pratiqué le Badminton uniquement au HBC durant les années 1950 à 1964 sur les courts de la salle de gymnastique du lycée François 1er qui a été démolie vers 1962. C'est grâce à Mr Jean Augry, commerçant en articles de sports, qu'un deuxième club, c'est-à-dire le HBC, fut créé sous la présidence de Jean Meyer. Si le Badminton a pris un essor formidable au Havre, c'est grâce, à mon sens, à Jean Augry, un dirigeant dynamique qui avait un entrain extraordinaire. C'est lui qui fit venir les malais en 1962, organisa la coupe Thomas au Havre, ainsi que la plupart des championnats de France".

Et Ghislain Vasseur de poursuivre lors de l'interview qu'il nous a accordée :

"Mr Augry avait un magasin de sports, Chaussée Thiers au Havre, puis il s'est installé rue Jules Lecesne. Ensuite il a vendu son affaire pour s'installer dans une brasserie, "La Datcha". Il a fait beaucoup pour moi et pour le badminton havrais et français. C'est lui qui a fait venir les malais, qui a organisé de nombreux championnats de France au Havre. Tout cela avait lieu dans le gymnase du Lycée Municipal. Je ne me suis presque jamais déplacé pour les championnats de France car Jean Augry voulait tout organiser au Havre.

Jean Augry faisait un battage fou dans les journaux. Quand un journaliste ne faisait pas le compte-rendu, c'est lui qui le faisait. Mais les articles étaient faits souvent par les journalistes Rolang, Lucien Lecaudé ou par Pierre Mens. Jacques Gibon du HAC en faisant également de son côté".

A l'époque les joueurs n'étaient pas indemnisés pour leurs déplacements aussi quand il fallait aller jouer loin en Suisse ou en Belgique, Jean Augry payait de ses deniers le voyage de ses joueurs. Il nous a quitté en novembre 1992. Il y avait une grosse bagarre entre le HAC et le HBC. Jean Augry n'avait qu'une idée, souligne Ghislain Vasseur, détrôner Henri Gibon et sans arrêt il "remontait" ses joueurs en leur demandant de "dégommer" les joueurs du HAC.

Jeudi 9 novembre. Banques de Londres (United Banks Badminton Association) contre France au Havre. 4-1.

Vendredi 10 novembre. Banques de Londres contre Paris au Racing. 5-0.

11 et 12 novembre. Championnats "internationaux" de Paris. R W Horden bat L Coffin 15/10-15/9 en SH, et Noëlle Ailloud bat Mme Chassain 11/3-11/2 en SD. Diner "traditionnel" servi dans les Salons du Racing.

Classement 1950 des joueurs de Badminton.

Messieurs : 1/ Henri Pellizza ; 2/ Yves Baudoin ; 3/ Paul Ailloud et Emile Maillot ; 5/ Michel Le Renard ; 6/ Jacques Gibon ; 7/ Michel Marret ...

Dames : 1/ Noëlle Ailloud ; 2/ Yvonne Girard ; 3/ Andrée Grémillet ; 4/ Madeleine Girard ...

C'est dans ces années que Henri Pellizza "monte au Racing" et reconnait, en 1998, avoir "enfin" travaillé sa technique grâce à un entraineur danois de Paris, Nielsen, tout en reconnaissant que les français n'étaient pas très compétitifs au niveau international.

Dans le n43 de "Smash" de février-mars 1951, naissance d'un nouveau club en région parisienne :

Avia-Club

Un nouveau club, dirigé par M Nourisson, vient de naître à Issy-les-Moulineaux. C'est l'Avia-Club, qui fut inauguré dans le courant de janvier. L'Avia-club organisera en mars un tournoi réservé aux non-classés. Juge-arbitre : M Caren.


Maurice Mathieu, encore lui, se souvient des courts tracés dans la salle des fêtes de la ville d'Issy.

Championnat de Normandie "ouvert aux parisiens", parfois encore appelé "Championnat du Havre". Victoire du racingman Michel Le Renard sur le HACman Jacques Gibon. Er de Mme Charles Chassain sur Yvonne Girard.

Dans le championnat de Normandie "intra muros" victoires de Jacques Gibon (HAC) contre Bouteleux (HBC) et de Mme Chassain (HAC) contre Mlle Annie Gibon (HAC).

Le professeur Langanay ne désespère pas d'organiser un mouvement à Rouen. Le Standard bat Rueil A C 4-2.

Championnat de France National à Thonon. Organisation de Mr de Coulanges (Maison des Jeunes). Absences de Henri Pellizza, Yves Baudoin et Jacques Gibon.

SH : en demi-finale Paul Ailloud élimine, 8 et 6, B Minet et Emile Maillot bat Michel Le Renard, 8 et 10. En finale Ailloud bat Maillot 15/11-15/6. Victoire en SD de sa soeur Noëlle contre Mlle Lachat 11/5-11/1. Le double messieurs revient aux racingmen Le Renard et Maurice Mathieu contre Paul Ailloud et Emile Maillot 15/11-18/14. Le mixte est remporté par la paire Noëlle Ailloud-Michel Le Renard contre Mme Minet-Paul Ailloud par WO et le double dames n'est pas joué.

Au Havre, Cambridge bat France 4-2

1950-1951. Internationaux de France à Paris les 6, 7 et 8 avril. Le meilleur joueur du monde, le malais Wong Pen Soon, est présent mais perd la finale. "Ce championnat obligera nos dirigeants à demander à nos représentants de jouer encore plus vite et pour cela acquérir le souffle suffisant";

SH : Ong Poh Lim bat Wong Pen Soon 15/8-15/9.
SD : Miss D B Grace bat Miss Greene 11/0-11/1.
DH : Ong Po Lim et Ismail bin Marjan battent E B Choong et Cheong 15/7-15/7.
DD : Mrs Q-M Allen Weber et Miss A J Stone battent Mrs Wyatt et Miss Grace 15/8-9/15-18/14.
DMx : E B Choong et Miss Q-M Allen Weber battent Miss Stone et H L Cheong 15/7-15/7.

Championnat de France juniors 1951. J Cotte bat B Deguingand 15/2-15/2.

Deux nouveaux titres pour le Racing, chez les hommes (Pellizza, Baudouin, Le Renard et Mathieu), contre le HAC et Lyon-Chavril, et chez les dames (Mlles Jeannie Boivin et Claude Carvallo).

4 juillet 1951. Une proposition américaine d'accorder un temps de repos après le second set lors des matchs de simple est reportée après la prochaine coupe Thomas. Plusieurs plaintes sont reçues concernant la vitesse excessive des volants dans certains pays.

1951. Premier pas vers l'Europe, la création de la Ceca (Communauté économique du charbon et de l'acier).




1951-1952 : Coupe Thomas à Paris

La licence est fixée à 150 F. Le bureau de la Commission Centrale est renouvelé : président René Mathieu, vice-présidents Maurice Gally et Jehan Kuntz, secrétaires généraux Mlle J Deguingamp et Jean-Pierre Mathieu.

Au Esso-Sport de Gravenchon, Mr William Cady succède à la présidence à Mr Ariège.

10 et 11 novembre. Championnats "internationaux" de Paris, rue Eblé.

1er et 2 décembre et en vue de composer l'équipe de France de Thomas Cup. Premiers championnats de France au Havre (Salle des Expositions puis lycée de garçons) et premier titre national pour une havraise en la personne de Annie Gibon (HAC) en simple dames. Annie Gibon gagne successivement contre Claude Carvallo, Noëlle Ailloud et enfin Jeannie Boivin (9/11-11/4-11/2). Henri Pellizza réalise un nouveau grand chelem en triomphant en simple contre Paul Ailloud (15/5-15/2) , en double avec Paul Ailloud contre Michel Le Renard et Maurice Mathieu 15/7-15/3 et en mixte avec Noëlle Ailloud contre Michel Le Renard et Claude Carvallo 15/3-15/7. Le double dames revenant à mesdemoiselles Jeannie Boivin (future Mme Mathieu) et Noëlle Ailloud contre Mme Chassain et Annie Gibon 15/5-15/13.

Commentaire du "père Mathieu" dans le n48 de sa revue :

Signalons les performances remarquables d'Annie Gibon [...]. Voilà la génération spontanée de champion que nous attendons [...] au Badminton, car une fois de plus nous affirmons que l'on ne peut inventer ou fabriquer un champion. Un champion véritable sort tout seul et c'est cela qui fait sa force car souvent il ne joue pas comme les autres qui apprirent la même leçon et la récitent en coeur sur le court.

Classement rectificatif après le championnat national.

Messieurs 1ère série : 1/ Henri Pellizza (Racing) ; 2/ Yves Baudoin ; 3/ Paul Ailloud ; 4/ Michel Le Renard ; 5/ Emile Maillot ; 6/ Jacques Gibon et Georges Bouvier ; 8/ Maurice Mathieu ; 9/ Charles Chassain ; 10/ Dubois (Esso-Sport).

Dames : 1/ Noëlle Ailloud ; 2/ Jeannie Mathieu, Mme Chassain et Annie Gibon ; 5/ Claude Carvallo.

Eliminatoires de la Coupe Thomas, les 15 et 16 décembre 1951 (et réclame pour les lames à rasoir Gillette). France contre Angleterre à Paris. L'équipe de France est composée comme suit : Henri Pellizza, Yves Bauduin, Maurice Mathieu, Michel Le Renard et Paul Ailloud, Georges Bouvier est remplaçant. Les capitaines des équipes sont Harold Morland pour l'Angleterre et Michel Marret pour la France. Les juges-arbitres sont Mrs Herbert Scheele et P Ostertag. Le commissaire général est Mr René Mathieu et son adjoint est Mr Jean Caplain. "On joue avec les volants R.S.L." dit la pub du programme. "Excellente occasion pour constater les progrès réalisés par nos joueurs". Résultats ? L'Angleterre 9-0 ! Le meilleur résultat français est l'oeuvre de Henri Pellizza défait seulement 11-15/7-15 par l'anglais K R Greasley.

Championnat de Normandie et "du Havre". Le HACman Jacques Gibon remporte un nouveau titre. Annie Gibon bat sa soeur Mme Chassain

15 et 16 mars. L'inévitable Racing gagne le championnat 1ère série par équipe chez les messieurs (Pellizza, Le Renard et Mathieu) et chez les dames "Coupe Jehan Kuntz" (Mlles Boivin et Carvallo).

15 et 16 mars. Au Havre. Championnat de France 2ème série par équipe masculine. Avec le HAC, le HBC, Esso-Sport Paris, Standard Notre-Dame de Gravenchon et Avia Club de Paris-Issy. Le Esso-Sport de Gravenchon est finaliste.

28, 29 et 30 mars. Championnats "internationaux" de France à Paris. "Difficile de ranger sa voiture". Participation de malais, d'anglais, de suédois (scratchés pour retard !), d'américains (?), de danois et de belges.

SH : E B Choong bat E L Choong
SD : Miss A J Stone bat Mrs S Wyatt
DH : E B Choong et E L Choong battent Henri Pellizza et Paul Ailloud.
DD : Mrs F-M Henderson et Miss A J Stone
DMx : E B Choong et Mrs Q-M Allen Weber battent Mrs S Wyatt et E L Choong.

Deuxième Coupe Thomas à Singapour (Malaisie) les 31 mai et 1er juin 1952. 12 pays y participent. Les joueurs européens découvrent la chaleur et le public asiatique. La Malaysie balaie les Etats-Unis 7 à 2 à Singapour devant 8000 spectateurs.

Inévitable question pour ces années 40 et 50. Le bon joueur de tennis fait-il le bon joueur de Badminton ? L'exception qui confirme la règle est évidemment Henri Pellizza invariablement classé dans les 5 ou 6 meilleurs joueurs français de tennis et incontestable n1 en Badminton. Aucun autre joueur, aucune autre joueuse ne figure parmi les premières séries du tennis. Bien sûr, dans les classements complets de la FFLT quelques noms apparaissent mais loin ... ainsi Noëlle Ailloud classée 15/3 au tennis entre 1952 et 1955. Alors ? Complément de gloire pour ceux qui n'ont pu percer au tennis ou hyperspécialisation dans le Badminton ? La FFLT compte à cette époque grosso modo 70 000 licenciés, le Badminton quelques dizaines, quelques centaines tout au plus. Mais le Badminton est-il un vrai sport ? Une pièce au dossier, le Bad' féminin ("Smash" n52) :

[... ] Nous fumes sollicités par Mme Surrel, directrice de l'Ecole Normale Supérieure de Châtenay-Malabry, pour faire une démonstration de Badminton, afin que les jeunes filles de 3ème année, futures monitrices, voient de plus près ce qu'est le Badminton [...].




1952-1953 : L'arrivée des Loisirs Coopératifs Havrais

Classement après la saison 1952.

Messieurs 1ère série : 1/ Henri Pellizza ; 2/ Yves Baudoin ; 3/ Paul Ailloud ; 4/ Michel Le Renard ; 5/ Jacques Gibon ; 6/ Maurice Mathieu ; 7/ Charles Chassain ; 8/ Robert (?) Dubois (Esso-Sport).

Dames : 1/ Annie Gibon ; 2/ Jeanny Boivin ; 3/ Régina Augry ; 4/ Noëlle Ailloud ; 5/ Monique Chassain ; 6/ Claude Carvallo.

Les Loisirs Coopératifs Havrais. Loisirs ! Quel drôle de nom pour un club au passé si prestigieux ! Dans l'immédiate après-guerre le terme sentait bon les congés payés et les foyers Léo Lagrange ... Le L.C.H. Badminton puisque c'est son nom est fondé en 1952 par Mr Paul Renard et compte rapidement 80 membres dans sa section Badminton. Le grand chef des LCH est Mr Henri Changeur dont un gymnase havrais portera un jour le nom.

André Vallet un "Grand Ancien" du Badminton havrais mais aussi français se souvient de ses débuts. Séquence "Préhistoire" :

Je suis arrivé au L.C.H. en 52/53, à l'âge de dix-sept ans. Le Président de la section était Paul Renard, Henri Changeur étant le Président des Loisirs toutes sections depuis la création en 1929. Le LCH, les Loisirs Coopératifs Havrais avaient des sections tennis, basket, Badminton bien sûr et ... camping, étant même propriétaire d'un terrain. Comme la vocation première était la convivialité et le loisir familial, il n'était pas du tout question au début de faire de la compétition.

Le Badminton y a été introduit par messieurs Robert Badou et Paul Renard en septembre 1952. Deux terrains ont vite été tracés dans la "vieille salle", devenue par la suite "salle Henri Changeur". Inévitablement on s'est pris au petit jeu de la compétition. La section dans les années 50-55 comptait déjà plus de 100 adhérents. La première compétition a eu lieu du 7 au 12 avril 1953. Les coupes offertes par les bijouteries Rotig et Renard furent décernées chez les messieurs à Mr Palomba, chez les dames à Mme Badou "déjà plus chevronnée". A l'issue de la compétition un banquet avait réuni les joueurs. Monsieur le Ministre député-maire était présent.

C'est ainsi que j'ai commencé. C'est ainsi que Christian Badou a commencé quelques années plus tard sa carrière au LCH avant d'aller au HBC. Il y avait déjà au Havre, depuis 1950, le HBC, ou plutôt la section Badminton du Havre Tennis Club. Peut-être à cette époque, à l'instar du tennis, le Badminton du HBC était-il plus fréquenté par des notables ... Le LCH étant plus familial.

A cette époque on ne peut pas dire que les clubs étaient nombreux. Outre les deux clubs havrais, il y avait le Racing Club de France et Esso, à Paris, c'est à peu près tout. Les premiers interclubs avaient une formule qui se rapprochait beaucoup de la formule coupe Davis au tennis, les hommes et les femmes jouaient séparément, il n'y avait donc pas de mixte. Il fallait six joueurs par équipe, un capital de joueurs important, et donc un groupe bien homogène dans les clubs. Le HBC et le Racing jouaient pour la première place, le LCH et Esso jouaient pour la troisième place. Bien que nous ayons remporté un peu plus tard le titre, et à maintes reprises, contre le Racing !

Les présidents de ces clubs étaient bien souvent membres du Comité Français de Badminton ce qui donnait lieu à des réunions tragi-comiques, surtout quand il était question de modifier les règlements des interclubs. En effet chaque président suivant les fluctuations de ses effectifs essayait, chaque année, de faire changer le nombre des matchs. Cétait une vraie foire dempoigne.

Les vedettes s'appelaient Henri Pellizza, Maurice Mathieu et Eric Lemaitre, tous du Racing. Chez les dames il y avait Jeannie Mathieu. Tous ces joueurs, bien entendu, pratiquaient le Badminton mais aussi le tennis à la belle saison. Ils côtoyaient donc Mr Jacques Chaban-Delmas, du Racing également, qui était un grand ami du regretté Michel Marret. A Esso il y avait André Guillier, le père de Mme Hélène Bussolino, et un excellent joueur nommé Georges Cady.

Le Racing, c'était le top. Je me souviens par exemple d'une réception donnée lors du tournoi des "Plumes d'Or" dans les magnifiques salons de la Croix Catelan, près de la piscine. Le Racing a sans aucun doute la plus longue continuité historique des clubs de Badminton français.

Sur de vieilles photos du milieu des années cinquante on aperçoit Robert Badou et Paul Renard. Evidemment leur position sur le terrain nest pas ce que lon peut appeler très " académique ". Les raquettes, en bois, étaient souvent de marque Donnay.

Dans les années 50-60, les compétitions avaient lieu à Paris, rue Eblé, dans la salle du Racing. Contre Esso, les matchs avaient lieu dans un théâtre désaffecté en plein sur les Champs Elysées, le "Théâtre Fémina" si je me souviens bien. Le terrain était donc sur la scène même du théâtre et, en attendant notre tour de jouer nous étions dans les fauteuils. Je pense que ce théâtre est devenu depuis un grand magasin.

Yves Corbel confirme les propos de son "ancien" :

Les règlements des interclubs changeaient souvent car les parisiens étaient majoritaires à la Commission Centrale. Donc ils faisaient des règlements qui ne duraient jamais en fonction de la structure de leurs clubs et de leur nombre de joueuses. Cela a changé quand Raymond Hermier et moi-même y sommes arrivés.

Christian Badou surenchérit et n'y va pas par quatre chemins :

"... Entre nous, je crois que les parisiens cherchaient la formule qui les avantagerait de façon à garder le titre ...".

Effectivement on constate que le nombre de joueurs passe aisément de 2 à 9 et le nombre de joueuses de 2 à 4, voire une seule en 1954 !

En préambule aux Internationaux de Paris, l'équipe de Paris et l'United Banks Badminton Association font match nul 3-3.

15 et 16 novembre. Championnats "internationaux" de Paris, rue Eblé. Finale franco-française où Henri Pellizza bat Paul Ailloud 15/2-15/11. Chez les dames Noëlle Ailloud bat Jeannie Boivin 11/7-11/0.

Championnat d'Anjou. Mme Van Goethem bat Mlle Van Goethem et Mr H Guilet bat J J Lambert.

3 janvier 1953. Disparition de Pierre Gillou, né en 1880, et ancien capitaine des "Mousquetaires".

Première victoire chez les minimes pour Christian Badou du LCH, âgé de 11 ans à peine.

Premier titre régional individuel pour le havrais Ghislain Vasseur en première série. La compétition a lieu au Palais des Expos et au lycée de garçons.

"Je ne suis resté que quelques mois 2ème série et je suis vite monté 1ère série car le Badminton n'était pas très développé et le niveau peu élevé. Ma première coupe je l'ai obtenu lors des championnats de Normandie 1ère série en 1953 en battant Jacques Gibon du HAC. Comme ensuite j'ai gagné trois années de suite j'ai pu conserver le trophée. A cette époque c'est le joueur qui payait la gravure de son nom sur les trophées."

En demi-finale Vasseur bat Gibon 8 et 4 tandis que Chassain écarte Bouteleux. Et premier titre, donc, pour Ghislain Vasseur qui, hélas, ne peut se rendre le dimanche suivant à Paris au championnat de France. Autre surprise chez les dames (Coupe Milliaud fils) avec la victoire de Mme Régina Augry sur Mlle Annie Gibon, 12/9 au 3ème set. Mmes Chassain et Lebrun sont demi-finalistes. Le double messieurs revient à Gibon et Bouteleux contre Lenoir et Vasseur et le mixte voyait le succès complet du HAC, Annie et Jacques Gibon l'emportant sur Mr et Mme Chassain. Le double dames revient à Mmes Kozlowski et Cady de Esso-Gravenchon.

Ghislain Vasseur ajoute quelques éléments sur le joueur de Badminton de l'époque en précisant qu'à cette époque les joueurs de Badminton étaient uniquement des joueurs de tennis qui ne pouvaient pas jouer l'hiver du fait qu'il n'y avait pas de tennis couverts. Ils se retrouvaient sans sport, même si ils faisaient du footing. C'est pour cela que le Badminton s'est terriblement développé. Les joueurs de tennis sont devenus des joueurs de Badminton et ils ont très vite progressé, les saison se complètant, le Badminton se jouant de début octobre à fin mars ou début avril. Quand les tennis couverts sont arrivés beaucoup de joueurs ont mis leur raquette de Badminton au placard et ont abandonné pour ne plus faire que du tennis.

Interclubs régionaux (et donc havrais) : victoire du HAC sur le HBC sur le score serré de 5 à 4. Chez les équipes réserves Esso-Gravenchon "truande" en faisant jouer son équipe première contre les débutants du HAC !

Le Esso-Sport de Gravenchon remporte le championnat de France par équipe masculine, mais quelle série ?, sur les courts d'Avia-Issy-lès-Moulineaux grâce à ses joueurs Christian Dutreuil et Jean-Claude Cahagne.

Curiosité du règlement : au début des années 50, quand on tapait le volant avec le bois de la raquette il fallait dire "bois !" le point étant faute, ce qui provoquait beaucoup de contestations. Cette règle a heureusement disparu ! Un vieux règlement Bornemann émanant de la Commission Centrale, datant de 1960 (avec commentaires de René Mathieu) et provenant du club Esso-Sports de Gravenchon précise encore que le double se joue en 15 ou 21 points !

Championnat de France "national" sur les courts de l'Avia-Club d'Issy-lès-Moulineaux du président Ferdinand Nourrisson, dans le cadre de la décentralisation (!). Henri Pellizza (Racing) remporte, à 33 ans le championnat de France simple messieurs pour la nième fois en battant, 15/5-15/10, le lyonnais Paul Ailloud. En demi, ils avaient battu respectivement Maurice Mathieu et Michel Le Renard. Noëlle Ailloud gagne le simple dames 11/1-11/2 contre Jeannie Boivin (Mathieu). En demi on retrouvait Régina Augry (Havre BC) et Claude Carvallo (Racing). Henri Pellizza et Paul Ailloud gagnent le double contre Maurice Mathieu et Michel Le Renard 5/15-15/6-15/8. Mlles Ailloud et Boivin gagnent le double dames contre Mlle Durst (Avia) et Mme Dugué (Avia) 14/18-15/11-15/11. Le mixte revient à Noëlle Ailloud et Henri Pellizza contre Paul Ailloud et Mlle Girard 15/12-11/15-15/8.

14 et 15 mars. Le Racing est champion de France par équipe chez les hommes et chez les dames.

Le manuel de l'IBF57-58 signale pour la saison 1952-1953 une rencontre internationale France-Belgique disputée à Paris et remportée par la France 6-1. Thonon, de son côté, bat Lausanne 3-1.

27, 28 et 29 mars. Championnats "internationaux" de France à Paris, rue Eblé. René Mathieu a réussi à faire venir des joueurs de Malaisie (Eddy et David Choong), des Indes (Jiani et Romesch), du Danemark (Nielsen, Jensen et Miss Jacobsen), de Belgique et d'Angleterre. Henri Pellizza est absent et Paul Ailloud accède à la demi-finale. En SH Eddy B Choong bat son frère David 3 et 7. En SD Miss Aase Schiött Jacobsen bat nettement Miss Grace la championne d'Angleterre et s'impose, 11/0-11/7, comme la meilleure joueuse mondiale. Le double messieurs revient aux Choong Brothers, contre Birtwistle, une vieille connaissance de 1939 et Jaini. Eddy Choong remporte, en prime le mixte avec Miss J Peters contre Miss Grace et Birtwistle. Le double dames revient aux Miss Jacobsen et Petersen contre Miss Peters et Miss Grace.

Et nos petits normands ? Ghislain Vasseur est éliminé par Nielsen au premier tour. En simple dames Mme Augry perd tous ses moyens et se fait battre sévèrement par Miss J Peters en quart. Une conclusion dans la presse ?

"Où es-tu badminton havrais dans cette lutte de géants ?...

Et bien tu es là quand même car à Paris, en Belgique, en Angleterre, les joueurs savent qu'au Havre, le badminton se développe, notre ville est citée en exemple ..."

A l'issue de la saison 53 le classement national est le suivant chez les messieurs :

1/ Pellizza ; 2/ Ailloud ; 3/ Le Renard ; 4/ Gibon ; 5/ Mathieu ; 6/ Chassain ; 7/ Vasseur ; 8/ Dubois. On trouve ensuite, en 2ème série : Boutteleux, Lefeu, Lopez, J P Mathieu, Minet, Brument, Cahagne, Chavand, Gagnaire, Lenoir, Ostier, D Vasseur, André, Cotte, Dutreuil, Jallu ...

Chez les dames on retrouve :

1/ Ailloud ; 2/ Jeannie Mathieu ; 3/ Mme Lefeu et Mme Augry ; 5/ Mme Chassain ; 6/ Mlles Carvallo et Durst. En 2ème série on trouve Mlle Dugué, Mme Mathieu, Mme Auber, Mme Cady, Mlle Lebrun ...

"Après la Suisse et la Belgique, il semble que le Badminton fait son apparition en Allemagne".

Mercredi 1er juillet. Au cours de sa 15ème assemblée générale l'IBF admet le principe d'une compétition internationale par équipe féminine que seules des considérations financières avaient retardée jusqu'à présent.

1953. En URSS Staline "passe la main". Science : mise en évidence de la structure de molécule de l'ADN.




1953-1954

Classement après la saison 1953.

Messieurs 1ère série : 1/ Henri Pellizza ; 2/ Paul Ailloud ; 3/ Michel Le Renard ; 4/ Jacques Gibon ; 5/ Maurice Mathieu ; 6/ Charles Chassain ; 7/ Ghislain Vasseur ; 8/ R Dubois. Yves Baudoin est NCIP.

Dames 1ère série : 1/ Noëlle Ailloud ; 2/ Jeannie Mathieu ; 3/ Mme Lefeu et Mme Augry ; 5/ Mme Monique Chassin ; 6/ Mlle Claude Carvallo et Miss A Durst

Une autre manière de démarrer une grande carrière dans le Bad', celle d'Yves Corbel, né en 1943 :

"J'ai découvert le Badminton lors d'une tournée d'indonésiens ou de malais au parc des expositions au Havre en 1953. Sans savoir que j'allais y jouer plus tard. Il y avait le même jour une démonstration d'escrime où j'avais été emmené par un camarade. C'était donc le hasard. J'ai démarré en 54-55 à l'ALA d'Aplemont, sous le préau de l'école Paul Bert grâce à Mr Pierre Lemière qui était instituteur. Le plafond n'avait que cinq mètres de hauteur".

Mr Pierre Lemière se souvient de cette époque :

" J'ai participé à la vie du Badminton normand vers les années 1955-1965. J'avais à l'époque une trentaine d'années. J'étais instituteur à l'école Paul Bert d'Aplemont et j'avais la chance de posséder une pépinière de gamins et d'adolescents parmi lesquels se révélèrent quelques jeunes talents : les frères Corbel, Le Houérou et le junior Lacuisse. [...] Je consacrais de nombreuses heures à l'entraînement de ces jeunes les mardi et vendrdi soir, et le jeudi pour les scolaires."

14 et 15 novembre. "Internationaux de Paris". Henri Pellizza bat Paul Ailloud 15/9-15/3 et Mme Jeannie Mathieu bat Mme Régina Augry 4/11-13/10-12/11.

"Smash" n60 de décembre 53 nous apprend qu'en match amical l'équipe suédoise de Malmoë a battu Paris 13 à 3 et encore que Gand a battu Paris 5 à 4 mais a été défait par Le Havre 7 à 2.

Ghislain Vasseur remporte à nouveau le titre régional individuel en première série en battant Charles Chassain (HAC) en finale 15/10-15/4 après avoir défait Lenoir en demi. En simple dames, Annie Lefeu bat 9 et 8 Mme Augry. Le double revient chez les messieurs à Vasseur et Lenoir contre Gibon et Leclair (HAC). Le double dames est pour le Esso-Sport de Mmes Cady et Kozlowsky contre les soeurs Mmes Monique Chassain et Annie Lefeu du HAC. Le mixte revient à Mme Augry et Lenoir contre Mr Charles et Mme Monique Chassain 15/7-15/6.

Victoire "historique" du HBC en interclubs contre son frère ennemi le HAC sur le score de 7 à 2.

Janvier. Championnat de France première série au Havre (Palais des Expos et Lycée de garçons) avec la présence de Mr Gabriel Beauville, inspecteur départemental à la Jeunesse et aux Sports, organisé par le HAC et le HBC. Hommage au "Maitre" Henri Pellizza rendu par Jean Augry :

"... Pellizza est trop fort pour l'ensemble des joueurs français [...] Il faudra encore quelques grandes compétitions pour que nos jeunes joueurs puissent rivaliser avec lui ...".

En finale, Pierre Lenoir (HBC) n'y a jamais cru vraiment : 2 et 2 ! En demi on retrouvait encore les havrais Bernard Allian et Ghislain Vasseur. Henri Pellizza gagne encore le double associé à Maurice Mathieu contre Bouteleux et Vasseur 10/15-15/8-15/4 ("Ils ont bien joué les bougres" avoue Pellizza). Grand chelem pour Noëlle Ailloud chez les dames qui dispose, mais de justesse, de Mme Augry en demi du simple puis de Mme Jeannie Mathieu en finale 11/4-11/1. C'est son 5ème titre. Noëlle Ailloud remporte encore le double avec Mme Mathieu contre les HACwomen , Mmes Chassain et Lefeu 15/8-15/5, et le mixte avec Pellizza contre Mme Monique Chassain et Jacques Gibon 15/7-15/2. "Un festival Pellizza-Ailloud" peut écrire Jean Augry dans le journal où Henri Pellizza (1m83 pour 82 kilos) raconte une nouvelle fois comment il a débuté en mettant une volée au champion de France de l'époque et assure que "des joueurs havrais, Vasseur serait celui le plus capable de progrès".

En juniors, le même jour, Mlle Mireille Laurent (Racing) gagne le simple dames.

Pour la petite histoire nous avons retrouvé aux archives départementales de Seine maritime une trace de Mr Gabriel Beauville qui fut le président fondateur en 1926 de l'Amicale Sportive de Saint-Eustache la Forêt où il était instituteur dans la région bolbécaise.

21 février. Interclubs. Excuse diplomatique ? : les normands (HAC et HBC) sont absents pour cause de ... sports d'hiver. Titre par équipe chez les messieurs contre Lyon-Chavril 5-4 et les dames pour le Racing. Dans le championnat 2ème série les clubs suivants sont inscrits : Port-Jérome, Esso-Paris, Avia-Club, Lugdunum de Lyon (w.o.) et la Maison des Jeunes de Thonon. Résultat final : Esso-Paris bat Esso-Port-Jérome 3 à 2. Poule de 3 clubs en 3ème série entre le SNUC de Nantes, les Paumistes d'Amiens et le Foyer de Romilly. Nantes emmené par Guillet, Beau, Houis et Gorin l'emporte aisément.

Coupe Jacqueline Deguingand ou "Tournoi des ménages" : en finale le couple Pellizza bat le couple Le Renard 15/9-15/9.

A l'issue de la saison Georges Bouvier ("un ancien de Bir-Akeim" ajoute Maurice Mathieu) reçoit le prix Victor Mestre récompensant les meilleurs racingman toutes disciplines confondues. Chouette caricature et portrait :

"La trentaine passée, célibataire, des cheveux blonds taillés en brosse, cet équipier de badminton répond physiquement à la définition du bel athlète et, par son esprit, à celle d'excellent racingman. Son activité sportive ne se borne pas au badminton il est également bon nageur, bon tennisman et judoka. Directeur d'une banque d'affaires à Changhaï, où il habitait jusqu'en 1951, il est actuellement associé chez Pathé-Overseas".

2, 3 et 4 avril. Internationaux de France à Paris. le SH revient à A I McIntyre (contre Le Renard) et le SD à Miss I E O'Beirne contre Miss J Peters. Ghislain Vasseur est sorti en demi par l'écossais vainqueur et parvient, à la surprise du représentant de la fédération anglaise, en finale du double avec Pierre Lenoir contre les vétérans G J Fisch et Ralph Nichols, déjà vainqueurs de l'épreuve en ... 1935 ! Finale perdue 15/6-15/6.

DD : Miss I E O' Beirne (Mme Nichols) et Mrs S Wyatt battent Miss Peters et Noëlle Ailloud.
DMx : R C F Nichols et Miss I E O' Beirne battent Henri Pellizza et Noëlle Ailloud 15/4-15/8.

Championnats internationaux de Lausanne. Paul Ailloud bat le danois Gottschau 15/9-15/8 en finale et sa soeur Noëlle bat Mmme Gottschau 11/6-11/3.

1954. Fin de la guerre d'Indochine et début de la guerre d'Algérie. Pour les gamins, invention du Carambar.




1954-1955 : Madame Augry, en simple dames

Edito de René Mathieu dans "Smash" n65 qui en dit long sur l'estime où est tenu le Bad' et sur la folle passion de René Mathieu :

La France doit être présente partout ... même au Badminton

Nombreux sont mes amis qui me demandent périodiquement pourquoi je m'intéresse au Badminton. La question n'est pas indiscrète et je vais essayer d'y répondre le plus rapidement possible car je n'aime pas beaucoup parler de MOI. Il y a une vingtaine d'années mon ami Charles Fritsch et quelques camarades dont Georges Maillot me poussèrent à m'occuper du Badminton. C'était une charge supplémentaire à mes activités et après une campagne bien orchestrée j'acceptais de faire partie du Conseil de la Fédération Française de Badminton. [...] En 1939 [...] on me pria d'accepter la Présidence. Entre temps j'avais pris contact avec le milieu international du Badminton et je compris vite que Membre fondateur de la Fédération Internationale et ayant un palmarès des Championnats de France datant de 1908 nous n'avions pas le droit de laisser disparaitre notre pays [...] .

Et ma joie serait bien grande si avant de mourir mon équipe de France remportait une fois cette Coupe Thomas.

31 octobre. Cinq havrais pour un match-exhibition à Angers.

4 novembre. Gibon, Vasseur, Lenoir et Augry participent à un tournoi international à Bruxelles et jouent pour la première fois sur un tapis de Badminton en feutre.

19, 20 et 21 novembre. "Internationaux de Paris". Le n1 français, Henri Pellizza parvient en finale contre l'anglais H R Marsland 15/1-15/13. Vasseur, Lenoir et Mme Augry "succombèrent normalement devant la grande classe des joueurs anglais". Miss J Peters bat Mrs M F Henderson 11/9-11/6.

Le HBC remporte les championnats de Normandie par équipe 1ère et 2ème série. Dans le championnat de Normandie par équipes 2ème série par tableau éliminatoire l'équipe 3 du HBC bat une équipe CRS (?) où figure un certain Pitte.

18 et 19 décembre. Eliminatoires de la Coupe Thomas au Havre, gymnase du lycée rue Anatole France. La France, exempte de premier tour, reçoit la Suède devant 1200 personnes sur les deux jours. Le commandant Abadie, maire du Havre est présent, de même que les consuls de Suède et du Danemark. L'équipe de France est composée de Henri Pellizza, Paul Ailloud, Ghislain Vasseur et Pierre Lenoir, remplaçant Jacques Gibon et capitaine-manager Michel Marret. Michel Le Renard est remplaçant. La Suède dont le capitaine est Stellan Mohlin bat la France, ne concède aucun set et s'offre quelques cartons, ainsi Bertil Clans qui bat Pellizza 0 et 0 et Nils Jonson qui bat Ghislain Vasseur 1 et 0 ! La photo officielle de ce match est très célèbre et figure dans le magazine "Les 50 ans de l'IBF" et a été reproduite dans le numéro de septembre 1997 de "France Badminton". A la fin de la compétition les suédois, pour remercier le public havrais de son accueil, jouent un petit double entre eux ...

Coupe J Deguingamp, Coupe des ménages : le couple Pellizza bat le couple Mathieu.

Classement de fin d'année.

Messieurs : Pellizza, Ailloud, Le Renard, Chaves, Vasseur, Chassain, Gibon, Lenoir ...

Dames : Ailloud, Mathieu, Lefeu, Augry, Chassain, Girard, Carvallo, Durst ...

Ghislain Vasseur (HBC) est de nouveau champion de Normandie en première série en battant en finale B Allian, les deux demi-finalistes étant Jacques Gibon et Charles Chassin, tous deux du HAC. Chez les dames, Mme Nicole Kozlowski (Esso-Gravenchon) surprend Mme Lefeu en demi mais pas Mme Augry en finale. Les doubles reviennent à Ghislain Vasseur et Pierre Lenoir contre Jacques Gibon et Charles Chassain, et à Mme Annie Lefeu et Mme Régina Augry contre les gravenchonnaises Mmes Cady et Kozlowski. Le mixte est pour Mme Augry et Lenoir.

29 et 30 janvier. Championnat de France première série à Issy-les-Moulineaux. Mais joué au Racing car, en raison de la crue de la Seine les courts de l'Avia-Club étaient transformés en dortoir. 26 joueurs et 12 joueuses. Fantaisie (?) du tirage au sort, cinq des six joueurs normando-havrais s'éliminent entre eux ! En finale Pellizza bat Vasseur 5 et 13 et gagne le titre pour la 18ème fois. A l'issue de la rencontre il déclarait qu'il "avait du donner le meilleur de lui-même et que sans toute son application il pouvait peut-être cette année perdre son titre". Mme Augry gagne chez les dames contre la parisienne Mireille Laurent qui a sorti Noëlle Ailloud en demi, dans une compétition où le "niveau féminin est en hausse". Le double messieurs revient à l'équipe parisienne Pellizza-Mathieu qui bat 10 et 7 les havrais P Lenoir et G Vasseur. Dans le double dames Yvonne Girard et Mireille Laurent battent Mlles Noëlle Ailloud (Lyon) et Claude Carvallo (Paris). Henri Pellizza fait le grand chelem en remportant, en compagnie de Noëlle Ailloud, le mixte contre Yvonne Girard et Maurice Mathieu.

Curieusement une autre coupure de presse, fournie par Mr Logeais, donne Mme Nicole Kozlowski finaliste du simple en lieu et place de Mireille Laurent. Confusion avec le championnat junior remporté justement par Mireille Laurent. Mme Kozlowski, jointe au téléphone, pense sincèrement avoir joué la finale. Par la suite Mme Kozlowski arrêtera le Badminton pour se consacrer avec son époux à l'organisation de tournois de tennis.

Henri Pellizza souhaite mettre un terme à sa carrière en simple messieurs à l'issue de ce championnat. Il est le prototype du très bon joueur de tennis réussissant, et même beaucoup plus dans le Badminton. Le prototype, mais aussi déjà le dernier représentant. Ses successeurs seront parfois des joueurs de tennis, bien sûr, mais avant tout exclusivement des joueurs spécialistes de Badminton.

La "pulpeuse" Madame Régina Augry ! Quarante ans après, certains "anciens" (du côté de Colombes), lors de l'AG de la fédé 98, s'en souviennent toujours ! Madame Régina Augry vit depuis plusieurs décennies aux Etats-Unis.

Même date et même lieu pour le championnat juniors qui voit Guy Duchemin battre Alain Groene et Mireille Laurent (Racing) l'emporter contre Annie Groene (HBC).

26 et 27 février. Interclubs rue Eblé avec les clubs de Lyon, du Racing, du HBC et du HAC en première série. En finale le HBC perd 5-4 contre le Racing mais Vasseur prend un set à Pellizza ! Le président du Racing déclare même que "le vieux Racing vient de sentir le vent de la défaite". Quant à Jean Augry, il écrivait quelques jours plus tard : "Nous sommes bien rentrés au port ... un peu déçus mais remplis d'espoirs". Le Racing l'emporte encore chez les dames grâce à Mlles Laurent et Girard.

26 et 27 février. Interclubs à Issy-les-Moulineaux avec, en 2ème et 3ème séries, les clubs de Esso-Paris, Esso-Gravenchon, Avia, Thonon, Stade Nantais, Amiens, Loisirs Havrais, Colombes, Romilly et La Courneuve.

Le numéro du 7 mars 1955 du magazine américain "Illustrated Sports" parait avec, en couverture, le joueur de Badminton Joe Alston.

"Non, la courte-paume ne mourra pas", article de Daniel Gounouilhou. "Coupe Bathurst" à Bordeaux.

15, 16 et 17 avril. Championnats "internationaux" de France à Paris. le SH revient à S D Mc Lean contre Maurice Mathieu 15/4-15/6. Le SD est pour Miss A Durst contre Annie Groene 11/0-11/4.

DH : Pierre Lenoir et Ghislain Vasseur battent Maurice Mathieu et Michel Le Renard 15/8-15/12.
DD : Mlle Y Girard et Mlle M Laurent battent Mme Cady et Miss Durst 15/11-15/6.
DMx : S D Mc Lean et Mrs H Laing battent Miss Durst et Dubois

Classement des joueurs français en 1955 (dans un coin une pub pour les télévisons de marque "Radialva") :

Messieurs : 1/ Henri Pellizza (Racing) ; 2/ Ghislain Vasseur (Le Havre) et Paul Ailloud (Lyon) ; 4/ G Chaves (Lyon) ; 5/ Pierre Lenoir (Le Havre) et Jacques Gibon (Le Havre) ; 7/ Charles Chassin (Le Havre) ; 8/ Gagnaire (Thonon-les-Bains) ; 9/ Maurice Mathieu (Racing) et Allian (Le Havre) ; 11/ Jean-Claude Cahagne (Port-Jérome) ; 12/ Jacques Cotte (Esso-Paris) ; 13/ Larde (Avia-Club) ...

Dames : 1/ Mme Régina Augry (Le Havre) ; 2/ Mlle Noëlle Ailloud (Lyon) ; 3/ Mme Annie Lefeu-Gibon (Le Havre) ; 4/ Mlle Mireille Laurent (Racing) ; 5/ Mme Monique Chassain (Le Havre) ; 6/ Mme Kozlowski (Port-Jérome). Arrivent ensuite, en 2ème série, Mmes ou Mlles Jeannie Mathieu, Cady, Aubert, Simone Pellizza, Badou, Lachat, Annie Groene, Charreteur-Créteaux, Lemaitre, Le Renard, M T Hauguel, A M Hauguel, Dubois, Houdard, Paule Vasseur ... l'épouse de Denis Vasseur.

Championnat d'Anjou (salle Moquechien). Mlle Chaze gagne le SD, Serge Houis (SNUC) le SH.

4 et 5 juin 1955. A Singapour, troisième Coupe Thomas et troisième victoire pour la Malaysie contre le Danemark, 8 à 1. La compétition s'étoffe un peu car on passe de 12 à 21 pays participants.

29 Juin 1955. L'IBF porte sur les fonds baptismaux une nouvelle compétition par équipes féminines qui portera le nom de la championne anglaise, Mrs Betty Uber, vainqueur notamment des Internationaux de France, simple et double dames en 1935. A l'origine l'IBF craiganit que cette compétition, engageant certains sacrifices financiers pour les déplacements des équipes concernées, ne rencontre pas tout le succès escompté. Sir George Thomas abandonne la présidence de l'IBF qu'il avait depuis sa création. Il est remplacé par J Plunkett-Dillon. Il est décidé d'accorder la possibilité d'un repos de 5 minutes entre les 2ème et 3ème sets dans tous les tableaux. Grande variété de décisions dans tous les pays (en 1958 la France n'a pas répondu au courrier).

1955. 82 spectateurs tués lors de la course automobile des "24 H du Mans". Invention du magnétoscope. Décès du physicien Albert Einstein, dit E = mc.





1955-1956 : L'homme qui voulut une fédé ...

Jusqu'en 1956 on retrouve en équipe de France les joueurs suivants : Paul Ailloud, Claude Bar, Yves Baudouin, Georges Bouvier, Roger (?) Dubois, Pierre Lenoir, Michel Le Renard, Emile Maillot, Michel Marret, Jean-Pierre Mathieu, Maurice Mathieu et Henri Pellizza. Chez les dames il y a Mme Jeannie Mathieu (née Boivin), Claude Carvallo, Yvonne Girard et Mireille Laurent.

Originaire d'Etretat, station balnéaire très tennistique, Jean Augry est un travailleur infatigable dont nous avons retrouvé une partie des archives pour la saison 55-56. Courrier à la Nederlandshe Badmintonbond pour l'inscription aux Internationaux des Pays-Bas en janvier 56. Jean Augry est un "dangereux activiste" du Bad' que l'on surveille toujours du coin de l'oeil du côté du Racing et de la Commission Centrale de Badminton de la FFLT à Paris, d'ailleurs ce sont souvent les mêmes !

Au Havre, le HAC demande officieusement, à jouer avec le HBC. Max Lefeu passe ainsi au HBC le 10 novembre. Ce qui ne va pas sans poser quelques problèmes diplomatiques et personnels entre Jean Augry et Jacques Gibon.

28 octobre. La FFLT Commission Badminton fait parvenir le calendrier à Jean Augry qui le reçoit, de toutes façons, par courrier, de la main d'Henri Gibon. A cette date le championnat de France 1ère série est prévu "vers" la fin janvier à Lyon, mais avec un grand point d'interrogation. Henri Gibon ajoute à son envoi quelques prospectus concernant des compétitions en Allemagne, au Pays de Galles, aux Pays-Bas " ... tracts susceptibles d'intéresser les amateurs de voyages ...".

Novembre. Le HBC se promène dans les championnats interclubs. Bon prince, Jean Augry, secrétaire du Comité de Normandie de Badminton, écrit :

" L'équipe du HBC affiche actuellement une nette supériorité surtout en technique. Notons cependant que le fossé se comble entre le HBC et les autres clubs, il est souhaitable que le LCH, le BAC envoient de temps à autre, les meilleurs éléments de leurs clubs participer aux entrainements du HBC. Le niveau du Badminton montera ainsi au Havre, pour le plus grand bien de tous".

Grand organisateur, Jean Augry conserve tout :

Le Proviseur du Lycée

à Monsieur Meyer

Président du Badminton-Club

Monsieur,

J'ai l'honneur de vous confirmer ma conversation de samedi dernier [...]. Je vous ai fait part qu'une barre munie de crochets servant à la confection d'un tapis d'entraînement et appartenant au Badminton-Club a provoqué [...] une blessure à la tête de mon élève Leleu de la classe de cinquième pilote [...].

En date du 14 novembre. Réponses le 15, au proviseur et à la compagnie d'assurances Viard.

19 et 20 novembre 1956. "Internationaux de Paris" au Racing. SH (coupe René Mathieu) Absence de Pellizza "fatigué par la nouvelle installation de la lumière électrique" (?) . Paul Ailloud (Lyon) bat Ghislain Vasseur (HBC) 15/4-15/11. SD (coupe Pierre Gilou) : Miss Jenifer Peters bat Mme Régina Augry 11/0-11/5

Evidemment le Smash n 72 de décembre 55-janvier 56 regrette l'absence des havrais au "diner traditionnel et sympathique. [Les havrais] toujours pressés de regagner la Côte normande".

Revue "Coup Droit" n60, novembre 1955. Commission Centrale de Badminton du mercredi 26 octobre 1955 :

"[...] Dans le cas où Lyon ne pourra organiser le Championnat la Commission décidera une autre ville. Probablement Paris (Racing-Club) [...] .

29 novembre. Courrier de la Mairie du Havre :

Mon cher ami,

Il m'est signalé que, pratiquement le mercredi soir, la salle du Palais des Expositions réservée au HBC n'est jamais utilisée.

J'aimerais savoir ce que tu comptes faire à ce sujet afin, si le badminton n'est plus intéressé par ce jour, de pouvoir le donner à d'autres organisations. [...].

M Roth

Mercredi 7 décembre. Sortie à Bruxelles avec Pierre Lenoir, Jacques Gibon, Charles Chassain et Madame, Jean et Régina Augry. Et, inévitable courrier, le 12 décembre, à René Mathieu de la Commission Centrale :

"[...] Veuillez, je vous prie, trouver ci-joint, un article concernant notre match en Belgique. Comme vous pouvez le constater nous avons bien servi la cause de la France et du Badminton. Aussi je viens ce jour vous demander si la Fédération Française de Lawn Tennis ne pourrait pas nous voter un petit crédit pour notre participation au Tournoi de Hollande. Nous faisons de gros efforts pour le Badminton au Havre [...] toujours à nos frais [...].

Puisque Lyon ne semble pas organiser le championnat de France individuel 1ère série, Jean Augry en profite pour demander "confirmation" de l'accord d'organiser ledit championnat au Havre. Réponse de la FFLT (René Mathieu) le 15 décembre :

" [...] Nous vous accusons réception de votre lettre [...]. La Commission Centrale de Badminton [...] adresse des félicitations aux joueurs du Havre Badminton Club pour ce brillant succès. Malheureusement la Commission Centrale n'a pu retenir votre demande de crédit.

Nous allons demander au Président de la Ligue de Normandie de vous ouvrir, si cela lui est possible, un crédit qui [...]".

Et plus bas, la sentence :

"La Commission Centrale a décidé de maintenir Paris pour les épreuves du Championnat National 28 et 29 janvier 1956".

" Coup Droit" n61 de décembre 1955 confirme : "Lyon ne pouvant organiser cette épreuve, la Commission décide de maintenir Paris les 28 et 29 janvier 1956".

Courrier du 16 décembre à Monsieur Mathieu. Courrier d'anthologie et déclaration de guerre ! :

"[...] Nous sommes tous très surpris de la décision de la Commission Centrale, à la suite du forfait de Lyon, d'attribuer encore au Racing cette épreuve. Nous ne pouvons accepter une telle décision. Et voici pourquoi :

a) Nous avions vos nombreuses promesses qu'en cas de forfait de Lyon, ce qui était certain, ces championnats se dérouleraient au Havre.

b) En récapitulant : les championnats internationaux de Paris et de France, les championnats de France individuels, se déroulent cette saison sur les courts du Racing, donc sauf imprévue toutes les épreuves.

Nous voulons admettre que les joueurs de Paris veulent éviter les frais de déplacement. Veuillez comprendre que la réciproque est vraie. Les positions actuelles de nos joueuses et joueurs sur le tableau de classement nous autorisent à nous élever contre cette décision prise à notre insu.

En conséquence, pour protester contre cette centralisation des épreuves à Paris, nous ne participerons pas aux championnats de France individuels. La date étant donc libre sur notre calendrier, nous en profiterons pour organiser au Havre les championnats de France UFOLEP, nous inviterons les clubs affiliés, à savoir, l'Esso-Paris, l'Esso-Gravenchon, les Loisirs, notre club. Nous inviterons d'autre part des joueurs belges, hollandais et danois. Nos possibilités de recette nous donnent le plus grand optimisme.

Je disais plus haut que les décisions prises par la Commission Centrale le sont à notre insu. Je tiens à m'expliquer là-dessus. A la lecture de la revue Coup Droit, je constate que, sur dix membres présents, il y avait un seul havrais. Pas un membre de notre club ne fut invité à cette réunion, alors que nous sommes et de loin le club le plus important de France. De plus, sur les dix membres, cinq au moins sont membres du Racing, c'est beaucoup trop.

Nous n'avons jamais reçu de proposition ferme pour qu'un membre de notre club fasse partie de ce comité. Je viens donc aujourd'hui demander.

1 Les admissions suivantes :

HBC. Mrs Meyer, Augry et Lenoir, soit 3 membres.
LCH. Mrs Renard et Badou.
BAC. Mr Lambert.
Mr Cady de Gravenchon ne demandera pas mieux de faire partie de cette commission.

2 Il reste évident que les dirigeants ci-dessus ne pourront se rendre tous à Paris, je demande qu'un seul puisse les représenter à chaque réunion, avec droit de vote et de consultation avant de prendre une décision.

En accord avec ces dirigeants, je tiens à vous informer que si nous n'obtenons pas satisfaction, nous ne prendrons plus en considération les décisions de ce comité. Nous déplorons avoir à rédiger cette lettre, mais nous estimons que nos efforts en vue du développement du Badminton ne sont pas pris en considération à Paris. Nous avons sur la place actuellement 400 joueurs. Qui peut relever le gant ? Personne. Nous estimons donc que des décisions peuvent se prendre avec notre avis. C'est l'objet de cette lettre.

En ce qui concerne notre déplacement en Hollande, nous ne pensons pas non plus avoir besoin d'un avis de la Fédération, en ce sens que ce tournoi international est ouvert [...]

P.S. Il n'est plus nécessaire de demander un crédit à Monsieur Dortel, nous n'avons jamais rien reçu de la Fédération, cette position est favorable à tout prendre et nous préférons la conserver. Ceci confirme la vieille [?] comme quoi en France les sports sont toujours encouragés ... Le résultat est net en ce qui concerne le tennis.

Cette fois, la hache de guerre est bien déterrée. Courriers de Jean Augry les 19 et 21 décembre en Hollande et à René Gathier à Londres pour de futurs déplacements. Réponse de René Mathieu le 26 décembre. Politique de dissuasion ou escalade ?

[...] Pour des raisons de courtoisie nous ne croyons pas utile de vous répondre sur du papier officiel. Néanmoins nous nous croyons dans l'obligation de vous signaler que votre désinvolture risque d'attirer de gros ennuis à vos membres [...].

René Mathieu dégaine l'arsenal juridique : Commission Centrale, FFLT, Fédération Internationale ... et menaces de sanctions pouvant aller jusqu'à l'exclusion avec extension aux autres disciplines sportives. Avertissement et menace encore :

" [...] Vous avouez que vous possédez plus de 400 joueurs. Vous voudrez donc avoir l'obligeance de faire parvenir à la FFLT 3 rue Volney à Paris un état des 400 joueurs que vous dirigez et joindre le montant de la licence et cela avant la fin janvier 1956."

Dégel des relations et détente dans le paragraphe suivant, ce qui n'exclut pas les risques de douche écossaise en fin de chapitre :

"Nous acceptons volontier la candidature de M Meyer qui sera le bienvenu pour doubler à la Commission Centrale de Badminton de la FFLT notre ami M Henri Gibon. A la prochaine réunion je vais demander la création d'une commission sportive qui débarassera nos camarades de l'organisation de certaines épreuves. Les clubs de France y seront représentés au prorata des licenciés.

Vous rêvez en affirmant que tous les membres de la Commission Centrale de Badminton sont membres du Racing [...]. [Concernant le championnat ...] A cette époque Le Havre n'était pas candidat et c'est moi, toujours dans un esprit de décentralisation qui avait sauté sur la proposition de notre ami Lenoir au championnat de Paris.

La commission du 7 décembre a rejeté ma proposition de faire disputer les championnats au Havre. Je n'ai pas posé la question de confiance et je ne me considère pas déshonoré de cette décision. Je n'ai pas menacé les autres membres de les flanquer à la Seine ... Votre lettre ne cherche plus à construire mais à démolir [...]. Je vous demande de réfléchir et même de demander conseil à nos amis Henri Gibon et Beauville qui ont une grande expérience [...].

René Mathieu pense désormais avoir donné le coup de grâce aux velléités combatives de Jean Augry. Que nenni ! Contre-attaques des 27 et 28 décembre (sous-titre : "Augry sort sa bombe atomique"). La lettre du 27 (2 pages) est une longue attaque contre la Commission ("Si le règlement existe, il conviendrait peut-être de me le communiquer"). Jean Augry rappelle qu'il avait été convenu de faire tourner les championnats de France : une année (1955) à Paris, une année (1956) à Lyon et une année (1957) au Havre. Lyon se désistant, il trouve logique, "pour conserver le cycle" dit-il, que ce soit Le Havre qui organise. Enfin ...

"Je tiens à vous préciser que je n'ai jamais parlé de flanquer les membres du Racing à la Seine ... Je sais que vous nagez tous trop bien pour le faire."

Le courrier du 28 décembre (3 pages) est rédigé probablement après la réunion exceptionnelle du HBC du même jour. Tirs de barrage bien réglés, bien huilés :

1 Nous estimons que la composition actuelle de ce comité ne nous convient pas, et voici pourquoi :

a) Sur un comité composé en général lors des réunions de 10 membres nous notons en permanence 9 membres de Paris [...]. La majorité absolue étant chaque fois en faveur des parisiens et surtout du Racing, nous estimons donc que les décisions sont prises à notre insu et surtout à notre désavantage [...].

b) Depuis plus de 5 ans que notre club existe nous n'avons jamais encore reçu une invitation officielle à participer aux réunions de ce comité [...]. Nous estimons que notre position de plus grand club de France nous donnait le droit d'y être représenté sans avoir à le quémander.

2 Question des licences. Notre club n'a jamais refusé de régler des licences. Nous sommes tous en principe membre de la FFLT, à laquelle nous réglons régulièrement des licences. Nous pensons donc qu'une autre licence ferait double usage. Mr Grégoire est d'accord là-dessus [...].

3 Question Réglement. [...] Tant que nous ne possèderons pas ce Règlement, nous sommes sensés l'ignorer et ne pouvons le prendre en considération.

4 Organisation des championnats 55-56. [...] Etant donné que notre club possède la plus grande partie des joueurs de 1 série et des joueuses de 1 série, il était normal qu'une ou deux de ces épreuves se déroulent au Havre. Les décisions du comité sont donc plus qu'abusives [...].

5 Le Comité du HBC estime d'autre part n'avoir jamais reçu un encouragement quelconque pour ses organisations ou pour ses propres épreuves. Nous avons deux championnes de France au Havre, pas une ne possède un simple petit souvenir [...].

En conclusion, devant le développement important du Badminton dans notre ville et en France nous demandons :

1 La création d'une Fédération Française de Badminton avec une organisation sérieuse de tout ce qui concerne le Badminton en France [...].

Hiroshima.

Intermède et classement de fin d'année.

Messieurs : 1/ Pellizza ; 2/ Vasseur et Ailloud ; 4/ G Chavès (Lyon) ; 5/ Lenoir et Gibon ; 7/ Chassain ; 8/ Gagnaire (Thonon) ; 9/ Mathieu et Allian (Le Havre) ; 11/ J C Cahagne (Port-Jérome) ; 12/ J Cotte (Esso-Paris) ; Larde (Avia-Club) ...

Dames : 1/ Augry ; 2/ Ailloud ; 3/ Lefeu ; 4/ Laurent et Durst ; 6/ Monique Chassain ; 7/ Mme Nicole Kozlowski ...

Un courrier daté du 2 janvier attend Jean Augry, parti en tournoi aux Pays-Bas, dans lequel René Mathieu l'invite à la réunion de la Commission Centrale le 11 janvier "si vous n'êtes pas trop fatigué de votre voyage". Provocation ? La réponse arrive le 10 janvier. Ni Meyer, ni Augry ne participeront à la réunion, "ayant été retenus sur les routes du Nord par le mauvais temps". Sourde oreille ?

Mercredi 11 janvier. De Londres, René Gathier confirme qu'Eddy Choong est disponible pour une exhibition au Havre.

11 janvier encore. Courrier d'un club de Bruxelles pour accord à propos du match revanche vers le 17 mars.

11 janvier toujours. Réunion de la Commission Centrale (rapportée dans le n63 de "Coup Droit" de février). Présents : Mr Mathieu (Président), R Brothier, Colonel J Debove, R Dubois, H Gibon, Colonel Jehan Kuntz, M Marret, R-P Pelletier, J Rosze et H Pellizza.

La Commission prend connaissance des lettres du Havre Badminton Club du 16 décembre, du 27 décembre et du 29 décembre 1955, ainsi que la réponse de Mr R Mathieu.

La Commission constate à regret le ton acerbe et désinvolte des lettres du HBC et approuve dans la forme et dans le fond la réponse faite.

Toutefois les raisons invoquées et les revendications faites par le Comité Directeur du HBC sont débattues et la Commission est d'accord pour :

a) Le nombre de clubs de Badminton et de joueurs licenciés est actuellement insuffisant pour recréer une Fédération indépendante qui ne serait vraissemblablement pas prise en considération par le Comité National des Sports et la Direction Générale des Sports.

b) Pour être agréable aux dirigeants sportifs du HBC, la Commission demandera au Comité de Direction de la FFLT l'autorisation de s'adjoindre les personnalités suivantes : Mr Meyer, Mr Augry et Mr Renard.

c) Ce nouveau Comité constitué pourrait prendre en considération l'application éventuelle pour le Badminton de l'Autonomie administrative, financière et sportive dans l'esprit de la décision du Comité de Direction de la FFLT (art 5 des statuts et règlements) et en restant naturellement dans le cadre de l'arrêté ministériel du 8 juin 1949).

d) Après étude de la création d'une Commission Sportive ; cette idée est subordonnée pour l'avenir après la décision éventuelle du paragraphe b ci-dessus.

Par sa lettre du 10 janvier 1956, le Racing-Club de France fait connaître qu'il lui est matériellement impossible d'organiser le Championnat National à la date prévue des 28/29 janvier 1956.

En conséquence la Commission prenant en considération que les prochains Championnats de France par équipes 1ère série devant avoir lieu sur les courts du Racing, les 18 et 19 février 1956, décide après vote, par cinq voix contre quatre, de mandater Mr H Gibon à l'effet de pressentir le Comité de Normandie pour l'organisation de ce championnat aux mêmes dates. La Commission souhaiterait obtenir une réponse très rapide [...].

Jean Augry a gagné et le championnat de France pourra se jouer au Havre. Mais quelle hypocrisie : le Racing est subitement dans l'impossibilité matérielle d'organiser le championnat qu'il revendiquait !

La FFLT de 1956 est déjà un mammouth qui ne compte pas moins de 10 commissions : administrative et règlements, contentieuse et disciplinaire, classement, épreuves fédérales par équipes, finances, Stade Roland Garros, arbitrage, Internationaux, Presse et Propagande. Badminton, enfin.

Les statuts modifiés du 2 juin 1951 de la FFLT, toujours valables en 1956, précisent (Titre 1 - Statuts et règlements - Chapitre IV - article 5 - page 16) :

Chaque ligue peut sur décision de son Assemblée Générale obtenir son autonomie Administrative, Financière et Sportive pour tout ce qui n'est pas contraire aux Statuts et Règlements de la Fédération. Dans ce cas elle devra se constituer en association conformément aux dispositions légales et réglementaires [...].

Occasion ratée ? Pourquoi ? L'horizon ne se présente décidément pas sous le même angle que l'on soit au Havre ou à Paris. Le Havre, détruit en grande partie pendant le dernier conflit mondial, ne possède pas encore, en 1956, de courts de tennis couverts. Le Badminton y est donc une activité indépendante et originale à part entière. Pour Paris la situation est tout autre, le Badminton n'étant qu'un petit complément "pour l'hiver" pour les bourgeois du Racing, aussi et surtout joueurs de tennis. Jean Augry a mille fois raison quand il avance le problème de la surreprésentation du Racing à la Commission Centrale. Sans doute même René Mathieu, un vrai défenseur du Bad', est-il de son côté, mais ... . Mais les autres clubs "parisiens" se taisent et s'évitent de longs déplacements. Leur heure viendra.

18 janvier. Courrier de Jean Debove, secrétaire de la FFLT : "Le président de Bazillac m'a chargé de transmettre votre lettre au président de la Commission Centrale de Badminton en espérant qu'il pourra lui donner une suite favorable [...].

20 janvier. Courrier attendu de René Mathieu et calumet de la paix :

Mon cher ami,

Nous avons beaucoup regretté votre absence à la dernière réunion de la Commission Centrale de Badminton. [...] Je pense me rendre au Havre avec plusieurs personnalités de la FFLT . [...] Comme j'ai déjà fait personnellement un gros effort pour la région de Paris en offrant toutes les coupes des Championnats Internationaux de Paris, je veux bien faire un effort supplémentaire et vous offrir une coupe qui portera le nom de mon vieil ami Henri Gibon. Vous pourriez organiser un championnat international de Normandie et [...].

En deuxième série Alain Groene bat Max Lefeu. En 3ème série victoires de Gérard Vallet et Annie Causse et de Robert Badou chez les vétérans. Les Loisirs Coopératifs Havrais montent en puissance alors que l'étoile du Havre Athlétic Club semble pâlir ou même s'éteindre.

22 janvier. 2 lettres de Hollande : des joueurs qui ne peuvent venir en France (Paris et Le Havre) en Avril.

28 et 29 janvier. Championnat de France 1ère série au gymnase du lycée de garçons du Havre, rue Anatole France. La "Porte Océane" devient la capitale du Badminton. Jean Augry a mis les petits plats dans les grands et fait tirer des programmes pleins de pubs (Au Rex de Paris le 24 février André Dassary et les soeurs Etienne). Premier titre pour le havrais Ghislain Vasseur qui bat Pierre Lenoir en 3 sets, 14/16-15/8-15/6. Bien sûr les parisiens regrettent l'absence de Henri Pellizza retenu par d'autres obligations ( mais "hors de forme" a dit René Mathieu dans sa lettre du 20 janvier) mais Vasseur et Lenoir s'adjugent encore le double contre Gibon et Bouteleux (15/8-15/9) et Vasseur réalise le grand chelem ("hat trick" écrit Crosgard-Mathieu) avec Mlle José Isabelle en mixte contre Annie Groene et Pierre Lenoir 15/2-15/12. Le simple dames revient à la parisienne du Racing Mireille Laurent contre Régina Augry ("trop lente et crispée) et le double à Mmes Augry et Kozlowski face à Annie Groene et Mme Cady 15/5-15/10.

En championnat de France juniors, Guy Duchemin bat Alain Groene 17/16 au 3ème set.

Au cours de la remise de médailles à la mairie du Havre, Mr René Mathieu évoque une réunion aux Petites-Dalles il y a une quinzaine d'années où il posait avec Jacques Gibon les premiers jalons du Badminton havrais. Dans "Smash" n73 de février-mars 1956, R M Crosgard revient sur le "hat trick" (en français, "le coup du chapeau") et en profite pour remonter aux sources dieppoises du Badminton français :

Notre ami Gabriel Beauville avait raison en disant, l'autre jour au Havre, que la Normandie était le berceau du Badminton en France. En effet, les championnats internationaux de France furent disputés pour la première fois en 1908 à Dieppe, et le vainqueur de cette année-là devint un des plus forts joueurs du Monde. Et ce sera le même baron Georges qui offrira, quarante ans plus tard, la "Coupe Thomas" qui est pour le Badminton ce qu'est la Coupe Davis pour le lawn-tennis [...].

31 janvier. Courriers de remerciement de Jean Debove, secrétaire de la FFLT, pour l'accueil des havrais, et de René Mathieu pour l'organisation ("C'était parfait") et le diner ("excellent") .

2 février. Courrier de la FFLT. Commission Centrale du 8 février. Objets : homologations, match international France-Galles du 6 avril.

10 février. De Londres, René Gathier envoie l'adresse d'Eddy Choong à Lucerne en Suisse.

Courriers. De la FFLT le 11, de joueurs néerlandais souhaitant une rencontre le 17, puis le 26 de Palle Pilegard, un danois du Badminton Klubben Smash de Copenhague qui souhaite venir en avril.

11 et 12 février. André Vallet mais surtout le jeune Gérard Vallet (LCH) sont champions de France 2ème série par équipes avec Mrs Badou, Durandet et Bart, championnat organisé par le LCH. Les équipes qualifiées sont : Avia Club, Thonon, Nantes, LCH, Port-Jérome et BAC Sanvic (la CRS Le Havre n'a pas été retenue).

18 et 19 février. Championnat de France première série par équipe à Paris avec le Racing (tenant), HBC, Lyon et Esso-Paris. Succès historique : le HBC bat le Racing 5-4 chez les messieurs : "le vent de la défaite". Le Racing gagne chez les dames avec Laurent, Durst, Mathieu et Carvallo. Les autres équipes qualifiées sont Lyon et Esso-Paris.

25 et 26 février, à Paris. En 3ème série, sont qualifiés : Foyer de Romilly, Paumistes d'Amiens, Rouen et Angers, Esso Bordeaux, Olympe Toulouse et Sporting de Colombes. Le sporting de Colombes bat Angers en finale et jouera les barrages d'accession à la 2ème série le 7 avril contre le BAC Sanvic.

Maurice Mathieu nous a appris que le Sporting de Colombes n'était autre que l'appellation légale de la réserve du Racing de Paris. Le Racing était à l'époque le propriétaire du fameux stade de foot-ball de Colombes. On ne saurait donc confondre le Sporting de Colombes et l'Etoile Sportive de Colombes.

De ces années, Robert Badou garde un souvenir impérissable :

"[...] Que de bons souvenirs [...] Les déplacements héroïques avec de vieilles bagnoles. Tous plus chauvins les uns que les autres, mais tous bons copains. C'est dans le Badminton que je puise mes meilleurs souvenirs [...]".

Pour André Vallet, "1956, c'est l'année où l'équipe de Malaysie avec Eddy (champion du monde SH et DH), David (champion du monde DH) et Richard-Lim Choong (champion de Malaisie junior) est venue au Havre faire une démonstration au Palais des Expositions". C'était le vendredi 2 mars à 21 H (le 9 juin la mairie demandera à Jean Augry le montant de la recette). Bernard Logeais garde précieusement un autographe d'Eddy Choong. Les Malais jouent encore à Paris le lendemain.

Ghislain Vasseur est à nouveau champion de Normandie individuel en première série contre Pierre Lenoir. Annie Groene gagne chez les dames contre Mme Régina Augry. Vasseur et Lenoir dominent Max Lefeu et Charles Chassin en double et José Isabelle et Ghislain Vasseur battent Annie Groene et Denis Vasseur en mixte.

11 mars. Jean Augry écrit à la FFLT pour recevoir le calendrier de la prochaine saison le plus tôt possible vers le 1er octobre et pour demander l'autorisation d'organiser au Havre un tournoi international. Réponse de la FFLT : "un seul sujet par courrier" !

Sur les premières années du HBC Mr Robert Badou précise encore que le Badminton devança pendant quelques temps le tennis au Havre :

"[...] après avoir lancé le HBC et devant son succès, Augry et Meyer pensèrent adjoindre une section tennis qui démarra avec bonheur, prenant le pas sur le Badminton. La séparation s'imposa d'elle-même, certainement aussi pour des questions de subventions [...]".

Car Jean Augry a un nouveau projet pour la saison "morte" du Badminton. Le Havre étant dépourvu de tennis couvert, il envisage d'en monter un avec l'aide technique de son ami l'architecte Groene, lui-même dans le Badminton avec ses enfants. Lettre de Henri de Bonnière, notaire au Havre, le 22 mars :

[...] Monsieur Hartmann accepte en principe de vous louer ses tennis [...].

6 avril. En prélude aux "Internationaux" London University bat Paris 6-0.

7 et 8 avril. Internationaux de France à Paris. Article de Gaëtan du Vidourle dans "Smash" n74 d'avril-mai 1956 qui remonte, à son tour, aux origines dieppoises avant de déplorer pour le Badminton : " [...] Et c'est le manque de surfaces couvertes qui ralentit son essor [...]." Une publicité annonce la parution de l'Almanach Smash 1956 où l'on pourra trouver, entre autres, le palmarès des championnats de France de Badminton depuis 1908 !

SH : G E Rowlands (Pays de Galles) bat A C Bahrée (Inde) 15/3-15/5
SD : Miss M McIntosh (Ecosse) bat Miss J F Cryer (Angleterre) 11/5-11/8
DH : A C Bahrée (Inde) et C L Yap (Malaisie) battent P B Braysay (Angleterre) et A J Malone (Ecosse)
18/17-15/4.
DD : Miss M B Forester et Miss Mac Intosh (Ecosse) battent Miss Grace et Miss J F Cryer (Angleterre) 15/7-15/2
DMx : Miss M B Forester et A J Malone (Ecosse) battent Miss A Durst (Avia + Angleterre) et A C Bahrée (Inde) : 18/16-15/5.

Jean Augry (suite). Courriers-Bad' le (non daté), puis le 30 avril de la Jersey Badminton Association.

Courriers-tennis le 26 mars pour accords divers. Puis encore cinq lettres le 30 juin pour trouver de l'argent auprès de la FFLT, du député, des bières "Paillette", des établissements Dunlop ... Au 9 juillet le budget estimé du HBC tennis s'élève à 6.500.000 F. La surface dudit tennis couvert étant un gros problème le sand asphalt (tarmacadam) est choisi et, donc, un article sur cette surface est envoyé aux 3 journaux locaux. Courrier le 17, reçu le 17, puis le 23 (buvette du club-house). Le 24 à la mairie du Havre pour demander un prêt (garanti) de 1.000.000 F, le 30, pour avoir le téléphone. Courriers toujours le 28 août, puis le 29 (électricité), puis le 3 septembre (licence boissons) ...

C'est au cours de cette saison que Noëlle Ailloud met fin à sa carrière. Elle avoue qu'elle ne pouvait plus mener de front le tennis, le Badminton et ... une activité professionnelle. Elle regrette l'absence de concurrence dans cette partie de la France, hormis Andrée Gremillet. Elle se souvient même avoir été mise souvent dans les tableaux masculins, notamment à Thonon ! Au palmarès de cette joueuse plusieurs fois internationale (4 ou 5 se souvient-elle) figurent quand même un succès en simple à Lausanne et un en mixte, mais "associée à un malais", précise-t-elle modestement.

Fin de saison. A Angers (salle Jeanson), SNUC Nantes bat Angers 7-2.

30 août 1956. Premier match historique de la coupe Uber. A Hong-Kong, la Malaysie défait Hong-Kong sur le score de 6 à 1. La France n'est pas inscrite.

1956. Invasion de la Hongrie. Invention de la pilule anticonceptionnelle.





1956-1957 : 2ème titre pour Ghislain Vasseur

3 septembre. Courrier de Jean Augry au maire de Bléville (Le Havre) :

Monsieur le Maire,

Je viens d'apprendre que vous allez sous peu monter une salle de sports à Bléville, sous forme d'un vaste local omnisports. Je viens vous demander de ne pas oublier de prévoir dans ce local des terrains de Badminton [...]. Vous savez que le Badminton, sport nouveau en France, remporte actuellement tous les suffrages. Au Havre nous avons commencé à 10 membres, nous sommes maintenant plus de 400 joueurs. Le HAC, les Loisirs, Sanvic (école de garçons), l'Esso Standard, la CRS 32 à La Hève, école Maridor et enfin notre club [...].

Le Badminton est un sport épatant qui convient à tout le monde. L'un de nos membres, Michel Bouteleux, qui habite Bléville peut [...].

Courriers-tennis : licence-boissons, stage INS Paris pour un moniteur, retards sur le chantier, police d'incendie, assurances mixtes tennis-Bad', homologation des résultats sur surface dure, souscription pour le téléphone ... et inaugaration première quinzaine de novembre. .. Dans les archives de Jean Augry se trouvent deux coupures de presse ; sur l'une "Une bonne nouvelle pour les tennismen Le HAC va construire deux courts couverts" ; sur l'autre "Une bonne nouvelle pour les tennismen Le HBC a construit un tennis couvert" !

... Et courriers-Bad' : le BK Smash Copenhague, qui n'a pu venir l'an passé, espère venir en novembre, et réservation d'un gymnase pour "une grande manifestation de Badminton, le vendredi 2 novembre prochain".

Ici s'achèvent les archives de Jean Augry que nous avons déniché chez sa seconde femme au Havre. Jean Augry est décédé en 1993. Quel homme !

Parole à la défense de la Commission Centrale. Le temps a passé, il y a prescription, et Maurice Mathieu, le fils de René Mathieu, président de la C C explique quarante années plus tard :

"[...] J'ai très bien connu Jean Augry qui avait une forte personnalité et une activité débordante qui en a fait un très bon organisateur ; il a beaucoup oeuvré pour le développement du Badminton en Normandie et pricipalement au Havre. Les démêlés qu'il a eu avec la Commission Centrale de Badminton ne m'étonnent pas car il avait un caractère qui n'admettait pas une possible contradiction dans ses souhaits et décisions. Quant à la Commission, elle était alors surtout composée de bénévoles trouvés sur place pour éviter des frais et qui s'intéressaient plus au tennis qu'au Badminton ; René Mathieu en était le Président et devait s'occuper de tout car il n'y avait personne pour l'aider, ensuite Henri Pellizza et surtout Michel Marret ont apporté leur contribution. Période héroïque et très difficile pour le Badminton [...]."

Championnat de Normandie par équipes. Victoires du HBC en première série, du HBC en 2ème série, du LCH en troisième série. Chez les "minimes" c'est le LCH qui l'emporte.

3 et 4 novembre. Internationaux de Paris. Pellizza bat J C Cahagne (15/4-15/7) et Mireille Laurent bat Miss Durst, 11/7-13/11.

25 novembre. Hollande-France à La Haye pour le 25ème anniversaire de la Fédé Neerlandaise. La France s'incline 7-4. Il manquait : Mme Augry, Noëlle et Paul Ailloud, Ghislain Vasseur et Pierre Lenoir. "Avec des si ..." conclut René Mathieu.

Classement à l'issue de l'année 1956.

Messieurs : 1/ Vasseur ; 2/ Ailloud ;3/ Lenoir ; 4/ Gibon ; 5/ J Cotte (Esso-Paris) ; 6/ J C Cahagne (Esso-Port-Jérome) et R Dubois (Esso-Paris) ; 8/ Duchemin (HBC).

Dames : 1/ M Laurent ; 2/ Augry ; 3/ Durst et Nicole Kozlowski ; 5/ Annie Groene ; 6/ José Isabelle.

Janvier. Championnat de France 1ère série à Paris au Sporting Club de Colombes. Ghislain Vasseur gagne pour la deuxième année consécutive en disposant de Paul Ailloud (Lyon) en 3 sets, 11/15-15/8-15/6. Mireille Laurent bat Mme Augry ("qui perd une grande partie de ses moyens lorsqu'elle joue un match important") 11/4-11/1. Henri Pellizza et Maurice Mathieu battent en finale du double Ghislain Vasseur et Alain Groene 17/15-15/10. En double dames Annie Groene et José Isabelle disposent de Mmes Augry (HBC) et Cady (Esso-Port-Jérome) 8/15-15/5-15/1. En mixte Henri Pellizza et Mireille Laurent battent José Isabelle et Ghislain Vasseur 15/1-18/17.

France juniors. Succès havrais avec les victoires de Alain Prieur (HBC) sur les parisiens Jacques Pellizza en demi puis sur R Delay en finale et de Annie Groene contre sa soeur France.

Ghislain Vasseur est champion de Normandie première série en battant le jeune Badou en demi-finale et son frère Denis Vasseur en finale. Annie Groene bat José Isabelle chez les dames. En finale du double messieurs Vasseur et Lenoir battent Vasseur (Denis) et Duchemin après avoir sorti Gérard Vallet et Christian Badou en demi. Chez les dames le double est remporté par Mmes Augry et Cady. Enfin le mixte revient à la paire Régina Augry-Alain Groene.

En 2ème série, titres pour Alain Groene (HBC) et Mlle Jacqueline Robert du LCH.

3 février. Championnat de Normandie minimes par équipes entre le HBC de Alain Prieur et le LCH de Christian Badou.

24 février, au Havre. Championnat de France interclubs. Victoires du HBC en première série, 5-4 contre le Racing, chez les messieurs et du LCH en 2ème série. Le Racing l'emporte chez les dames après sa victoire 3-2 contre le HBC.

Un certain dimanche 24. Normandie "minimes" sur les courts de Trigauville au Havre. Alain Prieur (HBC), le champion de France juniors, se défait difficilement en 3 sets de Muller (Esso) et Ferrand (LCH) "explose" littéralement 5 et 0 en finale contre Christian Badou. Chez les dames France Groene (HBC) bat Viviane Beaugin (HBC) puis Annie Causse (HBC).

Coupe Uber, l'équivalent pour les femmes de la célèbre Thomas Cup des messieurs. Ce championnat du monde par équipes féminines se déroule en 1957 à Lytham Saint-Annes (Lancashire, Angleterre), et voit la victoire des Etats-Unis contre le Danemark sur le score de 6 à 1.

1956-1957. Internationaux de France les 5, 6 et 7 avril rue Eblé. "[...] Il y avait une ombre au tableau car notre ami René Gathier n'était pas présent cette année [...] ".

SH : Ferry A Sonneville (Indonésie) bat D Choong 15/4-15/3.
SD : Miss S M Ryder (GB) bat Miss Cryer 11/7-12/10.
DH : D Choong (Malaisie) et Ferry Sonneville (Indonésie) battent Lenoir et Vasseur 15/4-15/9.
DD : Miss Wyatt et Miss Page (GB) battent Miss Grace et Miss Ryder 13/15-15/11-15/12.
DMx : Miss Gambrill (GB) et D Choong (Malaisie) battent Miss Grace et Ciniglio 10/15-18/17-15/8.

En juillet. Un nouveau président pour l'IBF : J Plunkett-Dillon est remplacé par le Brigadier R Bruce Hay. Choong (Malaisie) devient vice-président (?). Une mine de renseignements : "The International Badminton Federation Handbook 1957-1958".

1957. Un Spoutnik dans le ciel (bip-bip). Prix Nobel de littérature pour Albert Camus.





1957-1958 : ... Et de 3 pour Vasseur

L'idée d'une compétition européenne se jouant les années entre la Thomas Cup commence à faire son chemin d'autant plus que les nations européennes majeures du Badminton se rencontrent déjà. Faut-il une deuxième division pour les autres ?

"The Badminton Gazette" d'octobre 1957, le numéro du jubilee 1907-1957, page 12, reconnait que, contre la France en Coupe Thomas, l'Angleterre "should have no trouble in qualifying"

Le président de Esso-Sport Paris Badminton (et omnisports) est Mr Laure, directeur du service comptabilité à Esso. Mais Esso-Sport existait-il déjà auparavant ? Bonne recrue pour le Esso-Paris avec l'arrivée de Jean-Claude Cahagne de Esso-Gravenchon, venu pour ses études à Paris. Après ses études et son service militaire, Jean-Claude Cahagne arrêtera définitivement le Badminton vers 62-63.

16 et 17 novembre. Eliminatoires de la Coupe Thomas au Havre contre l'Angleterre. L'équipe de France est composée de Ghislain Vasseur, Paul Ailloud, Denis Vasseur, Pierre Lenoir et Maurice Mathieu. Dans l'équipe anglaise on retrouve Jordan, Timperley, Best, Mac Coll et Shaw. Sous les yeux de Mr Guy de Bazillac, président de la fédération française de tennis la France perd 9 à 0 ! Pas vraiment une surprise malgré les excès à table le samedi soir d'au moins un anglais (demandez la photo-preuve à Ghislain Vasseur) ! Commentaire de René Mathieu dans "Smash" :

"[...] Il faut que nos joueurs se préparent physiquement d'abord et qu'ils suivent une bonne technique qu'ils n'ont pas encore. L'exécution des revers par exemple laisse à désirer. C'est un coup particulier qui n'a rien à voir avec les revers du tennis [...]".

22 novembre. France-Suisse à Paris. France 5- Suisse 2. "Ils ont plus de chance que nous. Les volants coûtent moins cher chez eux, ils ont des surfaces couvertes permanentes".

23 et 24 novembre. Championnats "internationaux" de Paris. Ghislain Vasseur bat J Mermod (Suisse) et Mireille Laurent bat Jeannie Mathieu.

Allemagne bat France 11-0.

Championnats d'Anjou. Mme Debiold (Angers) bat Mme Agrappart 11/2-11/3 et De Trogoff (Nantes) bat Guilet (Nantes) 15/8-15/6.

Classement de fin d'année 57.

Messieurs : 1/ Vasseur ; 2/ Lenoir ; 3/ J Cotte ; 4/ Denis Vasseur ; 5/J C Cahagne ; 6/ R Dubois ; 7/ A Groene.

Dames : 1/ M Laurent ; 2/ Régina Augry ; 3/ Annie Groene ; 4/ José Isabelle.

Andrée Grémillet qui semble avoir arrêté le Badminton continue le tennis où elle est encore classée 0. Noëlle Ailloud, elle, est encore classée 15.

Championnat de France première série au Havre. En demi le lyonnais Paul Ailloud bat sévèrement 0 et 2 Pierre Lenoir pendant que Ghislain Vasseur écarte 4 et 2 Jean-Claude Cahagne (Esso-Paris). En finale Ghislain Vasseur conserve son titre contre Paul Ailloud 15/7-15/2. Annie Groene remporte le titre chez les dames en battant en deux sets Mme Augry 11/8-11/5. Ghislain Vasseur et Pierre Lenoir gagnent le double messieurs contre Ailloud et Mathieu, Mme Augry et Mlle Nicol (HBC) le double dames contre Annie Groene et José Isabelle. José Isabelle et Ghislain Vasseur remportent le mixte contre Mme Augry et Paul Ailloud 15/10-15/7.

Championnat de France juniors. Victoires de Gérard Vallet (LCH) contre Christian Badou (LCH) 18/14-15/7 et de Annie Groene (LCH) contre sa soeur France 11/7-11/8.

Championnat de Normandie par équipes. Victoires du HBC en première série, du HBC en 2ème série, du HBC en troisième série.

Dans le Championnat "minimes" par équipe, c'est le Esso-Sports de Port-Jérome-Gravenchon qui l'emporte.

Championnat de France interclubs. Victoires du HBC messieurs en 1ère série, 8-1 contre le Racing et du Esso-Sport de Port-Jérome en 2ème série contre Nantes. Chez les dames, nouveau titre pour le Racing (Jeannie Mathieu et Mireille Laurent) victorieux 3-2 contre le HBC (Groene, Isabelle, Augry).

Page régionale. Championnat d'Anjou (encore !) disputé salle Jeanson à Angers. De Trogoff (Nantes SNUC) bat Li Pohin (Angers) tandis que Mme Debiolle (Angers) dispose de Mme Guilet (Nantes). Chez les juniors victoire de Ritouet (Nantes) sur Maulion (Angers).

Championnat de Normandie première série. En quart Dutreuil bat Duchemin, Groene bat Beaugin ... En finale Vasseur bat Alain Groene. Chez les dames Annie Groene bat Mme Augry. En doubles, victoire chez les messieurs de Vasseur et Lenoir contre Badou père et fils, chez les dames de Annie Groene et José Isabelle. En mixte titre pour Isabelle et Vasseur.

Au championnat régional de deuxième série, succès en simples pour Gérard Vallet (LCH) qui bat Christian Dutreuil (Esso) en demi et Guy Duchemin (HBC) en finale et Mlle Nicol (HBC) qui gagne contre Colette Causse puis Jacqueline Robert (LCH). Le double messieurs est pour Vallet et André (?) contre les Badou, Robert et Christian. En mixte Mlle Nicol et Duchemin prennent le dessus face à Mlle Annie Causse et Gérard Vallet. En mixte, Mme Badou mère et Mlle Robert (LCH) gagnent en 3 sets contre Annie Causse et sa soeur Colette.

Le jeune Georges Cady de Esso-Sports-Port-Jérome remporte le titre régional minimes en individuel.

Mars. Nantes. Championnat de France 2ème série par équipe masculine. Avec les clubs de Notre-Dame des Champs d'Angers (et ses joueurs, Ph Phohin, ou Li-Pohin ?, d'origine chinois et L Boualoth du Laos) et le Sporting Club de Colombes. Nantes (Guilet et de Trogoff) mène dans la belle du dernier double 10-4 mais perd 18-13 et Esso-Port-Jérome (Dutreuil et Logeais) gagne la rencontre 3 à 2. Bernard Logeais s'en souvient encore.

Yves Corbel poursuit ses souvenirs des années cinquante :

A Aplemont, c'est l'instituteur, Mr Pierre Lemière, qui nous entrainait à peu près deux heures par jour après le collège. Cela n'était pas vraiment un entraînement mais plutôt du jeu. Nous avons été champions de France interclubs 3ème série en 58, cela s'appelait alors la coupe "Michel Marret". La formule consistait en 2 simples croisés et un double hommes. Cette finale a eu lieu sur les Champs Elysées à Paris, dans l'ancien théâtre Fémina. Le théâtre Fémina avait un seul court le long de la scène, un petit mètre de recul derrière les terrains. Après je suis allé aux Loisirs avec Joël Le Houérou.

Pierre Lemière, "le maître d'école" d'Yves Corbel poursuit, concernant cette époque :

"Je me souviens d'un championnat de France des clubs en 3ème série dans une salle des Champs-Elysées à Paris. Je me souviens encore avoir organisé un championnat de France dans la toute nouvelle salle Coubertin à Aplemont. Lors des premiers échanges, tous les volants étaient out ! Les peintres de la ville qui venaient de marquer les terrains s'étaient trompés dans leurs mesures. Il fallut avertir vite fait les services compétents, un samedi après-midi trouver une équipe de peintres, poncer certaines lignes, repeindre. Heureusement un père d'élève figurait parmi l'équipe municipale, et le championnat put commencer avec deux heures de retard. Imaginez le stress des dirigeants ! [...]".

Plus tard, vers 1965, sa famille s'agrandissant, Mr Lemière passera le flambeau de l'Amicale Laïque d'Aplemont à Mr Jean Grégoire.

28,29 et 30 mars 1958. Internationaux de France à Paris-Racing. 50 ans après les premiers à Dieppe comme le suggère le programme. Le vendredi une rencontre amicale oppose les équipes allemandes et françaises. Parmi les spectateurs de marque, le roi du Basoutholand et une princesse de Thaïlande.

SH : P Knack (Allemagne) bat R Olsson (Suède) 15/8-15/8.
SD : Miss P Pattapongse (Thaïlande) bat Miss I Dahlberg (Suède) 11/0-11/0
DH : D Nyberg et Olsson
DD : Miss Charles et Miss Pattapongse
DMx : Miss Dahlberg et Olsson

Du 5 au 15 juin. A Singapour, l'Indonésie détrône la Malaisie 6-3 et s'empare de la fameuse Thomas Cup, championnat du monde par équipe masculine reproupant pour l'occasion 19 nations.

24 juin. Mlle José Isabelle décède dans un terrible accident de voiture.

Smash écrit : "La Fédération Internationale de Badminton a modifié la règle du volant qui touche le filet. A partie de maintenant un volant qui touchera le filet sera compté "faute" pendant le jeu et au service".

Smash corrigera (n89-décembre 58) : " C'est une erreur qui nous a fait dire que les volants qui toucheront le filet seront comptés "faute". Cela peut se défendre. Il faut lire et comprendre que le volant touchant le filet au service et franchissant la ligne de service sera joué et ne sera donc pas à remettre".

1958. En Suède, naissance d'une étoile brésilienne : Pelé. Just Fontaine marque 13 buts. Le Général de Gaulle revient à la tête de la France. A Paris, première greffe réussie de moelle osseuse.





1958-1959 :"Mention particulière à Mlle Causse"

Normandie 2ème série. Succès pour le HBC avec Lacire et Mlle Nicol.

Georges Cady (Gravenchon) est de nouveau titré chez les minimes régionaux en battant Dehane des Loisirs C H, et France Groene bat sa soeur Christine. Mr Bernard Logeais succède au Esso-Sport-Gravenchon à Mr William Cady "muté pour son travail au siège Esso SAF à Paris où il s'est dévoué encore à la section Badminton d'Esso-Paris" précise encore Bernard Logeais qui suit toujours, 40 ans après, le Badminton dans la presse locale normande.

Grande famille du Badminton que la famille Cady ! William, le père, sera secrétaire général de la Commission Centrale. Retraitée dans la région antiboise, Madame Cady, excellente joueuse de 2ème série dans les années 50 mais encore championne régionale en escrime, se remémore, lorsque nous la joignons au téléphone 40 années plus tard, quelques joueurs ("... Dutreuil était un bon joueur mais un peu vindicatif ; un jour il a cassé une raquette sur ma tête !"). La famille Cady quittera plus tard la Normandie pour Sartrouville afin de faciliter les études en médecine du frère ainé de Georges. Mme Cady, enfin, reconnait avoir beaucoup joué avec son fils Georges en mixte :

"Georges aurait pu souvent jouer avec de meilleures partenaires que moi en mixte. J'étais au filet et lui, avec son 1 m 90, occupait le reste du terrain !".

15 et 16 novembre. Championnats "internationaux" de Paris, rue Eblé. Ghislain Vasseur bat J C Cahagne 15/2-15/11 et Mireille Laurent bat Mme Augry 11/2-11/8.

Classement de fin d'année 58.

Messieurs : 1/ Vasseur ; 2/ Ailloud ; 3/ Lenoir ; 4/ Cahagne ; 5/ Cotte ; 6/ Denis Vasseur ; 7/ Gérard Vallet ; 8/ Robert Badou, Guy Duchemin et Alain Groene ; 11/ Yves Lemaitre ; 12/ R Dubois et Maurice Mathieu.

Dames : 1/ Régina Augry, Annie Groene et Mireille Laurent ; 4/ Jeannie Mathieu.

Chez les vétérans Mr Beaugin (HBC) bat Robert Badou (LCH) 2 et 11.

Championnat de Normandie par équipes. Victoires (encore) du HBC en première série, du HBC en 2ème série, du HBC en troisième série. Chez les "minimes" c'est le Esso-Sport qui l'emporte.

Championnat de France interclubs. Victoires du HBC en première série masculine ET féminines et de Esso-Sport (Port-Jérome) en 2ème série contre Sporting-Club de Colombes 4-1. Esso-Aubervilliers est champion en 3ème série contre Etoile Sportive de Colombes 5-0.

17 et 18 janvier. Championnat de France 1ère série au Havre BC dans la salle de gymnastique du lycée. Forfait de Paul Ailloud (Lyon), de Mireille Laurent et de Jeannie Mathieu mais le club de Thonon est venu en force avec Gagnaire, Boujeaux et Rossi. Ghislain Vasseur (HBC) conserve son titre sans trop de difficulté, 15/9-17/15, face à Jean-Claude Cahagne de Esso-Paris. Les havrais Alain Groene et Pierre Lenoir sont demi-finalistes. En simple dames (Coupe Carven) Annie Groene (HBC), 16 ans seulement, bat Mme Régina Augry ("démontée par l'enjeu du match") en finale 11-2/11-4. Ghislain Vasseur et Annie Groene éprouvent cependant quelques difficultés pour venir à bout, dans la finale du mixte (Coupe Vitos) jouée en 3sets, de l'équipe composée de Henri Pellizza et Mme Augry. Le double dames est remporté par Mme Augry et Mlle Annie Groene contre Mlles Nicol et France Groene. Le titre en double messieurs revient à Henri Pellizza et Maurice Mathieu malgré une excellente résistance, 18/16 au 3ème set, souligne l'article, des havrais Gérard Vallet, qui fait "trop de bois !" et Christian Badou.

A l'issue de ce championnat, Mr René Mathieu, président de la commission centrale de Badminton, annonce que Ghislain Vasseur est sélectionné pour représenter la France aux "Internationaux" d'Angleterre au mois de février.

Dans le n91 de "Smash" G Du Vidourle égratigne cependant les joueuses de la finale double dames :

" [...] Enfin Mme Augry décrocha un titre en compagnie de Mlle A Groene. Tout arrive ... mais quel match superbe ... de jeu de volant. Ce fut un peu une caricature de notre Badminton. Il faut que nos joueuses s'entraînent à jouer vite et fort [...] ".

Le HBC organise le même jour le championnat de France juniors (Prix Jacques Rozier). Annie Groene bat sa soeur France en finale (11/4-11/3). Les demi-finalistes sont les havraises Annie Causse (LCH) et Viviane Beaugin (HBC). De son côté Christian Badou (LCH) bat 15/5-15/7 son camarade de club Jean-Claude Ferrand. Les demi-finalistes sont Georges Cady (Esso) et A Prieur (HBC). Le journaliste, Pierre Mens rapporte encore dans son article :

"... En Christian Badou, Guylain Vasseur voit son futur successeur au titre de champion de France, voilà un jugement autorisé sur celui qui peut être considéré comme joueur numéro 1 du Badminton ... M Jean Meyer, président général du HBC a offert une breloque à Prieur meilleur joueur du club ... ".

Championnat de Normandie. Nouveau titre, le septième en sept ans, en SH, pour le sociétaire du HBC Ghislain Vasseur contre son frère Denis. Régina Augry gagne le simple dames. Gérard Vallet et Christian Badou gagnent le DH, France Groene et Mlle Nicol le DD. Le mixte revient à la paire Nicol et Vasseur. Un commentaire avisé, peut-être :

"Une mention particulière à Mlle Causse, cette très jeune joueuse forme avec Christian Badou, la grande équipe havraise de double mixte de l'avenir ...".

28 mars 1959. Naissance d'un petit Benoit Pitte. Quand il sera grand il fera du badminton, mesurera 1,82 m et pèsera 72 kg.

1958-1959. Internationaux de France à Paris. 16 nations représentées. La presse est représentée par Claude Darget qui commenta à la télévision les finales.

SH : Lee Kin Tat bat A Rasmussen 15/10-17/16.
SD : Miss P S Wheating bat Mireille Laurent 11/9-11/4.
DH : Lee Kin Tat et J Lim battent Olson et Nyberg 18/14-7/15-15/10.
DD : Mlle Mireille Laurent et Mrs M Sharp battent Miss Cole et Miss Tappin 15/6-15/6.
DMx : Mlle Mireille Laurent et A Nyberg battent Mr et Mme Rasmussen 15/9-15/5.

12 avril. La guerre reprend entre Le Havre et la C C ?

"[...] Et quoique en disent les journaux mal informés de Normandie la Commission Centrale de Badminton de la FFLT s'intéresse de très près aux jeunes normands. La tenue de Ch Badou et Vallet fut très bonne. Nous regrettons néanmoins qu'un chauvinisme exagéré de la part de mauvais dirigeants risque de nuire à des jeunes gens très sympathiques. Nous ne reviendrons pas là-dessus mais nous nous tiendrons sur nos gardes [...] ".

Dimanche 28 juin 1959. Rallye auto du HBC : Badminton, tennis ... et bridge ? Promenade jusqu'à Lillebonne.

On retrouve entre 1957 et le début des années 60 les joueurs suivants en équipe de France. Chez les dames : Mme Jeannie Mathieu, Mlle Mireille Laurent, Mme Régina Augry, Mlle Annie Causse et Mlle Annie Groene. Chez les hommes : Paul Ailloud, Christian Badou, Claude Bar, Georges Cady, Jean-Claude Cahagne, Jacques Cotte, Roger (?) Dubois, Guy Duchemin, Jean-Claude Ferrand, Alain Groene, Yves Lemaitre, Pierre Lenoir, Michel Le Renard, Maurice Mathieu, Henri Pellizza, Denis et Ghislain Vasseur.

Bien entendu les joueurs sont strictement amateurs et paient de leurs poches. Mme Jeannie Mathieu reconnait humblement qu'elle et son mari faisaient des tournois mais qu'en fin de mois ...

Classement de fin de saison :

Messieurs : 1/ Vasseur ; 2/ J C Cahagne ; 3/ Vasseur ; 4/ G Vallet ; 5/ Badou ; 6/ Lenoir et Ailloud ; 8/ Yves Lemaitre ; 9/ Gagnaire ; 10/ J Cotte ; 11/ A Groene et Duchemin.

Dames : 1/ R Augry, Annie Groene et M Laurent ; 4/ Jeannie Mathieu.

1959. En Asie, fondation de "Asian Badminton Confederation".

1959. Castro à La Havane. A Téhéran, le Chah d'Iran épouse Farah Diba !





1959-1960 : Badou vainqueur junior & senior

Si on le dit, personne ne le croira. alors le mieux est de le prouver, tableau officiel de la Fédération en mains. S'il existe un joueur qui devrait avoir sa statue en bronze dans le hall d'entrée de la rue Gabriel Péri au siège de la Fédération à Saint-Ouen, c'est bien lui, Christian Badou ! Et en bustes à sa droite et à sa gauche, on pourrait mettre Viviane Bonnay et Yves Corbel. De cette période on dira que si le ski est une affaire de neige, la pelote une histoire de basques, alors le Badminton est une chasse gardée en Normandie.

Christian Badou est né le 4 juillet 1942. Si un de ces étés vous passez dans les Landes, allez camper au camping "Côte d'Argent" à 40530 Labenne Océan (tél : 05-59-45-42-02) et causez de bad' au patron. Il s'y connait : c'est Christian Badou !

Quatrième président pour l'IBF en 5 ans. Le Brigadier R Bruce Hay est remplacé par A C J Van Vossen.

A Esso-Sport-Paris, Mr Laure part en retraite. Mr Raymond Dubois lui succède. C'est grâce à lui que nous avons pu consulter les archives de Esso Paris. Un grand club qui remportera, sans interruption le championnat interclubs 1ère série d'Ile-de-France de 1961 à 1972, au nez et à la barbe du Racing ou de Colombes.

Championnat de Normandie par équipes. Victoires (suite) du HBC en première série, du HBC en 2ème série, du HBC en troisième série. Chez les "minimes" c'est le club d'Aplemont-Montgeon qui l'emporte.

En deuxième série les titres reviennent au LCH avec notamment Jean-Claude Ferrand contre Christian Dutreuil (Esso-Gravenchon) et Mlle Annie Causse contre France Groene (HBC). En 3ème série Le Houérou (LCH) gagne contre Gainville (LCH) et Mlle Cocard (Aplemont) gagne contre Mlle Trimon (LCH).

Esso-Sport Gravenchon est champion de France 2ème série par équipe masculine.

Le Normandie minimes est décidément l'affaire du Esso-Sport puisque G Loison succède à Georges Cady. Esso-Sports de Port-Jérome à Gravenchon. Christian Badou reconnaît que le club Esso-Sports avait "... des moyens financiers à faire rêver les présidents des autres clubs ; mais quelques années plus tard la section Badminton fut fermée ...".

Explications et justifications de Bernard Logeais joint au téléphone : "C'était certainement vrai mais ce qui a marqué les autres clubs c'est le jour où, ma voiture étant en panne, nous sommes arrivés à une compétition dans une voiture de fonction de l'usine avec un chauffeur à casquette qui nous a ouvert les portes ...". Quand le club a fermé, vers 61, certains mordus sont partis vers Lillebonne tout proche : J L Muller, Jacques Le Guen ... Bernard Logeais se souvient encore de matchs de propagande à Bolbec, au Trait, à Barentin.

A Barentin création du FENB, Foyer Eugène Noël, qui s'entraîne et retrouve un stock de vieux volants dans les locaux de la filature Badin. Traces d'un ancien club antérieur ?

16 et 17 janvier. Championnat de France 1ère série au Havre où il fait très froid sous la verrière du gymnase du lycée. Le juge-arbitre de la compétition est M Lambert. Avant les finales une minute de silence est observée à la mémoire du colonel Jehan Kuntz membre de la commission centrale de Badminton et vice-président de la fédération de tennis décédé dans la semaine. En demi-finale Badou bat Alain Groene et Ghislain Vasseur bat Dutreuil (Esso). Premier titre pour "le Dauphin" Christian Badou (LCH) en "forme physique éblouissante" qui gagne 15/6-17/16 contre Ghislain Vasseur. En l'absence de Annie Groene qui est malade, Jeannie Mathieu (Racing) gagne enfin son premier titre chez les dames contre France Groene qui avait sorti Mme Augry en demi. Paul Ailloud et Michel Le Renard gagnent le double hommes contre Ghislain Vasseur et Alain Groene. Mlles Jacqueline Robert et Annie Causse (LCH) gagnent le double dames contre Mme Augry et France Groene. Christian Badou et Annie Causse remportent le mixte contre France Groene et Vasseur.

Christian Badou double la mise en remportant le même jour le titre chez les juniors contre Georges Cady (Esso-Gravenchon) en demi, 15/6-17/15-15/9 et, en finale, Jean-Claude Ferrand 15/6-15/1. France Groene gagne chez les dames contre Annie Causse 11/1-5/11-11/5.

Arrivée en force des jeunes du LCH où Badou rend huit années à Vasseur, Pierre Mens ne s'y trompe pas qui écrit :

"L'an dernier, après les championnats, G Vasseur nous avait déclaré qu'il voyait en Ch Badou son successeur, il ne pensait sans doute pas que l'avenir lui donnerait si vite raison.

Renouvelant l'exploit accompli la saison dernière par Annie Groene, Christian Badou parvient à être à la fois champion de France senior et junior, il a, en outre, remporté le double mixte.

Les Loisirs Coopératifs Havrais et leurs dirigeants de Badminton ont trouvé une bien belle récompense aux efforts qu'ils font depuis plusieurs années pour former des jeunes".

Championnat de Normandie 1ère série un mois après le France. Premiers titres en simple pour le "Loisirs" Christian Badou qui confirme son titre national contre Ghislain Vasseur sur le score serré de 18/17 et 17/16 ! Annie Causse gagne le simple contre Annie Groene.

Le même jour au Normandie vétérans, Beaugin "un des meilleurs joueurs havrais de ping-pong d'avant-guerre" bat Robert Badou, un ancien joueur de tennis ! De même que Ghislain Vasseur classé 15/4 à la FFLT.

Une semaine après les simples se jouent les doubles de Normandie. Ce sont les vainqueurs des simples qui gagnent le mixte ensemble. Le double dames repart chez les soeurs Groene, Annie et France, contre Mlles Robert et Causse et le double messieurs chez Badou et Ferrand (LCH) qui battent De Haene et Jean-Claude Maire du LCH.

20 mars. Championnat de France interclubs. Victoires du Racing (1ère série) qui reprend son bien tant chez les messieurs que chez les dames, de Esso-Sport-Port-Jérome (2ème série) les 26-27 mars contre le Sporting-Club de Colombes et de Aplemont-Montgeon (ALAM) du président Lemière en troisième série les 9-10 avril.

1959-1960. Internationaux de France à Paris les 1, 2 et 3 avril.

SH : Ferry A Sonneville (Indonésie) bat W F Havers (Angleterre) 15/1-15/1.
SD : Miss R A Rabey bat Miss Smith 11/5-12/11.
DH : Heah Hock Heng et J Lim (Malaisie) battent Parmar et Yeoh 8/15-15/6/17/14.
DD : Miss Smith et Mrs Stone battent Mme Verstoep et Mme Sonneville 15/3-15/8.
DMx : Mr et Mme F Sonneville battent Miss R A Rabey et Yeoh par wo.

Coupe Uber à Philadelphie (USA). Victoire des USA contre le Danemark par 5 à 2.

20 juin 1960. Mr René Pelletier est condamné pour s'être trop largement inspiré du livre du colonel Burdairon dans le 3ème chapitre (ballistique) de son livre, publié en 1955, "Le Tennis Moderne".

J. O. de Rome. La France revient bredouille ou presque. Le général de Gaulle ("qui décidément doit faire tout lui-même") charge le ministre, ou plutôt seulement haut-commissaire, Maurice Herzog et le colonel Crespin de doter le pays de structures sportives dignes de ce nom.

Actualités en 1960. John Fitzgerald Kennedy devient président des Etats-Unis. Indépendance des anciennes colonies françaises d'Afrique Occidentale et Equatoriale.





1960-1961: Badou remet ça

Dans "Smash" n100" de septembre 1960, Michel Bivort rend hommage à René Mathieu qui vient de disparaître en juillet :

René Mathieu n'est plus

C'est avec un profond chagrin que nous avons appris la disparition prématurée de notre cher camarade René Mathieu. Il s'est éteint le 15 juillet dernier à l'âge de 60 ans, des suites d'une maladie qui l'a enlevé trop tôt à l'affection des siens et de ses nombreux amis [...].

Comme publiciste, il avait, outre la direction de notre revue, celle de "Coup Droit", l'organe officiel de la Fédération Française de Tennis. [...] En tant que pratiquant, il fut tour à tour : champion scolaire de rugby, champion de France de Badminton en double, et excellent joueur de tennis de seconde série [...].

En qualité de dirigeant, collectionnant les titres et les présidences, ses activités furent multiples : président de la Fédération de Badminton, de la commission centrale de ce sport à la fédération de tennis, de la commission de presse et de propagande de la même fédération [...] il fut secrétaire général adjoint du Racing Club de France [...].

Son action incessante pour le sport, sa grande expérience lui avait valu les plus hautes distinctions honorifiques. Il était en effet, Chevalier de la Légion d'Honneur, Officier du Mérite Sportif et Officier de l'Instruction Publique [...]

Adieu, cher grand ami, nous ne t'oublierons pas".

L'ancien champion de France Michel Marret devient président de la section Badminton du Racing. Il succède à René Mathieu, créateur de la section et ancien président de la fédération qui vient de disparaitre. Michel Marret sera aussi président du Comité Français de Badminton. Il nous a quitté fin 1995.

Le colonel René Pelletier devient président de la Commission Centrale, H Gibus (Gibon ?) vice-président et R Cady secrétaire. Mme Simonne Mathieu devient directrice de la revue "Smash".

Mr Groene devient président du HBC en lieu et place de Mr Jean Meyer.

C'est vers cette année, se souvient André Guillier de Colombes, qu'il a pris sa première "leçon de Badminton" à Aplemont :

" Nous étions des débutants mais nous devions jouer contre des gamins. Les simples étaient prévus le matin et les doubles l'après-midi. A 11 H et demie tout était fini, nous avions perdu tous nos matchs en marquant zéro point. Quelle leçon !".

Christian Badou passe du LCH au HBC :

"... Je suis parti au HBC, pour plus de facilités, après mon premier titre. Nous pouvions nous entrainer presque tous les soirs, le HBC ayant mis un terrain à notre disposition, Ghislain Vasseur et moi. Les heures d'entraînement étaient de 18 à 22 h. Pendant les entrainements, on jouait. Point. Le HBC a peut-être été le premier à instaurer un semblant d'entrainement avec l'arrivée de Jacques Delarue au club ...".

Normandie 1ère série au Havre. Christian Dutreuil (Esso-Gravenchon) a manqué "faire mordre la poussière" à Ghislain Vasseur en demi. Christian Badou conserve son titre. Double dames : Mlles France Groene et Jacqueline Robert battent Mlles Christine Groene et Viviane Beaugin. En simple, Annie Causse bat Jacqueline Robert en 3 sets. En double hommes, Badou et Vasseur battent Jean-Claude Ferrand et Gérard Vallet (LCH).

11, 12 et 13 novembre. Championnats "internationaux" de Paris au Racing. René Pelletier laisse écrire "BadminGton" dans "Smash" n101 ! Les danois, en retard comme d'habitude, sont scratchés. P J Waddell (Angleterre) gagne le simple messieurs contre N Buchholst (Danemark) et Mme Nielsen, danoise de Paris, gagne chez les dames contre Miss Hinchlife.

Lundi 14 novembre 1960. Rencontre à Paris-Racing entre la France et l'Angleterre pour le compte des éliminatoires de la Coupe Thomas. Photo de famille avec les joueurs anglais. Belle défense des français mais raclée tout de même et petit couplet de circonstance de René Pelletier, président de la commission centrale de Badminton :

" ... Notre devoir est tout tracé : une politique de jeunes s'impose à tous nos clubs".

M J C Thonon bat City Badminton Club de Genève 10-0.

18 et 19 février. Championnat de France 1ère série au Havre, gymnase du lycée de garçons en présence de Mr Lambert, président du comité de Normandie et d'autres personnalités. 180 engagés ! Deuxième titre pour Christian Badou qui bat Ghislain Vasseur 17/14-15/9. Les demi-finalistes étaient Jacques Cotte (Esso-Paris) et Ferrand (LCH). Jeannie Mathieu (Racing) gagne le simple dames contre Annie Causse 9 et 2, et le mixte avec son époux Maurice Mathieu contre Mlle France Groene et Christian Badou en 3 sets. Christian Badou et Ghislain Vasseur gagnent le double hommes contre Ferrand et Gérard Vallet, 6 et 0. Le double dames revient à Jacqueline Robert et France Groene face aux racingwomen Mmes Mathieu et Lemaitre (Racing) 15/10-15/12. On retrouvait en demi-finale les "Esso" Mme Cady et Michèle Dubois.

Bernard Lechalupé de Barentin possède un timbre des Emirats-Arabes-Unis où la joueuse représentée ressemble comme deux gouttes d'eau à Mme Jeannie Mathieu. Coïncidence ? Hélas, c'est du tennis !

Dans le championnat de France juniors qui se jouait le même jour Georges Cady (Esso-Paris) bat 7 et 8 Jean-Claude Maire (LCH) qui a défait en demi Bourgeaux de Thonon. Chez les dames, Annie Causse bat en demi Mlle Viviane Beaugin (HBC) tandis que France Groene "expédie" sa soeur Christine 2 et 5. En finale Annie Causse bat France Groene en 3 sets.

France vétérans le même jour. Premier titre pour Raymond Dubois (Esso Paris) en SH contre Bouvier (Racing).

25 février. Au Trait (Seine maritime). Succès pour l'exhibition Badou-Vasseur, revanche officieuse du championnat de France.

18 et 19 mars. Championnat de France par équipe (1ère série) à Paris. Victoires du Racing chez les messieurs 5-4 contre le HBC et chez les dames.

19 mars 1961. A C J Van Vossen, président de l'IBF, décède à l'âge de 78 ans.

25 et 26 mars. Championnat de France par équipe (2ème série) messieurs. Esso-Port-Jérome (avec J M Muller, B Logeais, G Loison et M Quedrue) bat Sporting-Club de Colombes 4-1. En 3ème série Port autonome du Havre bat A L Aplemont 3-2.

André Vallet pioche dans ses souvenirs des années soixante :

"Déjà à cette époque nous nous efforcions de faire paraitre des articles dans les journaux havrais ou autres. Ce sont ces articles que je vous ai passés. Vers cette époque il y a eu le RCB, le Racing Club de Bolbec avec Claude Paget, François Séminel, Segrestain, Archangioli ... Ils jouaient dans un baraquement.

Bien vite il y a eu une école de Badminton au LCH. Cétait assez nouveau à lépoque. Elle était animée le jeudi par Mrs Durandet et Gaston Hauguel. Bien sûr ils navaient pas suivi de stages de formation mais comme ils faisaient du tennis et du Badminton ... A un certain moment jai pris leur relai, toujours sans avoir suivi de stages".

Classement national en fin de saison.

Messieurs : 1/ Christian Badou et Ghislain Vasseur ; 3/ Jean-Claude Cahagne ; 4/ Denis Vasseur ; 5/ Gérard Vallet ; 6/ Paul Ailloud ; 7/ Alain Groene ; 8/ Jacques Cotte et Yves Lemaitre ; 10/ Gagnaire ; 11/ Dutreuil ...

Dames : 1/ Jeannie Mathieu ; 2/ Annie Groene (devenue plus tard Mme Annie Blondel) ; 3/ Mireille Laurent ; 4/ Régina Augry.

En mai, Thonon est battu par Lausanne 5-7.

1960-1961. Internationaux de France à Paris-Racing les 7, 8 et 9 avril. Avec la présence de 70 joueurs étrangers messieurs et notamment le danois Kobbero "le plus beau style du monde".

SH : E Kops (Danemark) bat l'indonésien F Sonneville.
SD : Miss H Jensen (Danemark) bat Miss Rabey (Angleterre) .
DH : F Kobberö et E Kops
DD : Miss R A Rabey et Miss J Brennan
DMx : E Kops et Miss H Jensen

La famille Cady déménage en région parisienne.

Cinquième Thomas Cup à Djakarta en Indonésie. 19 nations représentées et victoire de l'Indonésie contre la Thaïlande, 6 à 3.

1961, c'est encore la construction du Mur de Berlin, le procès du nazi Adolf Eichmann et Youri Gagarine le premier homme dans l'espace. Philips lance la minicassette audio.





1961-1962 : Yves Corbel titré en double

Encore un nouveau président à la tête de l'IBF : A C J Van Vossen, décédé il y a quelques mois, est remplacé par le Major J D M Mc Callum.

Avec la disparition de René Mathieu la rubrique Badminton de "Smash" a beaucoup perdu. Les résultats ne sont plus toujours donnés et les articles se perdent parfois dans des considérations très vagues sur la propagande badmintonienne. Une "technique franco-danoise" d'apprentissage apparait dans les colonnes pendant quelques temps.

11 et 12 novembre. Championnats "internationaux" de Paris. Internationaux de Paris. Christian Badou remporte le simple contre le danois Bent Nielsen (15/6-15/12) devant les caméras de la chaîne unique de télévision ! Quelques instants plus tard Henri Pellizza et Maurice Mathieu gagnent le double contre Nielsen et Verstoep.

En même temps se joue le Critérium de Paris, réservé aux joueurs de 2ème série. Le joueur de Thonon Bourgeaux se fait remarquer mais c'est Jean-Michel Muller (Esso-Gravenchon) qui l'emporte devant Le Houérou (LCH).

Bent Nielsen est le directeur de la Maison du Danemark à Paris. Bon joueur de Badminton de même que sa femme (n4 danoise), il apprécie beaucoup la vie en France et la bonne chère, reconnait le couple Mathieu.

Championnat de Normandie. En simple, en demi-finale, Ghislain Vasseur bat Le Houérou (LCH) pendant que Christian Badou bat Corbel. En finale Badou bat Vasseur en 3 sets. Chez les dames France Groene bat Annie Causse. Le double messieurs revient à Badou et Vaseur contre Alain Groene et Crochemore du HBC. Le double dames revient à Annie Causse et France Groene qui battent Viviane Beaugin et Christine Groene. Le mixte est remporté par Badou et France Groene contre Annie Causse et Yves Corbel.

Normandie 3ème série. Alain Baquet (LCH) bat Alain Le Mevel (A L Aplemont) gagne le SH et Dominique Créteaux (Port autonome du Havre) bat Danièle Crochemore (Aplemont).

17 et 18 février. Championnat de France 1ère série au Havre BC. Tous les titres nationaux sont pour les normands. Vasseur, en SH, prend en 3 sets sa revanche sur Christian Badou. On retrouve Georges Cady (Esso-Paris) et Yves Lemaitre (Racing) en demi-finale. France Groene (HBC) gagne le simple dames contre Mlle Mireille Laurent (Racing). Badou et Vasseur gagnent sans problèmes le double messieurs contre Georges Cady et Jacques Cotte (Esso-Paris). France Groene et Annie Causse-Vallet remportent le double aux dépends de Mme Jeannie Mathieu et Mireille Laurent. Yves Corbel et Annie Causse-Vallet gagnent le mixte. Une première pour Yves Corbel qui se souvient :

En 61-62, en février 62 pour être précis, j'ai obtenu mon premier titre national en première série en mixte avec Annie Causse en battant en finale France Groene et Christian Badou. Je l'ai encore en tête parce que, quand on remporte un premier titre à dix-neuf ans, on s'en souvient. Le Badminton était un petit sport dans les années cinquante et soixante. Il y avait beaucoup de pratiquants sur le Havre à cause des anglais, sans doute mais peut-être y a-t-il d'autres raisons. Le Badminton n'était pratiqué que dans la région parisienne et au Havre. Il n'y avait qu'environ 2 000 licenciés en France. Il y avait Aplemont, les Loisirs, le HBC, le Port Autonome du Havre et Esso à Gravenchon. Sur Paris, il y avait Avia, le Racing, Esso et Colombes. C'est à peu près tout. Des deux pôles, Paris et le Havre, je ne sais pas lequel a existé en premier.

Championnats de France vétérans et juniors jumelés avec le première série. En vétérans Raymond Dubois de Esso-Paris s'impose contre Crochemore du HBC. Chez les juniors Georges Cady (Esso-Paris) bat Joël Le Houérou tandis qu'Annie Causse bat Christine (?) Groene 11/8-11/5.

Décidément la presse aura épuisé avec Mr Dubois tous les prénoms commençant par R : Roger, Robert, Raymond ...

5 et 6 avril. London University bat Paris 7-4 et sélection malaise bat l'équipe franco-belge.

1961-1962. Internationaux de France à Paris-Coubertin les 7 et 8 avril.

SH : C Wattanasin (Thaïlande) bat Kobbero (Danemark)
SD : Miss Tan Gaik Bee bat Mlle J Vanderwilligen (Belgique).
DH : F Kobberö et Bent Nielsen battent Wattanasin et Nielsen, un autre danois.
DD : Mrs Bent Nielsen et Miss Tan Gaik Bee (Thaïlande)
DMX : F Kobberö et Miss Tan Gaik Bee

7 et 8 avril à Paris. 2ème Criterium National individuel 2ème série, calqué sur le modèle du tennis. Maurice Mathieu (Racing ou Sporting ?) bat Joël Le Houérou (LCH).

Mardi 10 avril 1962. Grande exhibition de Badminton par l'équipe de Malaisie au Palais des Expos du Havre. Entrée : 2 nouveaux francs. Les français se font battre par les "compréhensifs" étudiants malaisiens Parmar, Ponnampalam et compagnie.

En l'absence de Vasseur grippé et de Badou sous les drapeaux, le LCH en profite pour battre le HBC 5 à 4 et se qualifier pour la finale du championnat de France par équipes 1ère série qui a lieu le 18 mars à Paris. Le Racing l'emporte chez les messieurs et les dames. Mais un autre document donne Esso Paris finaliste !

En 1998, l'adresse de la ligue de Haute-Normandie à Bolbec est rue du 19 mars 1962. Le 19 mars 1962, c'est la fin de la guerre en Algérie. Crise de Cuba à propos des missiles soviétiques "Mr K contre Mr K".





1962-1963 : Le grand chelem d'Annie Causse

Création à Lillebonne de la section Badminton de l'USL dont le président-fondateur est Mr Grégoire et les joueurs en forme du moment sont Massart et Muller. La création de ce club est probablement la réponse à la disparition du Esso de Notre-Dame de Gravenchon, distant de quelques kilomètres seulement, intervenant à la même époque.

L'organigramme de la Commission Centrale de Badminton se présente comme suit :

Président : René-Pierre Pelletier

Vice-Président d'honneur : Henri Gibon

Vice-Présidents : A Causse et Michel Marret

Secrétaire général : William J Cady

Capitaine des équipes : Maurice Mathieu et Claude Carvallo

Conseiller technique national : Bent Nielsen

Conseiller médical : Dr R Copin, médecin en chef de la Marine en retraite

Conseillers techniques scolaires : Mr Grégoire et Mr Pierre Lemière.

Le CTN, conseiller technique national, Bent Nielsen commence sa mission par un long article où il met en avant le problème des moyens financiers :

" La vérité oblige à préciser que la France et la Belgique sont les seuls pays d'Europe qui, ayant adopté le Badminton, y ont pris un retard considérable.

Un effort de redressement s'imposait. Il présentait tant de difficultés que le soutien des services publics s'est révélé indispensable au départ [...]".

Exhibition à Coubertin avec Cady et Cotte, avec la présence de Mr Maurice Herzog, Haut-Commissaire à la Jeunesse et aux Sports. Et en plus c'est diffusé au "Journal Télévisé de 13 H" ... sur la chaîne unique !

1 et 2 décembre. Internationaux de Paris. F Kobbero (Danemark) gagne contre W Huygens (Allemagne). Mlle Schumacher (Allemagne) gagne le simple.

1 et 2 décembre. Criterium de Paris. Joël Le Houérou bat Bourgeaux (Thonon).

Championnat de Normandie chez Esso-Sports de Gravenchon. Ghislain Vasseur bat Dutreuil et Badou bat Denis Vasseur. En finale Badou bat Vasseur. Chez les dames Annie Causse bat Jacqueline Robert. En double messieurs Badou et Vasseur battent Ferrand et André Vallet. En double dames France Groene et Jacqueline Robert battent Christine Groene et Viviane Beaugin.

Une annonce dans le journal !

La R.T.F. aux Championnats de France

La Radio-Télévision-Française sera présente au Havre à l'occasion des championnats de France de Badminton. Les habitués du petit écran pourront donc voir quelques séquences de ces championnats qui auront été filmés en cette occasion.

Ces séquences passeront soit à l'émission de Sports-Dimanche à 20h.30, soit au journal télévisé de 13 heures lundi 18 février.

Nous conseillons donc aux téléspectateurs havrais d'être très attentifs.

Février 1963. Au tennis Henri Pellizza, 43 ans, est toujours classé -15. Noëlle Ailloud est 15/1.

16 et 17 février. Championnat de France 1ère série au Havre, dans le NOUVEAU gymnase du lycée municipal. Séquence respect des lieux :

"Le public peu nombreux d'ailleurs, a accepté de bonne grâce la servitude de se munir de chaussures de sports ou de patins pour pénétrer dans ce temple qui n'est pas aménagé pour recevoir des spectateurs".

Christian Badou est absent pour cause de service militaire. Ghislain Vasseur conserve son titre en 3 sets contre l'excellent Georges Cady de Esso-Paris 15-6/8-15/15-9. En demi, ils avaient battus respectivement Yves Corbel et Gérard Vallet. Annie Causse (Mme Gérard Vallet) gagne en simple dames contre France Groene 11/8-12/10. Mme Mathieu et Viviane Beaugin sont demi-finalistes. Joël Le Houérou et Yves Corbel gagnent en double. André Vallet est finaliste avec Gérard en double hommes, les demi-finalistes étant Mathieu et Lemaitre (Racing), Cady et Cotte (Esso Paris). Annie Causse gagne encore le double dames avec France Groene contre Christine Groene et Viviane Beaugin et parachève son grand chelem dans le mixte avec Ghislain Vasseur contre le couple Mathieu du Racing 8 et 2.

Chez les vétérans, Raymond Dubois (Esso-Paris) bat Crochemore (HBC) 3 et 4. En juniors Joël Le Houérou (LCH) bat Alain Le Mevel (AL Aplemont) et Christine Groene bat Viviane Beaugin (HBC) en 3 sets.

9 et 10 mars. Demi-finales du championnat de France par équipes première série. Le Racing emmené par Nielsen, Lemaitre, Pellizza, Mathieu et Le Renard bat 6-3 Esso Paris de Cotte, Dubois, Cady et Beau.

16 et 17 mars. Finales du championnat de France par équipes messieurs et dames. Pas de surprise, le Racing empoche pour la nième fois les deux titres.

23 et 24 mars. Championnat de France par équipes de 2ème série.

5 avril. Rencontre internationale jeunes

1962-1963. Internationaux de France à Paris-Porte de Clichy chez Esso les 6 et 7 avril. Des danois, des anglais, des belges, des suisses, des allemands, des hollandais et un malais. Diner de 131 couverts.

SH : Lee Kin Tat (Malaisie) bat Rex Madson (Danemark).
SD : Miss I Latz (Allemagne) bat Mlle G Schumacher (Allemagne).
DH : H Honegger (Suisse) et Torkild Nielsen (Danemark) battent Harey et Theobald (Angleterre)
DD : Miss I Latz (Allemagne) et Miss I Rietveld (Pays-Bas) battent Mme Nielsen (Danemark) et Mlle J Van der
Willigen (Belgique).
DMx : C Harvey et Miss J Brennan battent Lee Kin Tat (Malaisie) et Mlle Van der Willigen (Belgique).

6 et 7 avril. Championnat de France "Criterium National" 2ème série. Epreuve jumelée aux internationaux : duel germano-suisse.

6 et 7 avril, même lieu. National minimes. Le havrais Lacuisse s'impose devant le parisien Méniane.

Coupe Uber à Wilmington (USA). Victoire des Etats-Unis à nouveau, mais contre l'Angleterre. 4 à 3.

Un classement à l'issue de la saison 62-63 (document Esso Paris). Messieurs : 1/ Badou et Vasseur ; 3/ Georges Cady ; 4/ Jacques Cotte et Gérard Vallet ; 6/ Yves Lemaitre ; 7/ Denis Vasseur ; 8/ Jean-Claude Ferrand ; 9/ Alain Groene.

Dames : 1/ Annie Causse ; 2/ Jeannie Mathieu ; 3/ France Groene et Mireille Laurent ; 5/ Christine Groene.

"Paris Match" du 24 août nous dévoile un Mr K, alias Nikita Krouchtchtev le N1 soviétique, jouant au volant avec (contre ?) Dean Rusk, le secrétaire d'état itinérant du président Kennedy.

1963. Nouvelles du monde réel : assassinat de J F K à Dallas (le vice-président Lindon Johnson le remplace) et décès du pape Jean XXIII auquel succède Paul VI. "Les Oiseaux" d'Alfred Hitchcock.





1963-1964 : Badou 1er, le début d'un règne

A la tête de l'IBF la valse des présidents continue. Sixième président depuis 1955, N P Kristensen succède au Major J D M Mc Callum.

Le colonel Pelletier s'escrime, de manière très lyrique, à vanter les mérites du Badminton : "Badminton ! Sport athlétique ! Sport du fair-play ! Sport éducatif. Un sport qui ne possède rien d'autre que des qualités, qui ne présente que des avantages [...]".

Alain Groene, sous les drapeaux au Bataillon de Joinville remporte le championnat d'Ile-de-France. En junior, le parisien Méniane gagne contre Mamet.

Création d'un nouveau club havrais, le BPLED, Badminton Performances et Loisirs Etoupières Dauphine, dont le premier président est Mr Raymond Hermier. Le PLED, originellement Patronnage Laïque, est né d'une kermesse scolaire de fin d'année organisée par les parents d'élèves. Raymond Hermier souhaitait créer une activité sportive, du volley-ball sans doute. Un instituteur qui avait pratiqué le Badminton l'a "détourné du droit chemin". Quant à la salle "Dauphine" au Havre, elle est mondialement connue dans la région pour ses poutres en fer situées au-dessus des terrains : l'enfer sur Terre !

15 et 16 février 1964. Championnats de Normandie 1ère, 2éme et 3ème séries au Havre, "ancien gymnase du Lycée d'état". Volant plumes (RSL Tourney) pour les séries 1 et 2, plastiques pour la 3ème série (fournis par les joueurs). En première série Christian Badou qui rentre tout juste de l'armée dispose néanmoins facilement de André Vallet 5 et 4. Françoise Lequellenec bat Christine Groene. En 2ème série, succès pour Martine Villermé (LCH) et Dominique Crétaux (ASPAH) en double dames, pour J Legrand et Patrice Le Houérou chez les messieurs. Surprise en troisième série où le double revient à Pierre Van Den Branden et Michel Lechalupé (AC Barentin) contre Heydt et Saubry (LCH).

14 et 15 février. Phase finale du championnat d'IDF interclubs. Classement final : 1/ Racing ; 2/ Esso Paris ; 3/ Sporting Colombes ; 4/ Avia ; 5/ Etoile de Colombes ; 6/ Villemomble-Bondy ; 7/ La Boulie.

22 et 23 février. Championnat de France à Lillebonne-Stade-Municipal en présence de Mr Soisbeault, président de la fédération française de tennis et Mr René Pelletier, président de la commission centrale de Badminton (qui, bizarrement, critique le jeu technique des joueurs mais oublie totalement de donner le palmarès dans "Smash" !). 400 spectateurs. Chassé-croisé entre Badou et Vasseur. Le premier nommé a écarté en demi-finale Georges Cady d'Esso-Sport Paris tandis que le second l'emportait contre Gérard Vallet (LCH). Christian Badou remporte son troisième titre contre Ghislain Vasseur (15/11-15/5) et réalise son premier grand chelem, en double avec Ghislain Vasseur contre Georges Cady (Esso-Paris) et Jacques Cotte (Esso-Paris) et en mixte avec Christine Groene contre Mr et Mme Gérard Vallet, les demi-finalistes du mixte étant Mr et Mme Maurice Mathieu d'une part, Joël Le Houérou et Françoise Lequellenec (LCH) d'autre part. En l'absence d'Annie Causse et de Annie Groene, Jeannie Mathieu reprend son titre en simple trois ans après en battant Christine Groene 11-7/11-8. Françoise Lequellenec et Annie Causse-Vallet gagnent le double dames contre Martine Villermé (LCH) et Christine Groene 15-10/15-7. Un canard titre "BADOU BAT TOUT".

Christine Groene est, en plus, championne de France juniors contre Martine Villermé (LCH) pendant que le favori Jacques Lebaillif (LCH) bat Alain Le Mevel (ALA). Quand à Raymond Dubois (Esso-Paris) il conserve son titre en vétérans pour la 4ème fois consécutive contre R Planès (ASPAH).

Pas de titre cette année-là pour Yves Corbel, mais est-ce bien grave ?

"Mon palmarès ? Est-ce que je le connais moi-même ? J'ai pas mal de trucs en championnats de France. En 62-63, au Havre, au collège Jules Mazurier, j'ai gagné le double messieurs mais je ne devais pas jouer car je n'étais même pas inscrit ! J'étais troufion, j'ai pu avoir une permission. Joël Le Houérou devait jouer avec mon frère. Mon frère a du se faire opérer d'une cheville juste avant le championnat de France. On m'a dit : "Tu joues à la place de ton frère !".

En 63-64, on a perdu en demi-finale contre deux joueurs de Esso-Paris, Jacques Cotte et Georges Cady. La demi-finale a duré 1 H 25 ! J'ai joué ensuite un grand nombre d'années avec Gérard Vallet. En 69-70 je n'ai pas pu jouer avec Gérard à Toulouse car il déménageait ! Il était muté en région parisienne. J'ai donc joué avec mon frère et on a perdu la finale contre Badou et Baquet. En 70-71, c'était à Colombes. De la salle où avait lieu le championnat on entendait les clameurs du stade. Il y avait un match du Tournoi des Cinq Nations de rugby ! Dans la cohue, on avait croisé Roger Couderc".

29 février et 1er mars. Demi-finale des interclubs nationaux entre le HBC et le LCH pour 9 matchs, 5 simples et 4 doubles. Les Loisirs Coopératifs havrais l'emportent.

8 mars. Chez Esso, Porte de Clichy. Le Racing remporte les 2 titres interclubs par équipe, masculine (Bouvier, Lemaitre, Mathieu, Nielsen, Pellizza père et fils) contre le Havre LC et féminine (Mathieu, Laurent, Lemaitre et Nielsen).

Thomas Cup à Tokyo (Japon) : l'Indonésie, encore ! 5-4 contre le Danemark. Un record avec 26 pays représentés. L'ambiance chez les supporters indonésiens dans les tribunes est très chaude et quelques matchs sont suspendus.

1963-1964. Internationaux de France à Paris les 11 et 12 avril.

SH : Oon Chong Jin (Malaisie)
SD : Miss I Rietveld (Pays-Bas)
DH : Oon Chong Teik et Oon Chong Jin (ou Jim ?)
DD : Miss J E Charles et Miss I Rietveld
DMx : Oon Chong Jin et Miss J E Charles

Chez les vétérans, les "Internationaux" sont remportés par le danois parisien Bent Nielsen contre Georges Bouvier. Le double messieurs revient aux anglo-indonésiens W Richard et E Heppolette contre Pellizza et Bouvier.

"A l'issue des compétitions, la remise des prix eut lieu dans le grand salon Pierre Gilou, rue Eblé ...".

Même jour, même lieu. Le havrais Lacuisse devient champion de France cadets après sa victoire sur Oleskiewicz. Le Racing accueille ensuite ses invités :

" Notre ami G Bouvier donnait alors la primeur de son film sur le Badminton excellemment réalisé avec les prises de vues faites lors des championnats de Paris en novembre 1962 [...]".

C'est en cette année 1964 que disparait la section Badminton du Esso-Sport de Gravenchon. "A cause de mon manque de disponibilité et d'assistance au sein de la section" regrette Bernard Logeais.

1964. Pendant ce temps en URSS Nikita Krouchtchev est remplacé par Léonid Brejnev, la Beatlemania déferle sur l'Angleterre puis sur le monde et le normand Jacques Anquetil gagne son cinquième Tour de France. Un best-seller des ventes : le "petit livre rouge" de Mao.





1964-1965 : Tous les titres seniors pour les normands !

Reprise dans la presse :

"Les trois coups vont être frappés. Les clubs sont prêts à repartir. La commission centrale a rendu son verdict en publiant les classements des joueurs. Au sujet du Club Tricolore le président Pelletier s'est montré très ferme en exposant la pâle situation du Badminton français en Europe en soulignant que sans argent rien n'est possible".

Ghislain Vasseur est nommé capitaine de la "pauvre équipe de France" ! Christian Badou est tout naturellement le numéro 1 français, devant Georges Cady (Paris) et Gérard Vallet (LCH). Le numéro 6 est Joël Le Houérou (LCH) puis viennent Denis Vasseur (HBC), Alain Groene (HBC) et Yves Corbel. Chez les femmes Mme Mathieu (RCF), "la triste championne de France 63-64 est numéro 1", devant Mlle Mireille Laurent (Racing), Mme Vallet (LCH), France Groene et Christine Groene. La deuxième série est riche avec Alain Baquet, Jacques Lebaillif, André Vallet, Alain Le Mevel (ALA), Jacques Le Mevel (ALA) ...

Christian Badou est un grand champion de Badminton mais aussi un grand volleyeur jouant à l'UCJG. Hasard des calendriers sportifs il doit disputer le même jour une rencontre importante de volley-ball, sport de filet s'il en est, et le Normandie première série ! Son coeur balance ... Qu'à cela ne tienne. Puisqu'un Normandie sans Badou est comme ... une sardine sans huile, la commission régionale avance le championnat au 6 et 8 (!) mars.

Le temps a passé. Mireille Laurent est devenue docteur Mireille Laurent, chef du service gérontologie de l'hôpital Charles Foix à Ivry. La joueuse Mireille Laurent, autre témoin majeur de cette période se souvient et nous parle d'un homme politique bien connu :

" [...] Nous étions autant de joueurs en France que de clubs en Angleterre. J'avais la chance d'avoir comme partenaire de mixte Henri Pellizza [...] Il était un très bon joueur de tennis. Il participait chaque année aux Internationaux de France à Roland-Garros et son partenaire en double était Jacques Chaban-Delmas lui-même. Il s'inscrivait sous le nom SMALED (Delmas à l'envers). Ils ont plusieurs fois gagné le double vétérans. J'étais très fière à l'époque d'avoir le même partenaire que le Premier Ministre.

[..] Plusieurs d'entre nous étions joueurs de tennis en été, joueurs de Badminton en hiver. A l'époque, le badminton ne se pratiquait que d'octobre à avril. L'ambiance était très sympathique. [...] Nous défendions les couleurs du Racing Club de France contre le club du Havre. Nous avions peu de rencontres internationales.

[...] J'ai souvenir d'une rencontre internationale qui avait lieu à Bruxelles. Nous rencontrions des anglais [...]. Toutes ces équipes étaient remarquablement habillées avec des vestes et des pull-over aux couleurs de leur équipe. L'équipe de France n'avait pas de tenue officielle, mais je me souviens d'avoir eu un fou rire malvenu quand nous défilions au son de la Marseillaise, aussi mal accoutrés. Maurice Mathieu, par la suite, a créé des chandails et des pulls aux couleurs du coq gaulois [...]".

La carrière sportive du docteur Mireille Laurent s'est arrêtée net en mars 1968 suite à un accident de ski ...

Normandie 2ème série. Lebaillif (LCH) bat Baquet (LCH) 15/14-15/4 chez les messieurs pendant que Martine Villermé (LCH) l'emporte difficilement, 11-9 au 3ème set, contre Mlle Viviane Beaugin (HBC).

6 et 8 mars. Normandie 1ère série à Etoupières-Dauphine au Havre. Badou bat Vasseur 17/14-15/0 ! et Mme Vallet bat Viviane Beaugin. Rencontre avancée en double et Badou et Vasseur battent Lebaillif et Baquet puis perdent en 3 sets contre Gérard Vallet et Yves Corbel.

Une nouvelle fois le Championnat de France 1ère série se dispute au Havre. Depuis la saison 57-58 il se tient au Havre, excepté en 63-64 à Lillebonne. Signe de bonne santé du Badminton de la "Porte Océane" mais également signe de stagnation du Badminton Français. De toute façon, quand ce n'est pas au Havre, c'est à Paris !

20 et 21 mars. France juniors à Aplemont au Centre Sportif et Culturel, "les havrais se taillent la part du lion". Chez les juniors "qui ne sont plus autorisés à jouer le national première série", M Varin (ALA) gagne contre J P Tardif (ALA) et Mlle Martine Villermé (LCH) bat Mlle Delhoume (HBC) en finale après avoir sorti Mlle J Legrand (ALA) qui avait elle-même battu Mlle H Bisserier (HBC).

Même date, même lieu "très apprécié par les parisiens". Chez les seniors, Christian Badou (HBC) est champion de France, battant en finale Gérard Vallet (LCH). La perf' de la journée revient à Alain Baquet qui élimine Georges Cady le n2, le quatrième larron des demi-finales n'est autre que Jacques Lebaillif. Au premier tour André Vallet bat Boullefort (Racing). En l'absence de Mireille Laurent (Racing) et Christine Groene, Mlle Viviane Beaugin (HBC) bat Mme Causse-Vallet (LCH). En double dames, Mme Annie Causse-Vallet et Mlle Françoise Lequellenec battent les racingwomen Mmes Mathieu et Lemaitre. En mixte, Beaugin et Badou battent Mr et Mme Gérard Vallet (LCH). Gérard Vallet et Yves Corbel (LCH) battent en double hommes Badou et Vasseur (HBC) et prennent un abonnement à perpétuité pour le titre.

Histoires de familles, il faut quand même préciser qu'André Vallet est le frère de Gérard Vallet et donc le beau-frère d'Annie Causse-Vallet. Gérard et Annie Vallet sont les parents de Fabrice Vallet, co-entraîneur actuel des équipes de France ... Le 11 septembre 1964. Mr et Mme Gérard Vallet ont la joie de vous annoncer la naissance de leur fils Fabrice.

3 et 4 avril. Championnat de France non-classés à la Porte de Clichy. En simple dames Mlle Durand bat Mlle Schmaltz (USM Bondy) en demi puis Mlle Barbillat (Esso Paris) en finale. En SH, Picandet (Colombes) bat Richard Cachoux (Esso Sport) 5 et 9.

3 et 4 avril. Championnat de France 3ème série à la Porte de Clichy. En SD, Mlle Delhoume (Le Havre) bat Mlle J Legrand (Le Havre). En SH Maurice Vincent (Esso Sport) bat Scharli (Esso Sport).

3 et 4 avril. Championnat de France vétérans à la Porte de Clichy. Nouveau titre pour Raymond Dubois (Esso Paris) qui bat Mamet (ou Marret ?) (Sporting Club de Colombes ?).

Lillebonne est champion de France interclubs 3ème série.

L'AL Aplemont est championne de France interclubs 2ème série.

Championnat de France par équipes 1ère série : Le Racing toujours chez les messieurs et les dames.

1964-1965. Pas d'Internationaux de France cette saison-là ? Pourquoi ?

26 juin 1965. Christian Badou, champion de France et artisan électricien, épouse à Notre-Dame de Bonsecours à Graville, Mlle Dany Jankowski sous une double haie de raquettes et de ballons de volley. Le voyage de noce a lieu aux Baléares.

Classement à l'issue de la saison (document Esso Paris). Messieurs : 1/ Badou ; 2/ Vallet ; 3/ Cady ; 4/ Cotte ; 5/ Lemaitre.

Dames : 1/ Laurent ; 2/ Vallet ; 3/ Beaugin ; 4/ ? ; 5/ Lequellenec.

Autres nouvelles de 1965 : le général Charles De Gaulle est élu président de la république au suffrage universel, Jim Clark est champion du monde de F1 sur Lotus. Trois français obtiennent le prix Nobel de médécine : les professeurs Jacob, Lwoff et Monod. Invention (ou découverte) de la minijupe.





1965-1966 : Tintin-Badou en Indonésie

Valse des présidents de l'IBF (suite) : D L Bloomer sucède à N P Kristensen.

Le sport, ici le Badminton, se fait parfois rattraper par l'actualité. L'année 65 a été marquée par ce que l'on peut qualifier, pour rester politiquement correct, de troubles en Indonésie. Le 30 septembre 1965 éclate une insurrection "pro-chinoise" qui sera réprimée dans un bain de sang par le régime du président Soekarno. Le "retour au calme" nécessitera, selon certaines sources, 700 000 arrestations et 500 000 morts !

Le problème est que ces "troubles" se produisent juste, juste avant les Internationaux d'Indonésie où Christian Badou et Georges Cady sont invités. Cady et Badou sont "les premiers européens entrés dans Djakarta" le dimanche 3 octobre. Témoin privilégié, Georges Cady (Esso Paris) rapporte au journaliste J C Duquesne :

"Nous n'étions pas très rassurés quand nous avons posé le pied sur le sol indonésien. Les officiels du badminton nous attendaient à l'aéroport. Depuis les évènements, nous étions les premiers Européens à entrer dans Djakarta. En apercevant sur la place quatre chars, des AMX français, nous fûmes un peu effrayés.[...] Couvre-feu à 18 heures. Cette mesure avait été prise à la suite du massacre de six généraux. [...] Seule une brève une brève fusillade a éclaté au centre de la ville. [...] Ils sont dans l'ensemble très pauvres. Un ouvrier gagne 35 roupies de l'heure. Pour acheter un pantalon, il lui en faut 70 000".

Christian Badou préfère parler de l'accueil :

"Je me souviendrai toujours des fleurs de Djakarta et des jardins de Bandoeng. Vous savez, on a beaucoup exagéré les évènements. Nous étions à cent lieues d'imaginer une réception aussi enthousiaste. Ah ! Nous avons pris une bonne trempe. J'ai perdu mon premier match 15/1-15/3. Tout cela dans une ambiance de corrida".

A la question de savoir si le Badminton doit redevenir une fédération indépendante ("Parcourez tous les procès-verbaux [de la FFLT] de ses délibérations depuis de nombreuses années, il n'y est jamais question de Badminton") le colonel Pierre Pelletier répond (sous le pseudo de Pythias), un peu désabusé, dans "Smash" n127 :

"[...] C'est pratiquement impossible. Car il y a déjà tant de fédérations sportives ! A ce compte, la paume solliciterait le même avantage ainsi que les quatre sortes de jeux de boule et le surf inclus dans la fédération de ski nautique. Et tant d'autres sports. Ne nous laissons pas aller à imaginer ce que deviendront les fédérations sportives, quel mode de gestion, quelle organisation leur seront, dans l'avenir, nécessairement imposés [...]".

Le "Journal Officiel" du 14 novembre 1965 donne la liste des sports pour la pratique desquels un certificat médical d'aptitude est obligatoire pour les sportifs de tous âges. Le Badminton - que les américains classent à l'égal de la boxe, en tête des sports les plus rudes - a-t-il été oublié ou "sous-entendu" dans la mention Lawn-Tennis ? Nos licenciés sont-ils désormais dispensés de fournir ce certificat ? (texte intégral de l'article paru dans "Smash" 127 de février 1966).

Normandie non-classés. En SH, Heuzé (Racing Bolbec) bat Michel Pérois (LCH) en demi puis Breton (LCH) en finale. Chez les dames Mlle Dominique Vauclin (HBC) bat Mlle Rousselet des Loisirs.

Sympa. Très sympa cet article de Guy Leclerc agrémenté de photos de Robert Lhommet sur Françoise et Joël Le Houérou, non pas "côté court" mais "jardin secret". Françoise, institutrice à l'école Jules Guesde prépare la rentrée de janvier tandis que Joël feuillète son cadeau de Noël, un livre d'Astérix. Quant au jeune Cédric Le Houérou, il tient déjà une raquette dans sa main.

30 janvier. Normandie 3ème série. Titre pour le lillebonnais Paul Cabanne en simple contre Jean-Luc Corbelet (LCH). Cabanne remporte encore le mixte avec Martine Pujol (USL) et le double avec J M Ropus (USL). Yveline Hue (ALA) bat sa partenaire de club Janine Gouel avant de remporter avec elle le double dames contre les lillebonnaises Mlles M Pujol et F Chicot.

Jean-Yves Corbelet est passé ensuite au HBC, puis est devenu un grand photographe de Formule 1 mais garde un grand souvenir du Bad' et des entrainements matinaux avec son ami Alain Baquet ... au jokari.

Normandie 2ème série à Aplemont. En demi-finale du simple messieurs Lacuisse (ALA) bat J Le Mevel (ALA) pendant qu'Alain Baquet (LCH) bat Oleskiewiecz (ALA). Baquet remporte la finale 17-16 et 15-3. En simple dames Martine Villermé (LCH) bat Mlle Legrand (ALA) 12/10-11/8.

Le même jour au championnat de Normandie minimes, Ch Boulanger (LCH) gagne contre Gest (AC Barentin) chez les garçons et Mlle Rousselet (LCH) fait de même contre Mlle Bréant (ALA) chez les dames.

20 février. 6 avenue de la Porte de Clichy. Le LC Havre accède à la finale du championnat de France par équipe masculine mais victoire de Esso Sport en finale 5 à 4. Chez les dames, victoire du Racing emmené par Mmes et Mlle, Mathieu, Lemaitre et Laurent.

A partir du 24 février et pendant un mois se déroule le championnat ASSU à la salle Dauphine sous le contrôle de Mr Grégoire, professeur d'EPS. Pas ou peu de surprises. Chez les minimes-cadets, victoire de Geiger, chez les juniors-seniors, victoire de Lacuisse. Mlle Hue gagne chez les jeunes filles.

Bonne fin de saison pour Lillebonne qui est champion de normandie interclubs de 3ème série.

5 et 6 mars. Championnat de France non-classés à Lillebonne. En SD, Françoise Lethuillier, 15 ans, gagne contre Michèle Bontemps (Colombes) âgée de 16 ans 1/2. En SH, Guy Segrestain (Racing Bolbec) bat en finale Joël Guéguen, de Lillebonne, qui ne pratique que depuis quelques mois. Article à la gloire de Lillebonne "ville heureuse", municipalité, club et collège dans "Smash" n128 d'avril 1966. "Smash" qui s'essouffle décidément.

Le même jour se dispute toujours à Lillebonne le championnat de France 3ème série. En simple hommes Paul Cabanne (USL) bat Richard Cachoux (Esso Paris) qui a sorti Jean-Alain Muller (USL, ex-Esso Gravenchon) en demi. La joueuse locale Martine Pujol est éliminée en demi par la future gagnante, Barbillat de Esso Sport Paris qui défait l'aplemontaise Gouel en finale, 3-11/11-7/11-7. Le président d'honneur René Pelletier remet à cette occasion la médaille d'argent du Badminton au président de Lillebonne, Bernard Massart.

Mars 1966. Assemblée générale de l'US Lillebonne. Le président Massart reconait une diminution des effectifs de 109 à 67 mais y voit un meilleur rendement des terrains. Il donne le palmarès du club et félicite notamment le jeune Paillette, finaliste du Normandie benjamins.

19 et 20 mars. Championnat de France 1ère série à la Porte de Clichy. Cinquième titre en SH pour Christian Badou, contre Gérard Vallet cette fois. Jacques Cotte (Esso Paris) et Lemaitre (Racing) sont demi-finalistes. Victoire en SD pour Martine Villerme (LCH) contre Mme Annie Vallet. Mlle Beaugin et Mme Mathieu sont demi-finalistes. Gérard Vallet et Yves Corbel (bis repetita ...) en DH contre Badou et Vasseur. Jeannie Mathieu et Mireille Laurent (Racing) gagnent le DD contre Mme Vallet et Mlle Villermé. Mr et Mme Gérard et Annie Vallet remportent le mixte contre Christian Badou et Viviane Beaugin.

Le même jour, Alain Lacuisse (AL Aplemont) devient champion de France juniors chez les messieurs en battant "Oles", et Martine Villermé (LCH) gagne pour la 2ème année consécutive chez les dames en battant Mlle Legrand (ALA) 4 et 1.

En vétérans, Raymond Dubois est champion pour la 6ème fois consécutive ! En battant Bouvier (Racing).

Mois faste pour Christian Badou, heureux papa d'une petite fille prénommée Cyrille née quelques jours auparavant.

1965-1966. Internationaux de France à Paris.

SH : Ang Tjin Siang
SD : Miss I Rietveld (devenue Mme Nielsen)
DH : Ang Tjin Siang et Wong Pek Shen
DD : Mrs J E Charles et Miss I Rietveld
DMx : E Kops et Miss Svensson

L'AL Aplemont est championne de France 3ème série par équipe.

Jacques Lebaillif est devenu docteur à Harfleur, près du Havre. Lui aussi, comme tant d'autres que nous avons croisés, s'est débarrassé de ses articles de journaux. Il se souvient avoir démarré le Bad' en 1958 au LCH et avoir arrêté vers 1966 au HBC, "étude oblige" semble-il regretter à propos de ce qu'il appelle un "beau sport". Il se souvient avoir rencontré la Belgique en 1966 en senior, la Belgique encore mais ausi le Danemark, cette même année 66 en espoirs. Et d'évoquer encore les Vasseur, Badou, Corbel et autres Georges Cady d'Esso Sport.

Samedi 7 et dimanche 8 mai 1966 à la salle des sports de l'UCJG du Havre, et devant 200 spectateurs, France-Belgique. La France est battue 2 à 9. Quelques satisfactions : Gérard Vallet et Yves Corbel battent Verstoep et Goossens, et Alain Baquet bat Goossens. Pour le reste, "manque d'habitude" ainsi que le souligne le journaliste Pierre Barq. Il est exact que dans l'équipe de France, composée à 100% de havrais, beaucoup de joueurs fêtaient leur toute première sélection. Les belges acceptent de recevoir les français en novembre prochain afin de les aider à progresser. Analyse du double hommes trente ans après, signée Yves Corbel :

"Un match n'est jamais perdu. Lors de cette rencontre contre la Belgique perdue 9 à 2, les seuls matchs gagnés le furent par Alain Baquet en simple et Gérard Vallet et moi-même en double. On perd le premier set et on est mené 14-3 dans le deuxième. On le gagne 17-14 et on gagne le troisième ! Pour moi le premier set était toujours considéré comme perdu parce que j'étais fainéant pour m'échauffer, c'était pour moi un set d'échauffement !".

Pour Yves Corbel, c'est au cours de cette rencontre ou d'une autre contre les belges que Christian Badou est repéré par Tom Verstoep, l'entraîneur belge.

"Christian Badou était un sportif complet. Il faisait de la plongée sous-marine, il a été membre de l'équipe de Normandie de volley-ball. Il a vite été repéré par Verstoep qui l'a invité à venir s'entraîner en Belgique pendant trois semaines. Avec Viviane Bonnay et Christian Badou, j'allais au moins deux fois par mois pendant la saison faire des compétitions en Belgique".

Ce que confirme Christian Badou :

"Je faisais du volley-ball dans une équipe, l'UCJG, qui évoluait parmi l'élite normande, ainsi que quelques années en championnat de France 3ème division. Gros problème pour concilier les deux sports. Là encore, Mr Pelletier, ex-colonel, s'était manifesté par un ultimatum. [...] Je suis allé de moi-même en stage à mes frais limités par l'hébergement offert par Verstoep, entraîneur hollandais de l'équipe belge. J'ai donc suivi deux stages avec les sélectionnés belges ainsi qu'une semaine en tête-à-tête avec l'entraîneur. Au retour, je dominais le lot français".

Juin 66. La commission régionale de Normandie se réunit pour élire son bureau 66-67. Mr Causse est réélu président. Mr Beaugin devient vice-président. Le secrétaire général est Mr Grégoire et le trésorier Yves Corbel. La CRNB publie le communiqué suivant : "[...] Lors de ses prochaines réunions, la nouvelle commission régionale statuera sur la réorganisation des championats régionaux, la création d'un championnat des jeunes, d'un centre de perfectionnement et d'une coupe de Normandie [...]". Quid du centre de perfectionnement ? Projet trop futuriste ?

Classement national de fin de saison.

Chez les messieurs : 1/ Badou (HBC) ; 2/ G Vallet (LCH) ; 3/ G Cady (Esso) ; 4/ J Cotte (Esso) ; 5/ Y Lemaitre (Racing) ; 6/ J Lebaillif (LCH) ; 7/ A Baquet (LCH).

Chez les dames : 1/ M Laurent (Racing) ; 2/ A Vallet (LCH) ; 3/ J Mathieu (Racing) ; 4/ V Beaugin (HBC) ; 5/ M Villermé (LCH) ; 6/ F Le Houérou (LCH).

Coupe Uber. A Wellington (Nouvelle-Zélande), les japonaises obtiennent leur première victoire contre les USA, 5 à 2..

1966. La vie continue. Le mouvement hippy se développe aux Etats-Unis (on fume du sm'hasch à Frisco). L'Angleterre gagne la World Cup de foot mais le but de Hurst est-il rentré ? Une bombe atomique perdue puis retrouvée en Espagne !





1966 - 1967

4 décembre. Phases finales du Normandie non-classés au Havre-Trigauville. Le simple dames est remporté par la joueuse de la "Cité des filatures", en l'occurence Bolbec-Racing, mais laquelle ? contre Mlle Rousselet (LCH) 12-10 et 12-10 ! Le SH revient à Hanoy (ALA) contre Crépeaux (ALA).

11 décembre, dans la "Cité romaine" (Lillebonne) Normandie 3ème série. Martine Pujol gagne le simple et le double avec sa partenaire de club Françoise Lethuillier. La finale du SH opposant Michel Massif (USL) à Geiger (Port-Autonome du Havre) est disputée au Havre le dimanche suivant 18 décembre et voit la victoire de Geiger 6 et 6. Conclusion de l'article : "... L'on peut dire sans fausse honte que le niveau progresse d'année en année ...".

10 et 11 décembre encore. A la Porte de Clichy, chez Esso, rencontre triangulaire réservée aux moins de 22 ans, opposant la Belgique, le Danemark et la France. Le Danemark bat la France 8-1 (victoire d'Alain Oleskiewiecz) et la France bat la Belgique 6-3.

22 janvier. Normandie 2ème série : Mlle Yveline Hue (Aplemont) l'emporte face à Mlle Legrand d'Aplemont 11/3-11/2, succès donc pour l'entraîneur d'Aplemont Grégoire. On retrouve en demi Mlles Gouel (ALA) et Bisserier (HBC). La finale du simple messieurs n'a pu être disputée le même jour. Qu'à cela ne tienne, elle est jouée le dimanche suivant. "En ce temps-là, pas de panique !" peut rire André Vallet. Et, ô surprise, c'est l'ancien (déjà à l'époque, avec ses 31 ans) André Vallet (Loisirs havrais) qui surprend tout le monde en gagnant la finale contre le joueur de l'Amicale Laïque d'Aplemont, Alain Lacuisse, 15/11-15/9. Lequel Lacuisse avait défait le jeune Patrice Le Houérou en demi. Le double dames est pour les lillebonnaises Pujol et Lethuillier.

22 janvier. Normandie 3ème série en doubles.

11 et 12 février. Normandie 1ère série. Christian Badou bat Gérard Vallet et Viviane Beaugin bat Martine Villermé en 3 sets. Le double est remporté par Gérard Vallet et Yves Corbel d'une part, Annie Vallet et Françoise Le Houérou d'autre part, contre V Beaugin et C Bazille (HBC). Le mixte est joué le lundi soir suivant au PLED et voit le succès de Badou et Beaugin contre le couple Vallet, Gérard et Annie.

C'est en 1967 qu'Yves Corbel assiste à un accident gravissime, fort rare heureusement :

"Je me souviens de l'accident de Jeannie Mathieu. C'était lors d'un double dames en finale de championnat de France interclubs à la Porte de Clichy contre Françoise Lequellenec et Annie Causse des Loisirs. Sur un service de sa partenaire Mireille Laurent, sans bouger, en attendant le retour de service, elle s'est rompue le tendon d'Achille. Elle s'est écroulée en hurlant. Elle est partie en ambulance".

Mr Maurice Mathieu confirme en précisant que les deux équipes étaient à deux partout au moment de l'accident. Mme Mathieu confirme.

18 et 19 février. Finale du championnat de France 1ère série interclubs. Pierre Barq relate la " Belle réussite des Loisirs à Paris". Le LCH gagne 6-3 contre Esso Paris chez les messieurs et bat le Racing 3-2 chez les dames. La suite : "[...] Le RC de France de Mme Mathieu qui se blessera d'ailleurs au cours de la compétition (rupture du tendon d'Achille) s'est incliné 3-2, le double apportant le point de la victoire [...]". La "Bible" anglaise se plante et donne le Racing chez les messieurs.

Esso Sport l'aurait bien voulu ce titre chez les messieurs. Le n632 de "Esso Sports" du 21-2 regrette :

"Nous comptions beaucoup sur les deux points supplémentaires que devait nous apporter notre joueur Adri Moeskito ; malheureusement la malchance devait s'acharner sur lui lors des ultimes points [...]. Quant à Georges Cady, toujours aussi courageux, il réalise la meilleure performance de la journée en battant G Vallet (2ème joueur de France) par 2 sets à 1 [...]".

22 février. Texte d'André Lyorad et photos de Robert Lhommet dans le journal (havrais probablement) pour présenter la famille Vallet (tendance Gérard). Annie s'affaire au commerce paternel de marbrerie et Gérard prépare une carrière d'ingénieur par les cours du soir. Ils se sont mariés en décembre 1963 et ont un enfant :

"Fabrice, né le 11 septembre 1964, est le petit diable blond du couple [...]. C'est de la future graine de champion, dit volontiers le papa, très fier de son gentil rejeton de 2 ans 1/2".

Le jeune Fabrice Vallet deviendra un jour entraineur de l'équipe de France. Ce que c'est tout de même que le poids des générations antérieures !

Du 31 mars au 2 avril. Internationaux de France à Paris au stade Pierre de Coubertin.SH : Lee Kin Tat (Malaisie)

SD : Miss G Schumacher (Allemagne)
DH : W Braun et D Wurfel (Allemagne)
DD : Miss J E Charles (GB) et Miss Svensson (Danemark)
DMx : K Tetenberg et Miss G Ziebold (Allemagne)

Lillebonne est vainqueur du championnat de Normandie interclubs 3ème série puis finaliste du championnat de France 2ème série.

Des nouvelles de l'étranger. La Malaisie remporte la Thomas Cup à Djakarta contre l'Indonésie. 23 pays représentés. Le public indonésien, une nouvelle fois, en fait "trop" et la compétition n'est pas terminée "sur le terrain", les deux derniers matchs sont joués en Nouvelle-Zélande !

Yves Corbel se souvient d'une saison (peut-être 65-66) où il a failli laisser tomber le Badminton : "J'ai eu aussi quelques déceptions. Pour les sélections nationales, il vaut mieux être "près du Bon Dieu". J'étais champion de France en double avec Gérard Vallet et la fédé a envoyé à Djakarta en Indonésie un joueur parisien du racing qui n'était que deuxième série mais membre de la commission de Badminton. J'ai été laissé de côté alors qu'en plus j'étais demi-finaliste ou finaliste en simple. J'estimais avoir ma place".

Côtoyer les plus grands joueurs peut parfois donner des idées sur l'entraînement. Christian Badou revient d'Indonésie avec des idées et se fait taper sur les doigts :

"Mes relations avec la fédération de l'époque n'étaient pas bonnes et aggravées par mon retour d'Indonésie où j'ai voulu exprimer des manières d'entraînement, des solutions pour nos meilleurs joueurs et pris des engagements pour attirer le vice-champion du monde comme entraîneur au moment où nous en cherchions un : cela n'a pas plu. Nous dépendions à l'époque du tennis et certains ne tenaient pas à voir le Badminton progresser. J'étais très aigri et le fait de le raconter me révolte encore".

France 2ème série. André Vallet (LCH) gagne le SH.

4 et 5 mars. Championnat de France 1ère série au stade de Clichy. Premier titre en double dames pour Viviane Beaugin (HBC) associée à Martine Villerme. Et deuxième titre en mixte avec Christian Badou, le vainqueur du simple, contre Mr et Mme Vallet. En finale du simple Badou bat Gérard Vallet. Mireille Laurent (Racing) gagne en simple dames contre Annie Vallet 5 et 6. Quant au double hommes ... Gérard Vallet et Yves Corbel (LCH) !

Le même jour, au France juniors, Mlle Michèle Bontemps (Colombes) gagne contre Mlle J Legrand (ALA) 4 et 2 et Oleskiewiez (Port autonome du Havre) l'emporte chez les garçons.

France vétérans. En SH, victoire de Raymond Dubois (Esso Sport Paris) contre Bouvier (Racing). Dubois qui gagne encore le double avec R Mamet (Racing) contre Lefèvre et Le Renard. Ne serait-ce pas justement ce Lefèvre-là du Racing qui deviendra le premier président de la fédé ?

6 et 7 mai. Championnat de France non-classés à Barentin. Roland Meier (Esso Paris) gagne contre le toulousain Macquet 5 et 4. Chez les dames Mlle Guillier (Colombes) l'emporte facilement face à Mlle Vauclin (Havre BC).

6 et 7 mai encore. Championnat de France 3ème série à Barentin. Finale entre toulousains et c'est Bernard De Pérignon qui l'emporte contre Playa, les lillebonnais Muller et Guéguen étant éliminés en quart. Il est à noter que les deux autres demi-finalistes, Rozès et Rioland, sont également de Toulouse ! Mlle Pruvost (Racing Bolbec) gagne contre Michèle Bontemps (Esso ou Colombes ?). Bernard Lechalupé se souvient que c'était l'inauguration de la salle Coubertin à Barentin et que les toulousains étaient vraiment sous-classés. A cette occasion, Mr André Marie, ancien président du Conseil et maire de Barentin remet, en présence de Mrs Pelletier et Marret, la médaille d'or de la commission nationale de Badminton à Mr Grégoire d'Aplemont et celle d'argent à Mr Lechalupé.

Le Midi toulousain a-t-il été acquis au Badminton par une colonie anglaise, assez nombreuse également dans cette région plutôt rugbystique ? Faut-il y voir un "Effet Concorde" ? ou une simple génération spontanée ?

André Causse, président de la CRNB, commission régionale normande de Badminton (ancêtre de la ligue) , abandonne son poste pour des raisons personnelles. Mr Raymond Hermier, "actif dirigeant du PLED" comme le souligne le journaliste, lui succède provisoirement en attendant son installation définitive par la commission régionale. Deux vice-présidents sont nommés, Mrs Prévost (ASMSA) et Massart (USL). Mr Pierre Van Den Branden est secrétaire général, Yves Corbel reste trésorier et Mr Jean Grégoire devient conseiller technique sportif.

20 juin 1967. La CRNB se réunit en assemblée générale et propose à la commission centrale de Paris la montée en deuxième série des joueurs suivants : Mrs Geiger (Port-autonome), Segrestain et Pinon (Racing Bolbec), M et Ph Massif (USL) et Boulanger (LCH), Mlles Pruvost (Bolbec), Pujol et Lethuillier (Lillebonne). Le problème des championnats est ensuite abordé. Provisoirement la formule des championnats de Normandie par équipes et par séries est abandonnée au profit d'une nouvelle compétition avec des matchs de classement en trois catégories : A (1ère série et quelques joueurs de 2ème série), B (2ème et 3ème série) et C (les non-classés).

1967, c'est aussi la guerre israélo-arabe dite des "Six Jours", la mort d'Ernesto Guevara dit "le Che" dans le maquis bolivien et un fameux "Vive le Québec libre !" prononcé par le président-général Charles De Gaulle, le premier coeur greffé et "Cent ans de solitude" de Gabriel Garcia Marquez.





1967 - 1968 : La France entre à l'EBU

Création de la section Badminton de l'ASMSA, Association Sportive de Mont-Saint-Aignan. Coïncidence ? C'est dans ces années que se crée l'embryon de l'Université de Rouen à ... Mont-Saint-Aignan.

Lillebonne est champion de Normandie interclubs groupe B (3ème et 2ème série) en interclubs.

Normandie non-classés. En SH, Heuzé (RC Bolbec) bat Chancholle.

En début d'année se joue à Paris le Tournoi International de Paris. En SH, c'est P H Uggerlos (Esso Danemark) qui l'emporte devant Jacques Pellizza (Racing), Fei Long (Chine), Mayetto (Pérou) ...

En demi-finale du championnat de France 1ère série par équipe le HBC bat les Loisirs 6-3 chez les messieurs et 3-2 chez les dames.

24 et 25 février. Championnat de France 1ère série par équipe. Le Racing l'emporte 3 à 2 chez les dames contre le HBC qui se rattrape en battant les parisiens 5 à 3. Pierre Barq du "Havre Libre" conclut : " En reprenant le flambeau aux Loisirs Coopératifs Havrais, lui [Christian Badou] et toute l'équipe démontrent bien que Le Havre est, incontestablement, le berceau du Badminton ...". Côté parisien c'est l'embrouille. Esso Paris a porté réclamation car le Racing a fait jouer un joueur étranger.

24 et 25 février. Régional 2ème série au Havre-Dauphine. Victoire chez les dames de Françoise Lethuillier (USL). Jean-Alain Muller (USL) gagne chez les messieurs.

Championnat de France 3ème série à Lillebonne. Et d'abord un regret : " Les toulousains que l'on ne voit malheureusement qu'une fois par an, ont fait encore d'énormes progrès". En demi-finale Viviane Queffrinec (ALA) ne peut faire mieux que 3 sets contre la future vainqueur, Mlle De Pérignon (Toulouse). Satisfaction normande avec Jean-Alain Muller qui "assomme littéralement par ses accélérations" son adversaire en finale, le parisien Meier (Esso) 11 et 5 après avoir sorti Guéguen (USL) en quart et Rioland (Toulouse) en demi.

23 et 24 mars. Championnat de France 1ère série au Havre-Aplemont. Le programme est vendu 1 Franc et le juge-arbitre est W Cady. La parisienne Mireille Laurent est absente pour cause de blessure au ski ! Les parisiens sont peu nombreux. Quelques surprises quand même : Playa (Toulouse) élimine Paul Cabanne (USL), Jacques Lebaillif (HBC) a toutes les peines du monde à se débarrasser de Bernard De Pérignon, Muller bat "Oles" et Joël Le Houérou (LCH) bat Alain Baquet, un des outsiders. Jacques Pellizza est éliminé en quart par Lebaillif. Badou bat Corbel en finale, Beaugin sort Mlle Jacqueline Robert (néo-toulousaine) en demi avant de battre Mme Le Houérou en finale 11/7-11/3. Vallet et Corbel battent les racingmen Pellizza et Méniane en demi puis Badou et Baquet en finale 15/12-15/5. Le double dames revient à Viviane Beaugin et Martine Villerme qui battent les Loisirs Mme Françoise Le Houérou et Mlle Yveline Hue. Badou et Beaugin gagnent le mixte contre Mr et Mme Le Houérou. Encore une fois les titres sont pour les normands !

C'est le journal "Le Havre Libre" à la rubrique des sports et sous la signature de Pierre Barq, qui relate les nationaux vétérans, juniors et première série. En vétérans, Vincent bat le bolbécais Segrestain en demi pendant que Raymond Dubois (Esso Sport) sort Picandet (Esso Sport). Victoire en trois sets de Dubois qui conserve ainsi son titre.

Chez les juniors, en SD, finale entre lillebonnaises remportée par Mlle Lethuillier face à Mlle Pujol en 3 sets. Toujours chez les juniors mais en SH, Patrice Le Houérou (LCH) bat Michel Pérois (LCH) en quart par WO, Ph Massif (USL) en demi et enfin Pinon (RCB) en 3 sets en finale.

C'est dans ces années 68-69-70 (mais que la mémoire est fugitive ! ) que Christian Badou se souvient avoir battu en finale des Internationaux le hollandais Nielsen. "Match retransmis presque intégralement pour la première fois à la télévision un dimanche après-midi et commenté par Claude Darget !

Internationaux de France 1968 :

SH : Johnson (Suède)
SD : Twedberg (Suède)
DH : Losche et Kucki (Allemagne)
DD : Twedberg et Ditberner (Allemagne)
DMx : Termetz et Leidel (Pays-Bas)

En avril la France fait son entrée à l'EBU (European Badminton Union).

Premiers championnats d'Europe de Badminton.

20 et 21 avril. Christian Badou et Yves Corbel pourront jouer avec les autres normands contre l'équipe anglaise de Wimbledon. Christian et Yves devaient participer aux championnats d'Europe. Hélas, leurs inscriptions, transmises par Paris, sont, mystérieusement, parvenues trop tard. Wimbledon 6- Normandie 5.

4 et 5 mai. Normandie 3ème série en double à Lillebonne. Triomphe des bolbécais du Racing Bolbec ! En double dames, Christain et Gourio (RC Bolbec) battent Queffrinec (ALA) et Pruvost (RC Bolbec) 2 et 10. En mixte, Christain et Eudier (RC Bolbec) gagnent contre Gourio et Heuzé (RCB). Le double messieurs revient encore aux bolbécais avec Heuzé et Eudier contre les lillebonnais Dajon et Vandenberghe.

11 et 12 mai. Normandie 2ème série en doubles. Victoire chez les messieurs d'André Vallet et Patrice Le Houérou (LCH) contre Geiger et Crétaux (AS Port Autonome Havre). Une semaine plus tard (?) la finale du double dames se joue à Lillebonne entre Mlles Hue - Pruvost (Loisirs- RCB), futures vainqueurs, et Mlles Pujol et Lethuillier de Lillebonne. Le mixte revient à Mlle Pruvost et Pinon (RCB) contre Lethuillier et Massart, 10 et 11. Ce même samedi mais à la salle Dauphine et à 18 H 45 se jouent les doubles hommes de première série.

18 et 19 mai. Normandie 1ère série en doubles à Lillebonne. Viviane Beaugin et Christian Badou sont absents. Le DD revient à la paire Yveline Hue et Françoise Le Houérou (LCH) contre Mlles P Pruvost et F Lethuillier (Lillebone). Yves Corbel et Yveline Hue gagnent le mixte contre Françoise et Joël Le Houérou. Quant au DH il est joué le mercredi suivant au Havre-Trigauville et opposera André Vallet (LCH) et Geiger (ASPAH) à Gérard Vallet et Yves Corbel (LCH).

En mai, Yveline Hue reçoit "l'Exploit Sportif" du Havre Libre, patronné par une marque d'apéritif bien connu.

1968. Quelques "évènements" à Paris en mai ("sous les pavés, la plage !"). L'assassinat de Martin Luther King. Le printemps est interrompu à Prague en Tchécoslovaquie. "Colère noire" aux JO de Mexico où Bob Beamon saute 8m 90 pour l'éternité.





1968-1969 : Un Comité Français pour le Badminton

19 et 20 octobre. Rencontre triangulaire Danemark-Belgique-France des moins de 22 ans à Bruxelles. Equipe de France à forte ossature normande. Pas de miracle.

Comment on découvre le Badminton à trente ans ? Jean-Pierre Henri, futur président de la ligue, raconte :

" J'ai été joueur de basket-ball jusqu'en 1965 lorsque je me suis fracturé le poignet lors d'une mauvaise chute en compétition. Début 1966, une gamine (18 ans) collègue de mon épouse au travail et championne de Normandie 2ème série à l'époque, Yveline Hue, par provocation a charrié les maris de ses collègues féminines en les traitant de ""vieux". Pour la rééducation de mon poignet droit j'ai pensé que cela serait une bonne chose de "voir". J'ai découvert le Badminton à trente ans et m'en suis occupé à tous les niveaux pendant un quart de siècle ...".

Un journal havrais du mercredi 23 octobre 1968 annonce la création d'une section Badminton à Gonfreville-l'Orcher "qui devrait prendre un bon essor sous l'impulsion du dynamique Mr Jean-Pierre Henri". Le même article apprend au lecteur que le championnat de Normandie "non-classés" verra la participation de douze clubs : AL Aplemont, AL Rogerville, Havre PLED, Loisirs C Havrais 1 et 2, OAC Bolbec, RC Bolbec, AS Port Autonome Havre, US Lillebonne, CLLC, Havre BC et le CAB, Cercle Alençonnais de Badminton , un nouveau club d'Alençon.

Loin, loin dans le sud se crée la section Badminton de Bourg-de-Péage, l'UGAP.

Le journal "Le Havre Libre" (signé PVDB pour Pierre Van Den Branden, le secrétaire général ?) relate la sévère défaite 11/1 de l'équipe de France en déplacement en Belgique contre l'équipe espoir d'outre-Quiévrain :

Les Français partirent assez bien mais ne purent en aucune façon "terminer". A la moitié du set, on les vit "craquer". Devant des doubles très soudés, nos représentants se "cherchèrent", n'arrivant pas à conclure les occasions qu'ils se créèrent. [...] Mais les français sauvèrent l'honneur. La Havraise, Mlle Hue, remarquable de courage, apporta la seule victoire française. Devant Mlle Andries, l'une des meilleures joueuses belges, elle fit preuve de grandes qualités, déroutant complètement la belge par son jeu "en finesse" et sa volonté de vaincre.

Le 21 novembre 1968, Mlle Yveline Hue reçoit la médaille de la commission centrale de Badminton de la fédé de tennis pour sa victoire, la seule victoire française, lors du match Belgique-France à Bruxelles.

24 novembre. Championnat de Normandie non-classés au Havre, organisation PLED. Titres pour Mlle Lambert (PLED) et pour Jean-Pierre Simon (HBC) qui a battu en finale le lillebonnais Jacques Leguen.

Samedi 30 novembre. La FFLT se donne une nouvelle équipe dirigeante. Par 426 voix contre 4 et 108 abstentions, Mr Marcel Bernard est élu président en remplacement de Mr Roger Cirotteau. Au prochain menu du comité directeur, l'instauration des tournois "open" et la réorganisation des commissions. "Vent de réformes" donc, bien dans l'air du temps en 68 qui n'atteint pas le Badminton.

Samedi 7 décembre :

CE SOIR BADMINTON INTERNATIONAL

salle des Etoupières avec la fameuse équipe anglo-malaise de CAMBRIDGE

contre celle de la Normandie

Badou opposé à Ho Kim Kool est submergé, 15/3, dans le premier set, résiste dans le second mais succombe 15/8. "Baquet et Oleskiewicz sauvent l'honneur". Baquet bat N Davey en 3 sets et "Oles" bat Orchard (15/11-18/16). Cambridge gagne 7 à 2 et poursuit sa promenade vers Barentin, Colombes, puis en Allemagne et aux Pays-Bas.

" Le meilleur joueur normand de la rencontre Normandie-Cambridge fut Fabrice Vallet. A l'entrainement il mit souvent en difficulté le malais Kho Kheng Siong. Et pourtant Fabrice n'était pas sélectionné. Il faut dire tout de même que le fils du capitaine normand n'a que ... quatre ans".

15 décembre. Normandie 2ème série à Bolbec. Titres pour Patrice Le Houérou (LCH) et Dominique Vauclin (HBC).

21 décembre 1968. En l'église de Rouelles, Yves Corbel épouse Claudine Ysebaert.

12 janvier ou 8 décembre (?). Championnat de Normandie 3ème série à Barentin. Premier titre pour Joël Guéguen mais les autres lillebonnais, Dajon et Ropus, ne sont pas en reste puisque demi-finalistes. Mlle Gourio (RCB) l'emporte chez les dames. Le club de Lillebonne de Jean-Alain Muller peut, de plus, s'enorgueillir d'une belle progression du nombre de ses licenciés, passant de 21 en 1963 à une centaine au cours de cette saison.

Championnat de France non-classés. Le simple dames est remporté par Mlle Bougeant qui bat Maryse Lerat (USL).

France 3ème série au Havre-Aplemont. Rebelote pour Guéguen qui bat Pérois (LCH) en finale.

Le National 1ère série est jumelé, c'est la tradition, avec les nationaux vétérans et juniors. Chez les vétérans c'est Maurice Mathieu du Racing qui gagne le titre contre Raymond Dubois (Esso Sport Paris). En juniors SH, en demi Michel Pérois (LCH) bat Dajon (USL) et Patrice Le Houérou bat Poulain (USL). En finale Le Houérou bat Pérois 5 et 7. Chez les jeunes filles, Mlle Queffrinec (ALA) bat Mlle Joly (HBC) et Mlle Vauclin (HBC) bat Mlle Hélène Guillier (ES Colombes). En finale Mlle Vauclin bat Mlle Queffrinec 0 et 6.

Chez les premières séries, au deuxième tour Jacques Pellizza bat Bernard De Pérignon. En demi Gérard Vallet est battu par Badou et Yves Corbel par Méniane (RCF). En finale Badou dispose de Méniane 18/15-15/8. Chez les dames, Mlle Michèle Bontemps (Esso Sport Paris) bat Yveline Hue et Viviane Beaugin bat Michèle Dubois (Esso Sport Paris). En finale Beaugin bat Bontemps 5 et 1. Le double messieurs est remporté par Gérard Vallet et Yves Corbel contre Méniane et Pellizza, le double dames revient à Viviane Beaugin et Martine Villerme contre Mme Vallet et Mlle Dominique Vauclin en 3 sets. Beaugin et Badou battent Mme et Mr Gérard Vallet en finale du mixte. Le championnat de France première série bégaie. Le palmarès est absolument identique à celui de lannée précédente.

Internationaux de France à Paris :

SH : Hansen (Danemark)
SD : Rickard (GB)
DH : Oon et Koh (Malaisie)
DD : Glenie et Rickard (GB)
DMx : Horvid et Hansen (Allemagne)

La F.F.L. Tennis : "Le Badminton c'est nous, également ! ...". C'est par ce titre accrocheur que Pierre Barq dans le journal "Le Havre Libre" du mardi 4 mars débute et annonce même ... la couleur, ou plus exactement une émission en couleur sur le Bad' à la télé à la fin du mois (Loys Van Lee l'a promis). L'article se poursuit :

"Il y a véritablement quelque chose de changé dans les rapports FFLT-Badminton. Pour la première fois peut-être, le président du Tennis veut être le président du Badminton.

M Marcel Bernard, qui a assisté mercredi passé, à la première réunion du Comité Français de Badminton (ex-Commission Centrale), a bien insisté sur le fait que maintenant le Badminton ne devait plus faire "bande à part", mais que, bien au contraire, s'il voulait une aide et un soutien efficace, il devait s'intégrer totalement à la FFLT.

Il a été décidé que jusqu'au 1er octobre, les Commissions régionales dépendraient du Comité Français de Badminton [...]".

Il s'en suit une courte démonstration tendant à prouver que le Badminton a tout à gagner à la réorganisation de la FFLT, qu"il devrait repartir du bon pied et prospérer rapidement". Le nouveau Comité Français, élu le 26 février, est composé comme suit : Mr Pelletier, président d'honneur, Mr Claude Lefèvre, président, Mr Cady, vice-président et secrétaire général, Mr Marette, vice-président, Mr Pellizza trésorier ... Mr Raymond Hermier, président de la CRNB, représentera la Normandie au Comité Français.

22 et 23 mars. Championnat de France 1ère série par équipe à Barentin. Le Racing l'emporte chez les dames.

Le journal des sports du Racing n248 de mars 1969 rend hommage à "Mireille Laurent, du tennis au Badminton".

19 et 20 avril. "Internationaux de Belgique" à Verviers. Victoire en double de la paire Corbel-Badou en finale contre les hongrois Rudas et Cairns sur le score serré de 15/12-12/15-15/13 ! En simple, Yves Corbel "déjouant tout pronostic" écrit le journal, défait encore le hongrois Rudas. Badou parvient en demi-finale en simple et en mixte avec Viviane Beaugin.

Juin. Les beaux jours reviennent. Tiens ! Une pub dans la boîte à lettres :

++ Badminton ++

Joueurs, joueuses, dirigeants ainsi que vos familles et amis.

++ Réservez votre journée du 8 juin 1969 ++

La CNRB vous invite à participer à son rallye pique-nique qui offrira des distractions

aux petits comme aux grands [...].

80 personnes assistent à l'AG de la commission régionale au Havre, salle François 1er. Mr Raymond Hermier, président, remercie les généreux donateurs (Maisons Martini, Lepage, Labrador, Séminel ...) et procède à la lecture du palmarès sportif de la saison.

Le Japon gagne la 5ème Coupe Uber en battant l'Indonésie 6 à 1. La légende veut que ce soit au cours de cette compétition qu'ait eu lieu le match le plus court de l'histoire, la japonaise Noriko Tagaki disposant de l'indonésienne Poppy Tumengkol en 9 minutes !

Classement national à l'issue de la saison 68-69 : 1/Badou 2/Philippe Méniane 3/Yves Corbel 4/Gérard Vallet et Cady 6/Jacques Pellizza ...

De 1969 on retiendra, dans le désordre, que "On a marché sur la Lune", que De Gaulle retiré, Georges Pompidou devient président, et que la Palme d'Or à Cannes est attribuée au film "IF" de Lindsay Anderson, musique de Pink Floyd. A Toulouse le Concorde décolle.





1969-1970 : Tous les titres nationaux au HBC

D L Bloomer est resté quatre années à la présidence de l'IBF, un record en soi. Il est remplacé par H F Chilton.

Extraordinaire longévité de certains joueurs havrais. Mystère ? Magie ? Non ! André Vallet explique :

Auparavant il ny avait pas ce que lon peut appeler des stages, chacun se débrouillait comme il pouvait, piquant à droite et à gauche, progressant comme il pouvait. Par exemple on essayait de servir comme Joël Guéguen toujours très appliqué. Viviane Beaugin et Christian Badou sont allés en Belgique suivre des stages. A leurs frais bien sûr. Quand ils sont revenus ils avaient un niveau que les autres joueurs navaient pas.

Un vieux classement de la saison 69-70 des joueurs normands donne en numéro 1 Badou, en 2 Yves Corbel, en 3 Gérard Vallet, en 4 Alain Baquet et en 5 Joël Le Houérou. Tous sont passés chez nous aux Loisirs. Quel team phénoménal ! Et bien d'autres encore, chez les dames, Annie Causse-Vallet et Jacqueline Robert-Lebas qui ont obtenu de nombreux titres nationaux.

Comme pour justifier la formule des championnats sous forme de matchs de classements un article parait dans "Le Havre Libre" du 22 septembre 1969 :

BADMINTON : Une réforme des championnats s'impose

Pourquoi sacrer un champion sur une seule épreuve ? De même que pour le cyclisme, la formule ne semble pas juste. Un joueur peut fort bien ne pas être dans les meilleures conditions le jour du championnat alors que, finalement, il mérite sur l'ensemble de la saison, le titre.

Dans le même esprit la CRNB regrette le faible nombre de salles disponibles et propose la suppression pure et simple des interclubs et leur remplacement par la simple totalisation des points marqués lors des compétitions individuelles.

La première journée de ce championnat "rénové" jouée à Lillebonne semble profitable. A l'issue de cette soirée les grosses cylindrées Badou, Corbel et Le Houérou se sont mises particulièrement en valeur.

Championnat de France non-classés. Victoire chez les dames de H Thomas (Racing), chez les messieurs de Lemaitre (Racing).

Championnat de France 3ème série. En SD, titre pour Esso Paris grâce à Françoise Duval

Classement final du championnat de Normandie "catégorie A" new-look : 1/Badou 2/Corbel 3/Joël Le Houérou 4/Guéguen 5/André Vallet 6/Bernard Lechalupé 7/Pérois ...

Le ton monte dans le journal avant le national :

De "FAUX" championnats de France !

Les championnats de France seront placés cette saison sous le signe d'un nouveau recul de la politique "pro-jeunesse" annoncée il y a plus d'un an maintenant par le comité français. Le National 1ère division aura lieu à Toulouse avec la participation unique des premières séries chez les messieurs et une restriction intolérable chez les dames [...].

Autre nouvelle ! Les Internationaux de France n'auront pas lieu cette saison. Ils se dérouleront maintenant une année sur deux [...].

A l'heure où tous les sports cherchent à découvrir de nouveaux talents, à les former, à les aider, le badminton tourne résolument le dos à l'avenir.

Un exemple à suivre par les responsables du CFB, celui de la FF Tennis !

21 et 22 mars. Championnat de France 2ème série à la Porte de Clichy. Victoire de Lemaitre contre les lillebonnais Leguen en demi, puis Guéguen (Lillebonne) et de Françoise Queffrinec (Aplemont) contre Hélène Guillier (Colombes). Voir L'Equipe du 23-3-70. Mais d'autres documents donnent Richard Cachoux et Françoise Duval, tous les deux de Esso Sport.

21 et 22 mars, National 1ère série à Toulouse au complexe Léo-Lagrange. La télé est là. Tous les titres retournent au Havre et (dit la légende) c'est la première fois depuis 1954 qu'un club, le HBC, rafle tout. Christian Badou gagne le simple hommes contre Yves Corbel 15/9-15/6. Viviane Beaugin bat Lisa Mauhourat (Racing) 2 et 5. Le double hommes revient à Badou et Baquet qui battent les frères Corbel mais en trois sets. Le double mixte revient à Beaugin et Badou contre Yveline Hue et Yves Corbel. Enfin le double dames revient à Viviane Beaugin et Dominique Vauclin contre Yveline Hue et Françoise Lethuillier ... Et 3 finales perdues pour Yves Corbel ! Décidément Christian Badou, désormais 20 titres, "possède une classe de plus que les autres joueurs français".

France juniors. Chez les garçons Bernard Guillier (Etoile Colombes) bat J M Pérois (Le Havre ?) et chez les dames S Lambert (PLED Le Havre) bat E Borry (O Toulouse).

France vétérans. Titre en simple pour M Picandet (Esso) bat Hindley (Esso).

Les "Internationaux de France" ne sont pas disputés. Pourquoi ?

22 février. Championnat de France 1ère série par équipe. Victoire du Racing chez les dames, 3 victoires à 2 contre le HBC. Chez les messieurs victoire de Esso Sport Paris 7-2 contre le Havre LCH. L'équipe victorieuse est composée de Georges Cady, M Picandet, Jacques Cotte, Richard Cachoux, R Meier, G Pinard, Raymond Dubois et G Decrulle remplaçant. Pour fêter ça, "l'Equipe" du mardi 24 février 1972 titre à la rubrique "Petites Nouvelles" : "En badmington ...". Et un G, un !

Le journal de "Esso Sport, un club qui doit être à la mesure ..." n770 du 9 juin reprend un extrait du Dauphiné Libéré :

"Le président Rue, responsable en chef de toutes les sections de l'UGAP, le président Cheval animateur de la section Badminton peuvent se féliciter de la réussite de ce match exhibition [...]. La présence du président Pelletier, président d'honneur du comité national, auteur des règles du jeu [...] constituèrent un pôle d'attraction fort intéressant [...]".

Après son titre par équipe masculine et son exhibition à Bourg-de-Péage, Esso Paris se produit à Lillebonne le dimanche 14 juin de 9 h 30 à 13 h.

En 1970 parait un volume de 600 pages intitulé "Sport de France" sous l'égide du Ministère de la Jeunesse et des Sports, dont Jean Durry, actuel directeur du Musée National du Sport, est le maître d'oeuvre. Cet ouvrage dont le but est de donner une image "très honnête" ajoute Jean Durry, de la pratique sportive dans notre pays, consacre les pages 257 et 258 au Badminton et est rédigé par Claude Lefèvre, président du Comité Français. Après le traditionnel historique, la répartition géographique mondiale des pratiquants et la reconnaissance olympique en 1967 comme sport de démonstration à Munich, on découvre les arcanes de l'administration badmintonienne :

"Sur le plan fédéral, le Badminton est géré par un Comité qui dépend de la Fédération Française de Lawn-Tennis. Formé de 15 membres, ce Comité qui dispose de la plus large autonomie comprend les présidents des commissions régionales ainsi qu'un certain nombre de spécialistes, présidents de clubs, entraîneurs, médecins, anciens joueurs, tous désignés par la FFLT.

Il y a actuellement quatre commissions régionales, à savoir deux pour la Normandie (l'une à Rouen, l'autre au Havre), une pour l'Ile-de-France, une autre enfin pour l'Aquitaine, dont le siège est à Toulouse.

L'élite des joueurs français est classée en trois séries. Les joueurs et les joueuses de première série ont un classement personnel. Les joueurs et joueuses de deuxième et troisième série sont classés par groupes numérotés respectivement de 1 à 6 et de 7 à 13.

[...] Athlétique, spectaculaire, agréable à pratiquer, le Badminton figurera demain parmi les grandes disciplines sportives françaises. C'est en tous cas notre souhait et notre espoir".

Huitième Coupe Thomas : nouveau chassé-croisé à Kuala Lumpur en Thaïlande. Victoire de l'Indonésie contre la Malaisie, 7 à 2. 25 pays représentés.

1970. Invention de l'éthylomètre, plus connu sous le nom d'alcootest.





1970-1971 : Et de 10 pour Christian Badou ...

Création de l'ALCL section Badminton de Grand-Quevilly, président Claude Ducrocq dit "Tonton". "Tonton" parce que Claude Ducrocq venait au gymnase avec son neveu. Le club grand-quevillais se nomme exactement Amicale Laïque Césaire-Levillain. Césaire Levillain, directeur de l'Ecole de Commerce en retraite est mort le 4 mars 1944 à 8 heures, route d'Elbeuf. Cela signifie que par un petit matin il a été amené devant un poteau d'exécution... L'autre fondateur du club est Rémi Lansoy. Au fait, pourquoi du Bad', Mr Tonton ?

"Il existait seulement trois clubs dans la région. Moi je pratiquais sur la plage pendant les vacances. J'ai eu envie de continuer en compétition. Beaucoup de gens étaient venus sans se douter que c'était une discipline aussi difficile. Lorsque le volant part à 120 km/h il faut avoir de l'adresse et de bons réflexes pour le renvoyer."

Un match Belgique-France est prévu les 5 et 6 décembre à Bruxelles.

Normandie 3ème série. Titre pour le lillebonnais J-J Poulain et belle place de finaliste pour sa partenaire de club Maryse Lerat. Cependant :

"Il est regrettable que sur 28 joueurs convoqués, 7 ne soient pas venus au rendez-vous faussant ainsi les résultats dès les premières rencontres. Il serait temps que les joueurs acceptent une certaine discipline envers leur club et possède le respect du sport vis-à-vis de leurs adversaires".

Christian Badou joue aussi au volley-ball. Hasard et coïncidences des différents calendriers. Choix cruciaux. Courrier à Raymond Hermier, président de la commission régionale. Artillerie lourde et ultimatum :

Comité Français de Badminton

Paris, le 9 décembre 1970

Monsieur le Président,

Vous m'avez fait savoir avant le match France-Belgique que M Badou, Champion de France était dans l'impossibilité de participer à cette rencontre internationale.

M Badou aurait en effet préféré participer à un match de classement de son équipe de volley-ball.

Sans méconnaître que certains de nos joueurs, pour ne pas dire la plupart, pratiquent d'autres disciplines que le Badminton et qu'il peut y avoir quelquefois des difficultés à concilier les calendriers de deux sports différents, je dois, au nom du comité, attirer par votre intermédiaire l'attention de M Badou sur le préjudice que cause sur le plan sportif aussi bien pour les joueurs français que pour les étrangers qui sont leurs adversaires, l'absence du Champion de France dans une compétition internationale.

Je vous serais donc très obligé de bien vouloir en faire la remarque à M Badou dont l'attitude, si elle se renouvelait, pourrait conduire le Comité Français non seulement à ne plus le sélectionner dans les compétitions internationales, mais encore à le déchoir de son titre ou ne pas l'autoriser à participer au Championnat de France.

Veuillez agréer [...].

Le président Claude Lefèvre

Non mais ! Le volley-ball ? Un sport de plage ! Evidemment les succès à répétition de Christian ne peuvent que susciter la jalousie et attiser la guéguerre normando-parisienne.

Championat de Normandie non-classés. Mlle Patricia Bougeant gagne en simple dames.

11 février 1971. Naissance en Indonésie de Susi Susanti, la plus grande joueuse de Bad' de l'ère moderne : une ballerine sur le court !

En interclubs première série victoires du Racing chez les messieurs (contre Esso Paris) et chez les dames (contre le HBC).

Lillebonne fait un tabac aux interclubs : champion de France 3ème série chez les dames, champion de France 3ème série chez les hommes.

21 février. Gymnase de la Porte de Clichy. Lillebonne est vice-champion de France 2ème série chez les dames contre Esso Paris et champion de France 2ème série chez les hommes contre Esso-Paris ! (encore du travail pour l'archiviste élu du club Jacques Leguen).

Normandie B le 14 mars à Lillebonne : victoire de Joël Guéguen (Lillebonne) qui bat en finale son président Bernard Massard. Chez les dames Mlle Villermé (HBC) bat en deux sets Martine Pujol (USL).

Championnat de France non-classés au Havre le 14 mars : victoire de Pascale Pujol (Lillebonne) qui bat Catherine Massif (USL) qui a sorti Ghislaine Auzou de Barentin en demi..

Championnat de France 3ème série le 14 mars au Havre encore : victoire de Jean-Jacques Poulain (Lillebonne) sur B Grandcamp (LCH).

Championnat de France juniors. En simple dames Viviane Queffrinec (Aplemont) gagne la finale contre Ghislaine Auzou en 3 sets. Les officiels et le colonel Pelletier ont eu peur : est-il bien réglementaire de laissser jouer une joueuse si jeune (12 ans) même si talentueuse ?

Championnat de Normandie "catégorie A". Résultats finaux : 1/Corbel 63 pts ; 2/Guéguen 60 pts ; 3/ Joël Le Houérou 51 pts ; 4/Massard 50 pts ; 5/Alain Corbel 47 pts ; 6/Leguen 44 pts ...

27 et 28 mars. Championnat de France 1ère série à Colombes, salle Ambroise-Paré. Monotonie du palmarès. Corbel et Baquet (parti à Toulouse ?) en demi. Badou qui bat Philippe Méniane en finale 15/3-18/16 ... Viviane Beaugin en simple (contre Lisa Mauhourat du Racing ?), Badou et Beaugin en mixte ... Heureusement des noms nouveaux apparaissent : Alain Oleskiewiez associé à Christian Badou en double messieurs contre les frères Corbel. Lisa Mauhourat avec Mireille Laurent en double dames gagnent contre Michèle Bontemps et Françoise Duval. Heureusement qu'il y a la presse régionale car l'article dans l'Equipe du 1-04-71 est microscopique et archi-archi-faux.

Championnat de France vétérans. Titre en SH pour Mr Lemaitre père (Racing) qui bat Raymond Dubois (Esso Paris). Raymond Dubois et M Vincent (Esso Paris) gagnent le double messieurs contre Lemaitre et Guillier.

Dès le 21 mars le jeune club de l'ALCL profite du Salon du Plein Air et des Loisirs pour organiser quelques matchs-exhibitions en présence de Mr Jean-Pierre Henri, secrétaire du Comité de Normandie et Mr Raymond Hermier, Président du Comité Normand de Badminton et Vice-Président du Comité Français.

Internationaux de France les 3 et 4 avril à Paris-Coubertin.

SH : Winter (Allemagne)
SD : Potthoff (Allemagne)
DH : Winter et Wilmes (Allemagne)
DD : Potthoff (Allemagne) et Jacques (Belgique)
DMx : Potthoff et Steden (Allemagne)

"Le Monde" ! Le très sérieux journal "Le Monde" publie le 6 avril, sous la plume de Michel Castaing, un très long article de présentation du Bad' :

"Le Badminton, voilà le genre de discipline sportive qu'il conviendrait de promouvoir en France, voilà le genre d'exercice physique praticable par tous et par toutes et qui répond à une définition du sport malheureusement en voie de désuétude : rester en forme tout en s'amusant".

L'article qui présente encore l'historique du Bad', le matériel, la commission centrale et son tout petit budget (25 000F), conclut ainsi :

"Elle obtiendrait prochainement un soutien plus actif de la Direction aux Sports, qui s'est souvenue à bon escient que le badminton était l'une des deux disciplines de démonstration (avec le ski nautique) aux Jeux Olympiques de Munich ..."

Classement national à l'issue de la saison : 1/Badou 2/Méniane 3/Corbel 4/Picandet 5/Baquet 6/ Jacques Pellizza 7/De Pérignon ...

Précision de Jean-Pierre Henri à propos de ce classement national :

"Il faut savoir qu'à cette époque le classement des joueurs et joueuses était discuté par tous les membres du Comité lors de la dernière réunion de la saison. Cette réunion était interminable et les frictions nombreuses. Peu de temps après [...] a été créée la comission nationale de classement dont j'ai assuré la présidence [...]".

1971. La vie continue : guerre du Viet-Nam (suite) et sortie du film "Orange Mécanique" de Stanley Kubrick. "Ping-Pong" le premier jeu vidéo.





1971-1972 : L'occasion ratée des J.O. de Munich

Le nouveau président de l'IBF est Ferry A Sonneville. C'est une vieille connaissance des français puisqu'il fut vainqueur en simple et double messieurs des Internationaux de France en 1957 !

Dans "Paris-Normandie" du 21 octobre 1971, on apprend que les juniors du SNIK, club de la banlieue de Copenhague, ont battu à Lillebonne une sélection normande sur le score de 9 à 3. Le SNIK, un club de ... 1300 licenciés ! Mr Hermier, président du Comité Normand, déclare à la presse espérer pouvoir envoyer en retour une équipe d'une quinzaine d'éléments et même former des moniteurs pour la relève future.

Avant de venir à Lillebonne, les jeunes danois étaient passés par Rouen. Ces rencontres entraient dans le cadre de la préparation de l'équipe de France pour les Jeux Olympiques.

"Paris-Normandie" du 22 octobre titre en gros dans sa page des sports :

"Ces havrais qui iront à Munich ..."

Bel article du journaliste Jean Boedec qui présente l'historique du bad', sa géographie internationale (Malaisie, Indonésie, Danemark ...) et française (1500 licenciés dont 400 au Havre). On apprend que les représentants de la France aux Jeux Olympiques de Munich seront Beaugin, Badou et Corbel !!!

Yves Corbel se fait une joie d'aller aux J.O. avec Viviane et Christian. Hélas ! Une joie de courte durée car n'étant QUE sport-démonstration, il n'y aura QUE les 16 meilleurs mondiaux de qualifiés ! Il serait intéressant de voir le traitement dans la presse sportive française de cette première un peu escamotée.

Le 3 janvier 1972 (une année olympique !) nait à Bolbec un beau bébé dont les parents n'ont pas fini d'être fiers : elle s'appelle Christelle et fait la joie de Mr et Mme Mol.

Nouvelle de la capitale. Le jeune Jean-Claude Bertrand est champion d'IDF non-classés en battant Lemorhedec (Avia).

"Esso Spors, un club qui doit être à la mesure de la marque Esso" n834 du 18 janvier 1972 annonce encore la victoire en championnat d'IDF par équipe masculine 1ère série la 11ème victoire en 11 ans de Esso le vendredi 14 janvier !

Un courrier du Comité français de Badminton annonce :

Formations danimateurs

Le Badminton en France en est à ses débuts. Cest pourquoi le comité national a décidé dorganiser des centres de formation danimateurs qui seraient encadrés par des Danois et des Belges.

L'Equipe du 27 janvier 1972 donne les résultats des Championnats d'Ile de France. Vainqueurs : Michel Picandet (Esso Paris) en SH et Mlle Françoise Duval (Esso Paris) en SD.

13 février, Normandie non-classés. En SH, Jean-Marie Foliot (ASMSA) bat Grout (USL). En SD, une barentinoise, Mlle Annick Yon bat Pruvost (ASMSA).

Championnat de Normandie 3ème série. Ghislaine Auzou du Foyer Emile Noël de Barentin.

Championnat de France 3ème série. Ghislaine Auzou élimine Mlle Françoise Bonnor de Toulouse en demi-finale et Mlle Patricia Bougeant du Havre PLED 7/11-11/3-11/3 en finale.

Championnat de France juniors à Paris. Ghislaine Auzou, agée de 15 ans seulement emporte le titre contre Mlle Michèle Guilloit du Havre BC. Chez les hommes, c'est le lillebonnais H Leterrier qui gagne.

Thierry Patin (Lillebonne) est champion de Normandie minimes. Sa partenaire de club C Massif gagne chez les dames.

30 janvier. Dans le tableau final du Normandie "A", cinquième et dernière journée, on trouve dans l'ordre : 1/ Badou ; 2/ Corbel ; 3/ Guéguen ; 4/ Le Houérou ; 5/ Massart ; 6/ Leguen ... et chez les dames : 1/ Beaugin ; 2/ Le Houérou ; 3/ Hue ; 4/ Villermé.

Troisième victoire consécutive du Japon en Uber Cup disputée à Tokyo. 6-1 contre l'Indonésie.

11 et 12 mars. "Plume d'Or" à Lausanne : la France finit 4ème devant le Portugal mais derrière la Tchécoslovaquie, la Suisse et la Belgique. L'équipe est composée de : Badou, Picandet, Corbel, Guillier, De Pérignon, Beaugin, Lisa Mauhourat et Françoise Duval.

19 mars. France 2ème série à Paris-Porte de Clichy. Encore un triomphe pour Lillebonne. Joël Guéguen bat Jacques Leguen en demi, puis Philippe Eudier (USL, ex-Racing Bolbec). Le parisien Bernard Guillier est le quatrième larron qualifié pour le national 1ère série.

26 mars. Championnat de France 1ère série au Havre-Aplemont. Corbel et Picandet sont demi-finalistes en simple. Badou bat Méniane 10 et 2. Dans le Top 12 masculins on trouve encore les normands : Vallet, Philippe Eudier, Guéguen et Leguen. Le simple dames voit les victoires en demi de Viviane Beaugin contre Françoise Le Houérou et Lisa Mauhourat (Racing) contre Françoise Duval (Esso-Paris). Pas de surprise en finale : Beaugin bat Mauhourat 11/2-11/12-11/2. Badou et Corbel gagnent 5 et 4 contre Meniane et Vallet en double messieurs. Beaugin et Vallet gagnent le double dames contre Laurent et Mauhourat. Badou et Beaugin en mixte gagnent contre Yveline Hue et Yves Corbel.

Chez les vétérans Jacques Cotte (Esso) bat Raymond Dubois en simple, Cotte et Dubois battent Picandet et Hindley en double.

Championnat de France par équipe. Victoire du Racing chez les messieurs ( Henri et Jacques Pellizza, Gérard Vallet, Philippe Méniane, Maurice Mathieu, Eric Lemaitre, Marc Faraggi et Xavier Mathieu).

22 et 23 avril. Internationaux de France au Havre. En l'absence de Christian Badou, c'est Joël Guéguen associé au danois Walsoe, champion d'Europe de double messieurs en 1970, qui se met en valeur, ne cédant qu'en finale du double contre les allemands Rode et Rumpel, 17/16-15/8. En simple hommes, finale entre belges et c'est H Moens qui bat D Gosset. L'anglaise M Gardner bat Viviane Beaugin en finale. En double dames, la paire inédite (?) Gardner et Hue bat Poulsen (Allemagne)-Le Houérou en 3 sets. Enfin le mixte voit la victoire de Hue et Walsoe (Danemark) sur Beaugin et Rode.

Pas encore de traitement de textes. Le courrier est tapé à la machine et chacun met la main à la pâte :


Comité Français de Badminton

30 juin 1972 Monsieur R Hermier

Mon cher président,

Je vous ai envoyé les projets de classement reçus de plusieurs clubs ou régions. Le président Lefèvre me communique les propositions de la Normandie.

Dans ces conditions monsieur Henri est documenté pour établir le projet définitif, ainsi que le comité en avait pris la décision.

Voulez-vous avoir l'obligeance d'y veiller afin que le comité, lors de sa prochaine réunion, puisse prendre les décisions définitives.

Je vous prie [...]

René P Pelletier Président d'Honneur
Le 23 juillet Sir George Alan Thomas s'éteint à l'âge de 91 ans.

1972. Actualité avec l'admission de l'Irlande de Dublin, du Danemark et de la Grande-Bretagne dans le Marché Commun. Première calculatrice électronique de poche (Texas Instrument).





1972-1973

Octobre. J.O. de Munich. La fête sportive est gâchée par des terroristes.

Championnat de Normandie non-classés à Barentin-Coubertin. Antoine Lamotte (ASMSA) bat Bertrand ( ?) Hardy (ASMSA) 15/13-15/10.

Le même jour, Normandie 3ème série au Havre. Chez les dames Massart (Lillebonne) bat Rose-Marie Pruvost (ASMSA). Chez les hommes, Michel Lechalupé est stoppé en demi-finale par le havrais Chevrel (HBC).

Une semaine plus tard, à Aplemont, championnat de France non-classés : Baar (Aplemont) bat Antoine Lamotte (Mont-Saint-Aignan).

Tiens, une entente entre clubs rouennais !

Les responsables de la région rouennaise ayant réussi à former une équipe troisième série pour rencontrer celles du Havre plus nombreuses, rencontrait dimanche dernier à Jean-Texcier de Grand-Quevilly, l'équipe d'Aplemont qui gagna par 6 à 3. L'entente région rouennaise (ERR) se défendit bien pour son premier match où ...

Bravo au journaliste qui titre "Finales régionales du championnat de Normandie de babminton le 4 février". Et une prothèse auditive, une !

10 et 11 mars. Championnat de France 3 ème série à Morsang sur Orge, gymnase René-Rousseau. Jean-Claude Bertrand (Esso-Paris) bat Michel Lechalupé (ASMSA) en demi puis Faraggi (Racing) en finale. Chez les dames, la toulousaine Françoise Bonnor bat B Hart (HBC). La nouvelle est vite relayée dans le n885 du journal "Club Esso-Sport"

Championnat de France juniors à Clichy. Ghislaine Auzou, de Barentin, élimine Mlle Patricia Bougeant du Havre PLED puis Mlle Michèle Guilloit du Havre BC en finale. Elle conserve ainsi son titre. Les aignanais Antoine Lamotte et Jean-Marie Foliot sont demi-finalistes. Le vainqueur est le racingman Marc Faraggi.

Création à Saint-Etienne du Rouvray de l'USMS, Union Sportive Municipale Stéphanoise.

A Bolbec, entente entre le Racing-Club de Bolbec de Jean Levieux et Gilbert Séminel et l'Oril Athlétic Club de Raymond Viard et d'Ali Bellest, afin de permettre aux premiers licenciés de s'aguerrir et de s'entraîner grâce à Patrick Lefèvre du RCB. L'OAC Bolbec vole de ses propres ailes dès la saison suivante.

Classement final du championnat de Normandie "catégorie A" : 1/Corbel 36pts ; 2/Guéguen 35 pts ; 3/Massart 28 pts ; 4/Le Houérou 26 pts ...

17 et 18 mars. Championnat de France 2ème série à Paris-Porte de Clichy. Les parisiens ont souhaité jouer avec des volants en plastique ! Titre en SH pour Eric Lemaitre du Racing qui bat Philippe Eudier (USL) en demi puis Guillier (Colombes) en finale. En simple dames, Yveline Hue (LCH) bat B Hart (HBC).

24 et 25 mars. Championnat de France 1ère série à Lillebonne une semaine après la 2ème série. Nouvelle formule avec 4 poules de 4 joueurs et 2 joueurs sortis de poule. Chez lui, Joël Guéguen continue sa progression et atteint la demi-finale mais doit batailler ferme contre De Pérignon, l'increvable, pendant une heure et demie en quart avant de tomber contre Badou. Le président du Comité Français, Mr Lefèvre remercie dans son discours final Mr Raymond Hermier, président du Comité Normand. Ce championnat est d'ailleurs placé sous le signe d'une grande sportivité :

"... A ce sujet il est remarquable de souligner le fair-play des joueurs, tels Badou ou Vallet qui ont, souvent d'eux-mêmes, signalé leurs propres fautes ...".

Finale Lemaitre-Badou :

"... La jeunesse du premier faillit bien prendre le pas sur le métier du second. Mais le havrais sut varier son jeu et certaines "remises" ont sonné le glas des espoirs du parisien. Pourtant le champion 73 Badou reconnut qu'il n'aurait pas joué les 3 sets ...".

Victoire de Badou 15/13-15/6 qui gagne encore le double avec Yves Corbel contre les racingmen Vallet et Lemaitre. Badou gagne le mixte avec Viviane Beaugin contre Lisa Mauhourat (RCF) et Gérard Vallet (RCF). Viviane gagne le double avec Lisa Mauhourat contre Yveline Hue et Mme Le Houérou. Viviane Beaugin termine son grand chelem en simple contre Mme Le Houérou 1 et 4 !

Parallèlement le national vétérans se termine par un match entre joueurs de Esso : Cotte bat Dubois en simple 13 et 4 et Cotte-Dubois battent Hindlay et Neyrat (Esso) en double messieurs.

Internationaux de France à Paris :

SH : Nielsen (Danemark)
SD : Bucher (Danemark)
DH : Bullivant et Kidd (GB)
DD : Bucher et Kjaerbye (DK)
DMx : Brisson et Willandsen (Danemark)

Thomas Cup. 23 nations participantes. L'Indonésie l'emporte pour la cinquième fois en battant chez elle à Djakarta le Danemark 8 à 1. A cette occasion et pour fêter la victoire, l'Indonésie émet deux timbres.

Denis Demeyer (Lillebonne) est champion de Normandie minimes.

Championnat de France par équipe. Victoire du Racing chez les dames.

"Plume d'Or" à Bruxelles : la France termine 5ème.

Les 2 et 3 juin le "premier tournoi-démonstation de l'Ouest" est organisé à la Maison des Jeunes et de la Culture de Saumur où le club d'Alain Baquet reçoit les normands dans le cadre de la "Semaine du Sport".

Classement national à l'issue de la saison : 1/Badou ; 2/Méniane (RCF) ; 3/Lemaitre (RCF) ; 4/Picandet (Esso) ; 5/Corbel ; 6/Guéguen ...

Comment s'organise le Badminton dans les années 70 ? Yves Corbel donne quelques explications :

Quand j'ai démarré, le Badminton n'était qu'une "commission centrale de la fédération de tennis". J'ai été trésorier de cette commission déjà avant la re-création de la fédération. J'ai pris la suite d'Henri Pellizza. La commission n'était pas riche et les comptes tenaient sur une feuille. 5000 F pour une saison à l'échelon national ! Il fallait que l'on fasse tout avec cette somme ! Une misère ! Même les coupes étaient petites car la fédé n'avait pas de gros budget. Souvent elles étaient payées de la poche même de Mr Pelletier, le président de la commission ! Mr Pelletier n'était pas aimé par beaucoup de gens et pourtant le Badminton lui doit beaucoup car il a soutenu son sport à bout de bras, tout seul pendant des années. Avec un peu de recul on s'aperçoit qu'heureusement il était là. Il est dommage que personne n'en parle jamais.

Puis il y a eu le "groupement national" du Badminton qui a encore été une autre entité. Cette entité avait été créée afin que le Badminton puisse avoir une autorité juridique et morale autonome de manière à pouvoir recevoir ses propres subventions plutôt que de dépendre des subventions "généreusement" accordées par le tennis !

Mr André Guillier, de son côté également, rend hommage au travail et à la tenacité de Mr René Pelletier qui a réellement porté le Badminton à bout de bras pendant de nombreuses années. Mr et Mme Mathieu confirment ces propos et la générosité du colonel Pelletier.

En 1973 le peintre Pablo Picasso s'éteint. Guerre israelo-arabe du Kippour et grave crise du pétrole. Aux USA début de l'affaire "Watergate". Coup d'état militaire au Chili.





1973-1974

Alain Citolleux crée un club à Saumur :

"Sans le savoir, j'ai d'abord été un adepte du jeu de volant puisqu'amateur de tennis de table, j'ai pratiqué dans les campings de que je croyais être du badminton".

Dimanche 20 janvier. Normandie non-classés à Bolbec. Vainqueur en SH Grandsire (Bolbec) qui bat Follanfan (Barentin) et Fortin (ALA) en SD qui bat Pascale Renard (HBC).

Mercredi 30 janvier. L'ALCL de "Tonton" organise à la salle Texcier un match-exhibition avec la participation de messieurs Badou et Guéguen. Les journées de championnat interclubs se suivent avec plus ou moins de bonheur pour l'ALCL. En mixte, victoire de Vandrille et Morise du Foyer rural de Saint-Jean du Cardonnay sur les amicalistes Calberg et Zaccaro.

Normandie 3ème série. Pascale Pujol (USL) gagne chez les dames.

"Paris-Normandie" du 10 février relate les Normandie 2ème série qui se sont déroulés à Colombelle (Calvados) au foyer Léo-Lagrange chez le président Lacroix. En simples, Jacques Leguen a battu Patrice Le Houérou et Martine Bougeant (PLED) a battu Yveline Hue (LCH). Ghislaine Auzou (Barentin) et Catherine Lechalupé (ASMSA) sont respectivement les demi-finalistes. André Vallet et Patrice Le Houérou ont battu en DH les lillebonnais Leguen et Leterrier. Le DD a été remporté par Hue et Martine Bougeant contre Ghislaine Auzou et Patricia Bougeant. Enfin la finale du mixte est revenue à Hue et Patrice Le Houérou contre Guilloit et Leguen. "Ouest France" , qui s'y connait (?) précise encore que Jacques Leguen "applique une technique tout-à-fait personnelle qui souvent surprend l'adversaire".

24 février. Championnat de France des non-classés à la Maison des Jeunes rive gauche à Rouen. Anne Méniane (Racing) gagne le simple dames contre F Brémond (Barentin) et Bouchet (Racing) le simple messieurs contre Belloncle (USL).

Dans le journal "Ouest-France" du 12 mars, Viviane Beaugin a beau s'escrimer à parler du Bad' comme d'un " ... jeu très rapide ... aussi l'esprit et les réflexes doivent-ils marcher de pair", le journaliste D Gambini continue de trouver le jeu "peu spectaculaire" même s'il concède qu'il est "attrayant". Pourquoi tant de haine dans un monde déjà si cruel ?

16 et 17 mars. Championnat de France 3ème série à Rogerville. Antoine Lamotte, 17 ans 1/2, de Mont-Saint-Aignan, sort Philippe Séminel du Racing de Bolbec, Rillet de Lillebonne et Bouchet de Paris. De son côté Michel Quedrue, de l'ASMSA encore, bat le lillebonnais Patrick Masson. En finale, Antoine Lamotte bat Michel Quedrue 15/9-15/6. Déjà tenante du titre en non-classés, Anne Méniane gagne le simple dames contre F Massif (Lillebonne).

23 et 24 mars. Championnat de France 2ème série à Issy-les-Moulineaux. En demi-finale du simple messieurs, Guillier (Colombes) bat Rioland (Toulouse) tandis que H Borry (Toulouse) bat Patrice Le Houérou (LCH). En finale H Borry bat Guillier. Chez les dames, Anne Méniane (Racing) bat Mathieu (Racing) et Ghislaine Auzou (Barentin) bat Yveline Hue (LCH). Victoire en finale de Ghislaine Auzou.

23 et 24 mars. Championnat de France 1ère série à Morsang gymnase Rousseau. Pas de changement dans le palmarès si ce nest le retour dAnnie Causse-Vallet dans le double dames avec Viviane Beaugin contre Mme Mathieu et Mlle Bontemps 18/17-15/12. Chez les messieurs on retrouve Guéguen et Gérard Vallet en demi. Comme la saison précédente Badou retrouve Eric Lemaitre en finale. 3 et 6 ! Badou et Beaugin dominent le mixte contre Françoise et Joël Le Houérou, 9 et 3. Corbel et Badou sont menés en demi 3/11 dans le 3ème set du double messieurs par Cotte et Guillier avant de remonter et de l'emporter 15/11, puis en finale contre Baquet et Picandet (Esso-Paris) 4 et 3 ! En simple Viviane Beaugin gagne 3 et 1 contre Mlle Anne Méniane qui avait éliminé en demi Michèle Bontemps (Esso-Paris). Ghislaine Auzou est éliminée 1 et 0 en demi par Viviane Beaugin.

Chez les vétérans, le double messieurs revient à Mathieu et Boullefort du Racing contre Jacques Cotte et Maurice Vincent (Esso-Paris) 10 et 4, le simple à Cotte contre Vincent,

Mardi 2 avril 1974. Le président Georges Pompidou décède brutalement. Le week-end suivant 6 et 7 toutes les compétitions sportives sont suspendues. Mais justement les internationaux de France doivent se disputer au Havre. Yves Corbel raconte : "Il a fallu délocaliser la compétition avec l'accord des équipes étrangères dans plusieurs gymnases et transporter les joueurs d'un endroit à un autre, notamment pour que les mixtes puissent avoir lieu".

SH : Hunt (GB)
SD : Gardner (GB)
DH : Hunt et Penneket (GB)
DD : Gardner et Assinder (GB)
DMx : Balissager et Gosset (Belgique)

Question : qui est-ce qui mesure 1,62 m, pèse 50 kg, a des cheveux bruns bouclés, des yeux noirs, est âgée de 17 ans ET vient de gagner son troisième titre chez les juniors le 12 mai à Issy-les-Moulineaux ?

Réponse : Ghislaine Auzou, la protégée de Bernard Lechalupé de Barentin. En quart elle sort une certaine Hélène Bussolino, en demi Yveline Hue des Loisirs Havrais. En finale elle dispose d'Anne Méniane du Racing. Quelques temps auparavant elle répondait aux questions du journaliste Jean-Yves Donor :

"[...] J'ai commencé à 11 ans. Au début, je dois dire que je n'aimais pas beaucoup ça. Et puis, petit à petit, j'ai fait des progrès, je me suis entrainée plus régulièrement. Aujourd'hui, ça me passionne. C'est un véritable sport. J'ai joué longtemps au volley-ball. Le Badminton est beaucoup plus dur. Il faut être en condition physique permanente.

[La première qualité c'est ...] la force. Il faut frapper le volant d'un coup très sec. Il faut aussi être adroit, bien sûr, et avoir une bonne vista, car la vitesse du volant atteint parfois près de 120 km/h.

J'espère parvenir 1ère série, mais je voudrais aussi remporter un nouveau titre juniors le 12 mai prochain à Paris.

Quelquefois les commerçants me parlent de Badminton. Mes amis, aussi, bien sûr, mais ceux qui ne savent pas ce que c'est ne prennent pas toujours ça au sérieux [...]".

Bernard Lechalupé, son entraîneur, pense qu'elle va rapidement "devenir la première joueuse de première série en France". Chez les juniors messieurs, le titre revient au parisien du Racing Eric Lemaitre.

Du courrier dans la boîte à lettres :

Fédération Française de Lawn-Tennis

15 rue de Téhéran

Comité Français de Badminton à Monsieur Guéguen

Paris le 10 avril 1974

Monsieur,

J'ai l'honneur de vous faire connaître que vous avez été sélectionné dans l'équipe de France de Badminton qui doit participer au Tournoi de la Plume d'Or, à Lisbonne, les 25 et 26 mai prochains.

Le départ aura lieu [...].

Le Président

Claude Lefèvre

Début avril. Rencontre amicale entre le Portugal et la Normandie. Victoire des Lusitaniens sur les Vikings par 5 à 4.

"Plume d'Or" à Lisbonne les 25 et 26 mai : la France termine 4ème (France 8-Portugal 1). L'équipe est composée de Badou, Lemaitre, Picandet, Guéguen, Corbel, Baquet, Beaugin, Bontemps, Auzou et Méniane. Raymond Hermier, vice-président du groupement national, se souvient :

"C'était au moment de la "Révolution des oeillets", Marcello Caetano venait d'être renversé le 25 avril par une junte militaire ... Nous avions eu du mal à trouver un avion direct pour Lisbonne. De plus Alain Baquet n'était pas présent au rendez-vous que j'avais fixé. Nous avons du prendre des correspondances et survoler le territoire portugais entre Porto et Lisbonne à très basse altitude. L'aéroport de Lisbonne était remplis de soldats en armes. Comme je m'inquiétais du sort d'Alain, le responsable de la Fédération portugaise m'a demandé s'il ne s'agissait pas d'un certain Baquet. Comme j'approuvais, il m'a annoncé qu'il était en vacances ici depuis une semaine ... et qu'il en profitait bien. J'étais plutôt mécontent. J'ai du prendre la décision de faire attribuer un blâme à Alain ... pour l'exemple".

Propos confirmés par Yves Corbel, membre de l'équipe de France.

Normandie minimes à Lillebonne. Le jeune Grégoire (port-autonome) fusille Zaragoza (HBC) 1 et 1. En poule unique chez les dames, le titre revient à Sabine Bénamara (ALA).

Tennis à Roland-Garros. De Suède nous arrive un jeune homme aux longs cheveux blonds portant un bandeau. Son jeu n'est pas, aux dires des puristes, très orthodoxe mais quelle efficacité ! Bjorn Borg, âgé de 18 ans, remporte son premier Roland-Garros. Il remettra ça en 1975, 1978, 1979, 1980 et 1981. Accessoirement il remportera Wimbledon 5 fois de suite entre 1976 et 1980. Donc, selon la légende, Bjorn Borg, fut finaliste du championnat de Suède de Badminton qu'il pratiquait pendant la mauvaise saison. Sollicité plus tard pour faire un petit coup de pub' au Bad' en rappelant ce sport, Monsieur Borg aurait répondu quelque chose comme : "Oui. Combien ?". (rapporté par un normand du Comité Français de l'époque, toujours en place en 1999).

1974. Après la mort du président Georges Pompidou, Valéry Giscard d'Estaing devient président en battant sur le fil François Mitterrand. Aux USA, Richard Nixon démissionne. Sans transition, le belge Eddy Merckx en profite pour gagner son cinquième tour de France. Premier prototype du TGV, Train à Grande Vitesse. Notre grand-mère à tous s'appelle Lucy.





1974-1975

A la tête de l'IBF, l'indonésien Ferry A Sonneville laisse sa place à S Wyatt.

Du courrier dans la boîte à lettres :

Fédération Française de Lawn-Tennis Paris, le 25 février 1975

Monsieur André Vallet

Le Président

Mon cher ami,

J'ai le plaisir de vous informer que le Comité de Direction de la F.F.L.T., en sa séance du samedi 22 février 1975, vous a élu membre du Comité Français de Badminton.

Je vous adresse mes félicitations, vous remercie de l'efficace collaboration que vous apporterez à la Fédération et vous prie de croire, Mon Cher Ami, à l'assurance de mes meilleurs sentiments.

Philippe CHATRIER

9 février. Normandie non-classés. En simples, D Caer (HBC) bat Mallèze-Gibon (HBC) chez les dames et A Lemevel (ALA) bat Bayard.

Denis Demeyer (Lillebonne) est champion de France non-classés. Du même club, M Dajon gagne aussi chez les dames.

François Séminel gagne le national 3ème série organisé à Bourg-de-Péage (Drôme). Il bat en finale Didier Simon du HBC. Houel (Barentin) bat Dajon (USL) chez les dames.

1 et 2 mars. Normandie 2ème série à Lillebonne. Le local Jacques Leguen gagne la finale, malgré une entorse à la cheville, contre Antoine Lamotte (ASMSA) 15/11-15/2. Chez les dames, Michèle Guilloit (HBC) gagne de justesse la demi contre Mlle Robert, puis en finale elle bat Patricia Bougeant (PLED). En double, Mrs André Vallet (LCH) et Jacques Leguen (USL) battent Didier Simon et Norbert Quesnel (HBC), Lechalupé et Bougeant battent Michèle Guilloit et Hard (HBC) chez les dames. Le mixte est pour André Vallet et Jacqueline Robert (LCH) contre Guilloit et Simon (HBC).

Championnat de Normandie en "A" : dans le tableau final on retrouve Lamotte et Lechalupé en demi. En finale Guéguen bat Leguen 17/18-15/11-15/6.

Lillebonne est encore titré aux interclubs régionaux non-classés, aux interclubs nationaux non-classés et encore aux interclubs régionaux 3ème série !

Championnat de France 2ème série. Titre en SH pour Jacques Leguen (USL).

Internationaux de France à Paris :

SH : Hunt (GB)
SD : Yu Yuk Georg (Taïwan)
DH : Hunt et Penneket (GB)
DD : Yu Yuk Georg et Lin Sour (Taïwan)
DMx : Assinder et Hunt (GB)

National 1ère série à Aplemont-Coubertin. Les favoris, outre les normands sont Picandet et Baquet (Esso) et Gérard Vallet (Racing) chez les hommes. Chez les dames on surveillera Méniane et Mauhourat du Racing, Bontemps de l'Etoile Sportive de Colombes et Lise Vollenweider de Cannes. Chez les vétérans les favoris sont Cotte, Hindley et Vincent (Esso).

Pas de suspense, Badou est champion de France pour la quinzième fois consécutive ! en battant en finale Picandet (Esso) 15/9-18/16. Le Houérou et Leguen arrivent en quart, Corbel et Guéguen en demi. Viviane Beaugin bat Michèle Bontemps (Colombes-Esso) 2 et 4. Le double dames revient à Beaugin et Jacqueline Robert qui battent Yveline Hue et Françoise Le Houérou. Catherine Lechalupé et Ghislaine Auzou tombent au premier match, en quart, contre M et P Bougeant. Badou et Corbel ne ratent pas l'occasion de gagner contre Gérard Vallet et André Guillier. Affaire normande en mixte, Beaugin et Badou battant Hue et Corbel.

Chez les vétérans André Vallet bat Neyrat (E S Colombes). "Usant de toutes les finesses du métier", le duo Vincent et Guillier (E S Colombes) battent Neyrat et Hindley (Colombes ?).

Chez les juniors Eric Lemaitre remporte un nouveau titre.

Chez elle à Djakarta, l'Indonésie remporte la Coupe Uber en prenant sa revanche 5-2 contre le Japon.

Coupe Helvétique à Anvers (Belgique).

En demi-finale du championnat de France interclubs masculins Lillebonne bat le Racing-Paris ! Guéguen inflige un sévère 4 et 0 à Lemaitre pendant que Masson bat Faraggi. Hélas ! Les clubs Esso-Sports et Colombes ont fusionné cette année et s'imposent en finale 6 à 3 même si Leterrier bat Bertrand et Séminel bat Grandjean. Le Racing s'impose une nouvelle fois chez les dames avec Anne Méniane, Lisa Mauhourat, Annie Vallet et Jeannie Mathieu. A propos de cette fusion Esso-Sports-Colombes, André Guillier reconnait :

"C'était le seul moyen de battre l'équipe de Lillebonne que de fusionner. Les hommes des 2 clubs sont devenus Colombes et les dames Esso-Sports".

Samedi 24 mai, match amical Southampton-Loisirs havrais dans le cadre du jumelage entre les deux villes.

Des problèmes pour l'IBF. La Fédération internationale de Badminton reconnait les fédérations nationales et non les états ! Dans les années 74, concernant la Chine Populaire et son siège dans les instances dirigeantes de l'IBF, le problème se doublait de l'éventuelle exclusion de la Chine de Taïwan.

1975. Informations extra-badmintoniennes : longue agonie et décès du caudillo Franco en Espagne, capitulation de Saïgon (Sud Viet-Nam) le 30 avril. Un prix Goncourt pour "La vie devant soi" d'Emile Ajar, alias Romain Gary.





1975-1976 : A Barentin, le cachet de la poste fait foi

Septembre 1975 : création à Fécamp Maison des Jeunes et de la Culture d'une activité Badminton. Au départ l'activité a démarré grâce à un moniteur de la police nationale pendant l'été. Par la suite une section est créée dont le président est Jean-Luc Hanotin. Si le président ne change pas au cours des décennies suivantes, le sigle si. Le MJCF devient CCSE, Centre Culturel Saint-Exupéry en septembre 1983 et enfin USF, Union Sportive Fécampoise en septembre 1988.

Un certain Benoit Pitte (Lillebonne) est champion de Normandie non-classés.

4 janvier. Normandie minimes au Havre-Edouard-Herriot. Deux havrais du HBC en finale et c'est Jocelyn Zaragosa qui l'emporte sur Frédéric Andrieu. "Supériorité indéniable" de Sabine Bénamara chez les dames. Elle domine Agnès Lefèvre de Bolbec. "Nous assistons à une nette évolution du Badminton" conclut l'article.

Normandie 3ème série à Saint-Etienne du Rouvray. Chez les dames Agnès Penelle (LCH) bat Patricia Bréant (Barentin). Chez les garçons, Beuriot (ALA) bat R Rillet (Lillebonne)

En février, Normandie 2ème série au Havre-Dauphine. Victoire de André Vallet contre Patrick Masson (USL). En simple dames, Jacqueline Robert (LCH) bat Patricia Bougeant (LCH). Le double hommes revient à Norbert Quesnel-Didier Simon (HBC) face à André Vallet-Bécasse (LCH). Jacqueline Robert et Patricia Bougeant battent Agnès Penelle et B Hard chez les dames. Enfin Hard et Norbert Quesnel (HBC) battent Pujol et Patrick Masson (Lillebonne) en mixte.

Championnat de Normandie catégorie "A". Dans le tableau final Joël Guéguen l'emporte contre Yves Corbel après avoir battu Christian Badou lors du tournoi d'ouverture à Lillebonne.

Samedi 14 et dimanche 15 février. Championnat de France non-classés à Mont-Saint-Aignan. L'ALCL place deux joueurs : Rémi Lansoy et Jean-Claude Freund. Victoire de Thierry Bayart (HBC ou USL) contre A Lemevel (Rogerville ou Aplemont). Chez les dames Mlle Chaboussie (Morsang sur Orge) gagne contre Mlle Robert du Racing.

La saison n'est pas encore terminée en interclubs non-classés dans une compétition à quatorze équipes ou chaque rencontre se joue en onze matchs ! Cependant le titre ne devrait pas échapper au HBC. A moins que l'AL Rogerville, l'USL ou le CAB ...

Interclubs 1ère division : le Racing élimine en demi-finale le LCH sur le score de 7 à 2 chez les hommes mais perd ensuite, en finale, contre Esso Paris. Le Racing doit encore s'incliner chez les dames devant le HBC par 2 à 3.

Fin février, France 3ème série à Paris.

Coupe Thomas. Record de participation égalé avec 26 pays. A Bangkok en Malaisie, L'Indonésie conserve son titre en pulvérisant 9-0 la Malaisie. Il faut dire que le Bad' est sport national (et peut-être même d'Etat) là-bas.

Championnat de France 2ème série. Marc Faraggi gagne le simple messieurs.

Samedi 20 et dimanche 21 mars. Championnat de France 1ère série à Barentin chez Mr Bernard Lechalupé. 800 spectateurs ! Et une première dans le Badminton :

"Dans le cadre des championnats de France de Badminton qui se déroulent à Barentin (Seine-Maritime) les 20 et 21 mars, la section philatélique de l'Université Populaire organise une exposition de timbres et documents postaux au premier étage de la salle Pierre-de-Coubertin. Un bureau de poste temporaire, doté d'un cachet grand format illustré par Bernard Lechalupé, sera ouvert le 20 mars de 14 h à 20 h. Pour marquer cette manifestation exceptionnelle, les organisateurs ont également décidé d'émettre une carte-souvenir oblitéré du cachet spécial du championnat".

Le cachet PTT "premier jour" est illustré par Bernard Lechalupé, président entre autres du Comité rouennais de Badminton. Mr Bernard Lechalupé ajoute que la sortie d'un timbre aurait été possible à cette époque car Mr André Marie, éphémère Président du Conseil en 1948, puis garde des Sceaux et Ministre de l'Education (la ville des statues !) soutenait le projet. A une seule condition : qu'il soit émis de sa bonne ville de Barentin. Les autorités fédérales tennistiques en ayant décidé autrement, le projet a capoté.

Les résultats sont d'une banalité ! Cependant quelques jeunes pointent le bout de leur nez ... En simple hommes, Badou bat H Borry (Olympe Toulouse) pendant que Guéguen bat Baquet. En finale Christian Badou bat Guéguen (Lillebonne) 15/7-15/3. En simple dames, Viviane Beaugin gagne la finale contre Catherine Lechalupé 11/6-11/2. En demi Catherine Lechalupé a eu bien du mal à se défaire de la jeune prodige Ghislaine Auzou, 12/10 au 3ème set ! Bien que défaite en finale, Catherine gagne définitivement sa place en équipe de France. Petite déception pour le public barentinois, sa "chouchoute" Ghislaine Auzou est éliminée en simple dès le matin. En double dames on retrouve Catherine Lechalupé et Ghislaine Auzou en demi-finale. Les normandes perdent contre Lise Vollenweider (Cannes) et Françoise Bonnor (Toulouse) 15/12-3/15-4/15. La victoire finale revient à Viviane Beaugin et Yveline Hue. En mixte, le couple Lechalupé, Catherine et Michel, est défait en quart. Victoire de Beaugin-Badou contre M Anthore-Patrice Le Houérou (LCH), 15/5-15/5. En double hommes les montsaintaignanais Michel Quedrue et Michel Lechalupé perdent en quart contre les toulousains Hubert Borry et De Pérignon ; victoire de Christian Badou et Yves Corbel pour changer contre Guéguen et Leguen (USL).

Ghislaine Auzou semble vraiment très contrariée par sa petite performance. De nombreuses personnes affirment qu'elle arrête le Badminton du jour au lendemain. Effectivement son nom disparait subitement des palmarès et autres articles de presse. Bernard Lechalupé, son entraîneur à Barentin, affirme que Ghislaine Auzou s'est laissée éliminer délibérément pour pouvoir sortir l'après-midi avec son petit copain qui n'appréciait le Badminton que très modérément.

Internationaux de France au Havre-Beauville. 11 nations sont représentées : France, Grande-Bretagne, Australie, Pays-Bas, Nouvelle-Zélande, Suisse, Belgique, Mexique, Suède, Allemagne et Taïwan. L'organisation du président Raymond Hermier est super, le public "bon", et l'entrée gratuite.

SH : Penneket (G.B.) bat Hunt (G.B.) : 7/15-15/6-15/13.
SD : Yu Yuk Georg (Chine) bat Lin Sour (Chine) : 0/11-11/8-abandon au 3ème set.
DD : Yu Yuk Georg et Lin Sour (Chine) battent Assinder et Beaugin (France) : 15/8
DH : Hunt et Penneket (Grande Bretagne) battent Keeting et Tier (GB) 15/12-15/14.
Mixte : Kung Fu et Lin Sour (Chine) battent 15/4-15/6 Penneket et Hunt (GB).

8 et 9 mai. L'équipe de France, sous la houlette de Raymond Hermier, est l'hôte de La LDLV la Détente Le Vaudreuil, club du président Bucquet. L'équipe s'entraîne sous la direction de l'entraîneur belge Mr Verstoep.

9 mai. Championnat de France vétérans à Colombes. Le titre revient au local Jacques Cotte qui doit batailler trois sets pour battre André Vallet. En double, victoire de André Vallet (LCH) et Maurice Mathieu (Racing) qui battent Cotte et Dubois (Esso Sport).

9 mai encore. Championnat de France juniors à Colombes. "Pas de surprise" le racingman Bouchet gagne contre Daniel Demeyer (Lillebonne) et Mlle Chaboussie (Morsang) bat Mlle Nicole Houel (Barentin) après avoir défait Sabine Bénamara (ALA) en demi.

Loin dans le sud, Viviane Beaugin gagne le tournoi international de l'UGAP en première série, Antoine Lamotte en 2ème série et Philippe Lepetit (HBC) en 3ème série.

22 et 23 mai. "Plume d'Or" à Paris-Colombes (gymnase Des Fossé-Jean) : la France termine 3ème.

Classement national de fin de saison : 1/Badou ; 2/Guéguen ; 3/Lemaitre ; 4/Picandet ; 5/Baquet ; 6/Corbel et Gérard Vallet ; 8/Philippe Méniane et Joël Le Houérou ; 10/Bernard Guillier et Jacques Leguen ...

1976. Un futur ministre français est médaillé d'or au 110 m haies des J.O. de Montréal. Foot en fête à Saint-Etienne : "Allez les Verts !". A Pékin Mao "le Grand Timonier" s'éteint. 1976 c'est l'année de la sècheresse et de son célèbre impôt !





1976-1977 : Et de 11 pour Viviane en simple !

Un nouveau président à la tête de l'IBF, le onzième en 21 ans ! S Mohlin remplace S Wyatt. Infiniment plus stable, H A E Scheele, secrétaire depuis 1938 (il remplaçait F W Hickson), passe la main et cède la place à H Valken.

Dans le sud, création de la section Badminton de l'Union Saint-Bruno à Bordeaux. Fondateur François Thomas.

Mr Raymond Dubois, président de Esso-Sport-Paris partant à la retraite, est remplacé par Mr Hindley.

Reprise générale sur le secteur havrais où les écoles de bad' de jeunes se multiplient. Les 2 et 3 octobre les Loisirs reçoivent les anglais du BTC Southampton dans le cadre du jumelage avec le grand port anglais. Les Loisirs l'emportent 14-10 mais le but est ailleurs ...

Le Badminton étend son influence avec la création de la section Badminton du LDV , "La Détente Le Vaudreuil Ville Nouvelle", présidente Mme Maud Emin.

Une manière curieuse de découvrir le Badminton, celle de Mr Henri Louchart. Séquence "jeu de montagne" :

"... J'ai redécouvert le badminton en famille. Fatigué, pendant les vacances, d'échanger sempiternellement des volants sans but précis, un jour j'ai tracé sommairement un court avec des cordes de montagne et des pommes de pins qui jonchaient le sol de la clairière. Deux piquets de tente, un filet confectionné à la hâte, complétèrent le terrain ...".

Cette redécouverte ne peut rester sans lendemain quand on est directeur départemental de l'UNSS ! Quelques ouvrages sont tirés (ou "photocopillés" comme il l'avoue) et distribués. Bientôt la France du sport scolaire veut en savoir plus sur ce sport. Et ce malgré quelques grincheux que les lignes noires gênent ...

" ... Je m'appliquai alors à promouvoir le badminton en UNSS parmi les 181 établissements scolaires du département. J'avais entre temps fait la connaissance de M Lefebvre, alors président du comité national de Badminton, qui me demanda de bien vouloir l'aider à développer le badminton au niveau national au sein du comité, puis, à partir de 1979, au sein de la FFBA".

Mardi 21 septembre. "Tonton" Ducrocq a l'élégance d'annoncer la reprise de l'entraînement et d'agrémenter son entrefilet du timbre anglais de 13 pence sur le bad'. En prime il annonce le championnat du monde qui se tiendra à Malmoe en Suède courant 77. Pur acte gratuit car l'ALCL risque fort de ne pas y être représentée. D'ailleurs, "Tonton" Claude Ducrocq émaille souvent ses articles d'infos sur l'histoire du Badminton, même s'il doit remonter aux antiquités chinoises.

Dimanche 17 octobre. Au Havre, première coupe "Aux Elégants", épreuve par handicap.

Normandie non-classés. Victoire pour Sabine Bénamara qui bat en finale Mlle Anne-Marie Douville (Barentin). Hervé Ternon (ALA) bat François Verdonck.

L'ALA de Ternon, Rillet, Bécasse, Verdonck et compagnie est champion de France 2ème division interclubs.

Décembre 1976. Numéro zéro de "L'Echo du Badminton" réalisé par la MJC, Maison des Jeunes et de la Culture de Saumur. Ce projet de bulletin de liaison interclubs 12 pages en format A5 photocopié est l'oeuvre de Roland Michot, président de la MJC, Alain Baquet, Anne-Marie et Alain Citolleux. Dans le compte-tendu de la réunion du Comité Français du 13 novembre à Paris on apprend que Henri Pellizza se félicite que les ressources du comité soient passées de 6 000 F à 40 000 F en 6 années. Au cours de cette réunion [... un court débat s'engagea sur l'opportunité de la création de la Fédération ...]. La mascotte du canard sera un chat : Kat Min Tong et le tirage tournera autour de 300 exemplaires tous les 2 mois !

Janvier. "Badminton", organe officiel (et bilingue) de la fédé belge donne dans son numéro 1 le classement mondial masculin : 1/Liem Swie King (Indonésie 2/Rudy Hartono (Indonésie) 3/Svend Pri (Danemark) 4/Iie Sumirat (Indonésie) 5/Flemming Delfs (Danemark) ... Dans le numéro 3 de mai "Badminton" publie la photo de la reine Fabiola s'adonnant à son sport favori : le Bad' !

Janvier. Numéro 1 de "L'Echo du Badminton" : 6 numéros par an pour 30 F pour deux exemplaires. Début d'une grande enquête sur l'existence des clubs en France : Angers et Nantes sont encore répertoriés alors qu'ils ont disparu ou très en sommeil depuis 10 ou 15 ans. Toulouse semble bien représenté avec l'OT, Olympe de Toulouse (Mlle Bonnor et Mr De Pérignon), le TOAC, Toulouse Olympique Aviation Club (Mr Riolland) et l'ASM, Association Sportive Motorola (fabriquant de semi-conducteurs) de Mrs Villaghy et Refreigier. Un club semble exister à Graulhet dans le Tarn. Félicitations à A Chevrel et J P Simon pour la création du club de La Mède, près de Marseille.

Normandie 3ème série. Victoire de Benoit Pitte (Lillebonne).

29 et 30 janvier. Helvetia Cup à Leningrad (URSS). 1/ URSS ; 2/ Irlande ; 3/ RFA ; 4/ Tchécoslovaquie ; 5/ Norvège ; 6/ Pays de Galles ; 7/ Autriche ... La France ne participait pas.

Dimanche 13 février. Normandie 2ème série à Saint-Etienne du Rouvray.

Samedi 12 et dimanche 13 février. Championnat de France de "BadminGton" non-classés à Colombes. Le grand G frappe encore. 13 messieurs et 7 dames qualifiées chez les normands. En demi, Sabine Bénamara élimine la barentinoise Anne-Marie Douville et en finale elle bat la toulousaine (Olympe Toulouse) Rozes. François Verdonck, encore junior, bat Tournefort (Bourg-de-Péage) en demi mais, n'ayant pas suffisamment récupéré, perd la finale contre Poitreneau (Antibes). Les autres normands se débrouillent bien dans l'ensemble : Henri, Dajon, Lefèvre, Vautier, Jallet, Salmon-Lévêque, Frébourg ... Mais les autres ligues ne sont plus loin derrière ...

"[...] Si en cette catégorie les jeunes joueurs normands ont nettement dominé Paris et l'Ile-de-France, il doit être relevé l'excellente prestation des joueurs du sud-est représentant un encouragement pour les nouveaux clubs de Cannes, Antibes, Fos-sur-mer, etc [...]".

19 et 20 février. France 3ème série à Paris. Sabine Bénamara, encore cadette, poursuit son irrésistible ascension et gagne, à la surprise générale, contre M Yannacopoulos (HBC). Victoire surprise encore pour le junior François Verdonck contre Damien Hardy (ASMSA) qui a sorti Benoit Pitte (Lillebonne) en quart.

26 et 27 février. Championnat de France 2ème série à Mont-Saint-Aignan. Norbert Quesnel (HBC) bat un Jean-Claude Bertrand (Esso-Paris) dominé et blessé. Le SD est remporté par Patricia Bougeant (LCH) contre Michèle Guilloit (HBC). Finale havro-havraise encore en double avec Didier Simon et Norbert Quesnel qui dominent Dominique Gibon et Philippe Lepetit (HBC). En double féminin M C Brémont (Olympe de Toulouse) et J Argaud (Bourg-de-Péage) sont battues par Patricia Bougeant et Jacqueline Robert. Enfin le mixte voit la victoire de Norbert Quesnel et Karine Malleze sur André Vallet et Patricia Bougeant.

Championnat de Normandie minimes. Le bolbécais Thierry Mallard est champion, devant Arnaud Outreman (HBC) ou le contraire, c'est suivant les journaux. Poule unique chez les filles : 1/ Sonnet Véronique ; 2/ Sonnet Myriam ; 3/ Lamotte

Normandie cadets au Havre-Dauphine. En SH, victoire pour P Sandray (PLED) face à D Prévost (ALA), chez les filles Mlle Hélène Brancourt (LCH) domine I Regnier (LCH) 11/1-11/0.

Premiers championnats du monde individuels. Le simple homme est remporté par le danois Flemming Delfs contre S Pri (DK), le simple dames par ... la danoise Lene Köppen contre l'anglaise Gilks ! Le double messieurs, totalement indonésien revient à Tjun Tjun et Wahjudi devant Chandra et Christian. Les japonaises Toganoo et Ueno battent les néerlandaises Beusekom et Ridder. Le mixte est danois : Steen Skovgaard et Lene Köppen battent les britanniques Talbot et Gilks.

12 et 13 mars à Thonon-les-Bains. National 1ère série. Le Bad' se décentralise et l'on remarque la présence de joueurs du club de Fos (A Chevrel) et de Bourg-de-Péage. Pour la première fois depuis ... très longtemps, Christian Badou ne participant pas au simple, l'épreuve est des plus ouvertes. Guéguen bat Norbert Quesnel (HBC) en quart. Jacques Leguen (USL) se bagarre pendant deux heures contre le toulousain Borry, avant de perdre le match suivant en demi contre le favori Guéguen. Si Guéguen est favori c'est pourtant Alain Baquet (Saumur) qui l'emporte à l'issue du troisième set 13/15-15/18-15/11. Viviane Bonnay, de son côté, dispose facilement d'Anne Méniane. Les autres demi-finalistes chez les dames sont Yveline Hue et Françoise Bonnor. Qui peut résister à Bonnay-Badou en mixte ? Personne et surtout pas les finalistes Vollenweider et Baquet. Le double dames revient à Bonnay et Hue contre Méniane et Robert. Quant au double hommes, c'est l'affaire de Badou et Corbel contre Baquet et Bertrand, 15/2 et 15/4 !

Mars 1977. "L'Echo du Badminton" n2. 20 pages en A5. Echos du National, des élections au bureau du Comité : Yves Corbel, seul candidat, est réélu trésorier, Mr Lefèvre reste président, les vice-présidents sont : Raymond Hermier (PTT Le Havre), Mr Bucquet (Le Vaudreuil) et Mr Guier (Romans). Mr William Cady, correspondant de l'IBF pour la France fait un petit historique du Bad (champagne + plumes !). Toulouse encore avec l'existence de clubs au lycée Déodat de Séverac, à la fac de Sciences, à l'ENAC, chez les pompiers et à la MJC du Mirail. Inventaire des clubs en Normandie (St-Jean du Cardonnay-Mr Vandrille, MJC Rouen- Mr Evrard, Rouen La Grand'Mare-Mr Ryckewaert ...) et ailleurs (Colombes Les Fossés-Jean-Bernard Guillier, Paris Profs d'EPS-Jean Ernoux, Compagnie Bancaire-Alain Bertrand, Conseil de l'Europe Badminton Amateurs de Strasbourg-John Ellis).

L'équipe de Mont-Saint-Aignan effectue un long déplacement pour le tournoi d'Antibes. En "C", Damien Hardy bat l'antibois Joël Leroux en finale après une heure et quart de jeu !

Du 23 au 26 mars. "All England" Victoires pour Delfs (Danemark) et Miss Yuki (Japon). L'Angleterre émet à cette occasion un timbre de 13 pence où figurent les différentes trajectoires idéales d'un volant. La Suède n'est pas en reste qui émet également un timbre.

2 et 3 avril. Internationaux de France à Colombes, gymnase des Fossés-Jean. David Hunt (GB) gagne le simple en 3 sets contre son compatriote Peter Pennekett, tandis que le SD, entièrement néerlandais est remporté par Inge Rozemeyer devant Sylvia Robbe. Le DD est remporté par les finalistes du simple contre la paire Patricia Assinder (GB)-Françoise Kaiser (Belgique). Le DH voit le succès des britanniques Brian Keeling et Duncan Bridge face aux danois Bo Omosegaard et Soren Haldager. Enfin, en mixte, David Hunt et Patricia Assinder l'emportent, 5 et 3, contre Inge Rozemeyer (DK) et Steve Stranks (GB).

2ème tournoi international de Mont-Saint-Aignan les samedi 9 et dimanche 10 avril. Victoires de Berden (Yougoslavie) "avec panache et humour" contre Bo Omosegaard (Danemark) et Françoise Bonnor (France) chez les dames contre Lise Vollenweider (Cannet-Rocheville). "Bien que grippée" Yveline Hue remporte le mixte avec le danois Willandsen.

Normandie juniors les 16 et 17 avril au Havre-Dauphine. Les favoris Bénamara et Verdonck, récents champions de France 3ème série paraissent fatigués. Marie-Claude Laurent (OAC Bolbec) bat successivement Sabine Bénamara (ALA) puis Patricia Henri (ALA). M P Delaune de Fécamp est la quatrième demi-finaliste. Chez les garçons, Benoit Pitte est champion, le finaliste est Laurent Grégoire (PLED).

23 et 24 avril. Normandie 1ère série à Barentin. Joël Guéguen (USL) l'emporte chez les messieurs, Yveline Hue (LCH), en l'absence de Mme Bonnay, vient à bout de Michèle Guilloit (HBC). Le double dames revient à Jacqueline Robert et Patricia Bougeant (LCH), le double hommes à André Vallet et Yves Corbel (LCH) contre Bernard Massart, et Patrick Masson (USL). Enfin, en mixte, Yveline Hue et Yves Corbel battent leurs camarades de club Françoise et Joël Le Houérou.

7 et 8 mai. Stage préparatoire à la "Plume d'Or" à la MJC de Rouen pour 10 joueurs et 4 joueuses.

National juniors les 7 et 8 mai au Havre-Aplemont-Coubertin. Et d'un premier titre pour Benoit Pitte (USL), contre François Verdonck (ALA) et de Sabine Bénamara (ALA) contre Fabienne Chaboussie (Morsang). Marie-Claude Laurent et Patricia Henri sont demi-finalistes. Un record pour Sabine Bénamara car "c'est la première fois qu'une jeune joueuse remporte les trois titres nationaux en non-classés, 3ème série et juniors dans la même année". Notons encore que chez les garçons il y avait trois normands dans le dernier carré, parmi lesquels O Vicquelin de Fécamp MJC.

7 et 8 mai, encore à Aplemont, mais pour le national vétérans. 19 concurrents seulement. André Vallet gagne le simple contre Bernard Lechalupé (FENB). Et bien sûr Vallet et Lechalupé gagnent le double contre Lemaire et Henri.

Coupe "Sportlux" le dimanche 15 mai, compétition en simple par handicap organisée par l'ALA où se retrouvent une centaine de joueurs.

Mai. Numéro 3 de "L'Echo du Badminton" des stakhanovistes de Saumur (24 pages). Le comité français est d'accord pour adhérer à la Fédération Méditerranéenne de Badminton, ce qui lui ouvrira l'accès aux Jeux Méditerranéens. "ça bouge à Paris" en USEP où l'école de la rue St Merri et sa prof de sport, Mme Jeanjean, font un malheur.

28 et 29 mai. Quatrième tournoi international de l'UGAP à Bourg-de-Péage

11 juin, dixième coupe Benoit (réservée aux vétérans) organisée par le PLED de Raymond Hermier.

28 et 29 mai. "Plume d'Or" à Lausanne : la France termine 4ème. L'équipe est composée de Françoise Bonnor, Lise Vollenweider et Yveline Hue chez les dames, de Guéguen, Baquet, Masson et Lamotte chez les messieurs. La Yougoslavie l'emporte devant la Suisse et la Belgique.

Arbitrage. Point de règlement sur le temps de repos entre le 2ème et le 3ème set : un arrêt n'excédant pas 5 minutes est accordé entre le 2ème et le 3ème set, en simple seulement (souligné). Décision prise par le Comité Français de Badminton et ratifiée par la Fédération Internationale.

Documentation. " Technique Moderne du Badminton" par René-Pierre Pelletier aux éditions Bornemann.

Lors de la réunion du Comité Français de Badminton du 11 juin à Colombes (séance ouverte à 10h 15, levée à 17 h 30), Yves Corbel demande aux membres présents de voter l'augmentation des licences de 15 à 20 F pour les seniors et de 8 à 12 F pour les jeunes. Mr Lechalupé demande que le prochain national 1ère série ait lieu à Barentin à l'occasion de l'émission d'un timbre commémoratif. Sous cette réserve le comité donne son accord. Le tournoi se jouera à Toulouse si le timbre n'est pas émis à Barentin. Mr Lefèvre félicite certains joueurs de l'équipe de France pour leur comportement au cours du tournoi de la "Plume d'Or" mais regrette "l'attitude de Mr Masson qui a été inadmissible". Le comité décide la création d'une série "promotion" située entre la 1ère et la 2ème série et qui comprendra les joueurs susceptibles de monter en 1ère série ou d'en descendre. Enfin Alain Citolleux de la commission propagande et informations ... :

" [...] évoque la nécessité de faire circuler l'information. A part l'essai de bulletin de liaison "L'écho du Badminton" , né de l'initiative de la MJC de Saumur et réalisé par ses propres moyens, il n'existe pas de circulation régulière de l'information entre les régions. En tant que Secrétaire National A Citolleux souhaite pouvoir recevoir tous les documents (notamment photocopies d'articles de presse) pouvant servir d'archives ou de contacts futurs.

[...] Par une campagne de sensibilisation il propose de choisir un "temps fort" associé à une période où figure une grande compétition pour mobiliser l'ensemble des clubs sur des actions d'information auprès des médias [...]. Pas de décision à ce sujet, l'avis du président Lefèvre étant plutôt de ...".

Peut-être pas franchement d'accord le président et le secrétaire national ?

Annonce dans "L'écho du Bad" n3 :

Les Naturistes et le Badminton

Tout le monde sait que les naturistes, en plus de la recherche du soleil, sont toujours à l'affût d'activités physiques et sportives pouvant se pratiquer aisément dans leurs centres [...]. Les dirigeants naturistes envisagent déjà d'organiser des rencontres internationales, notamment avec le concours des clubs anglais et allemands qui peuvent nous aider à développer ce sport dans les clubs et les centres de vacances [...]. Le prochain tournoi naturiste aura lieu le 26 juin 1977, au club "Sport et Nature" à l'Isle-Adam (95) [...].

Classement final à l'issue de la saison : 1/Badou ; 2/Baquet ; 3/Guéguen ; 4/Leguen ; 5/Corbel ; 6/Lemaitre ; 7/ H Borry ; 8/ B Guillier ; 9/ A Lamotte ; 10/ J Le Houérou ... 4 normands dans les cinq premiers français ! Chez les dames : 1/ Viviane Bonnay ; 2/ A Méniane et M Bontemps ; 4/ F Bonnor et L Vollenweider ; 6/ Y Hue ; 7/ P Bougeant ; 8/ M Guilloit ; 9/F Le Houérou ; 10/ C Lechalupé (ASMSA) et M Anthore (LCH) ...

Juillet 77. Sortie de "L'Echo" n4.

"Wanted" les 5 et 6 août :

"On recherche des joueurs séjournant dans la région des Sables d'Olonnes en Vendée pendant la première semaine d'août, pour les associer à une expérience "Contact et Démonstration" destinée à faire connaître le Badminton de compétition aux vacanciers qui ne le pratiquent qu'en tant que sport-loisir d'entretien physique [...] Pour tout renseignement : Alain Citolleux (Saumur)".

Du 24 au 28 août, stage de formation pour moniteurs à Mt-St-Aignan organisé par Lise Volleweider, Michel Lechalupé avec le concours de Mr Torsten Berg.

1977. Au revoir messieurs Charlie Chaplin, Elvis Presley le King. René Goscinny laisse deux orphelins : Astérix et Obélix. Arrivée du four à micro-ondes.






1977-1978 : Premier sacre pour Joël Guéguen

Dans un journal, sous la plume de Jean Boedec, on apprend que l'ASMSA "veut se hisser au premier plan en Normandie", que l'école des jeunes est dirigée par Mrs Desbordes, Habault et Massif, enfin que ...

"[...] Si nous n'avons aucun problème de salle ni de finances, par contre je souhaiterais que les parents viennent un peu plus voir leurs enfants. Car un club sportif ce n'est pas une garderie [...]".

Fin septembre. Assemblée Générale extraordinaire de l'IBF. Programme : modification des règlements internationaux par adjonction des textes concernant l'amateurisme pour être en conformité avec les règlements olympiques. Cette transformation votée "facilitera l'accès du Badminton aux Jeux Olympiques, il serait même question de 1984 ...".

Octobre 77. Sortie de "L'Echo ..." n5. La cessession de la Chine Populaire est évoquée, Pierre Rondel paie sa pub pour les Batignolles ! Une liste d'entraîneurs 1er degré est publiée. Alain Citolleux se plaint du faible nombre d'articles envoyés par les clubs et les ligues. Le club normand de St-Jean du Cardonnay n'existe plus. Règlement : les raquettes à double cordage !

Lundi 30 octobre. Le joueur Ray Stevens (GB) reçoit des mains de Mr Jean-Pierre Soisson un diplôme dans le cadre des Trophées du fair-play Pierre de Coubertin. Pour un geste de loyauté au cours d'une importante épreuve internationale.

19 et 20 novembre. Un stage "Espoirs" à St-Etienne du Rouvray avec l'entraineur national Roger Grimwood et Lise Vollenweider réunit 16 joueurs, essentiellement parisiens et normands.

Normandie non-classés à Saint-Etienne du Rouvray. Pascal Habault (ASMSA) bat Philippe Desbordes (ASMSA) en simple hommes. Agnès Lefebvre (OAC Bolbec) bat Anne-Marie Fossé (Grand'Mare Rouen)

Décembre 77. "L'Echo" n6 titre "Chouette, déjà un an" et sous-titre "Ouf, on a tenu le coup !" car il est vrai que les articles n'arrivent pas en grand nombre à Saumur. Calendrier prévisionnel et résultats de tournois

8 janvier. Normandie minimes. Béatrice Mercier (USL) gagne chez les dames contre Christelle Lhermoye (OAC Bolbec) et Arnaud Outreman (HBC) chez les garçons contre Gilles Delalandre de Fécamp.

14 et 15 janvier 1978. Championnat de France non-classés à Saumur. Patricia Choël (Cannes) bat Agnès Lefèvre (Bolbec). Agnès mène 8/4 au troisième set mais se fait remonter et battre 12/9. Mme Fossé (Grand-Mare) prend la 5ème place. Patrick Choël (Cannes) bat Pascal Habault de Mont-Saint-Aignan en finale, 6 et 12. Philippe Desborde (ASMSA) prend la 3ème place.

15 janvier 1978. Normandie cadets au Havre-Dauphine. Après avoir battu Myriam en demi-finale, Sabine Bénamara bat Véronique, la "jumelle" Sonnet (Alençon). Comme au minime de 76, Jocelyn Zaragosa (HBC) dispose en finale de Frédéric Andrieu qui a du batailler dur pour sortir en trois sets Rémi Grégoire (PLED) puis Thierry Mallard, le favori (OAC).

22 janvier, finale de la catégorie A au Havre-Coubertin. Après avoir défait Didier Simon en demi, Guéguen bat Patrice Le Houérou 7 et 6 en finale.

29 janvier. Championnat de Normandie 1ère série au Havre-Dauphine. Titres pour Joël Guéguen contre Patrice Lehouérou, pour Viviane Bonnay contre Catherine Lechalupé, pour Badou-Corbel contre Guéguen-Leguen, pour Bonnay-L'Hermette contre Hue- F Lehouérou, enfin en mixte pour Bonnay et Simon contre Hue et Corbel.

29 janvier. Normandie 2ème série à Mont-Saint-Aignan. Mlle Nicole Doucet (Barentin) bat Jacqueline Robert (LCH) qui se rattrape en gagnant le double avec Agnès Penelle (LCH) contre Hard et Maizeret (HBC) et le mixte avec Gacoin (LCH) contre Mallèze et Lepetit (HBC). Michel Quedrue (ASMSA) gagne le SH contre Damien Hardy (ASMSA).

29 janvier. A Lillebonne, Normandie 3ème série : Jean-Marie Folliot (ASMSA) bat Henri-Philippe Montier (ASMSA) et Anne-Marie Douville (Barentin) bat Hélène Robinson (Havre BC).

11 et 12 février. Championnat de France 3ème série à Mont-Saint-Aignan. SH : Henri-Philippe Montier (ASMSA) bat Jean-Marie Folliot (ASMSA). SD : Mme Hélène Robinson (Havre BC) bat Bulle (Racing).

Création du tournoi dit "Des 8 nations" dont la première édition se déroule à Rheine en Allemagne et ne compte, comme son nom ne l'indique pas, que 4 participants : l'Angleterre, l'Allemagne, l'Autriche et les Pays-Bas. L'Angleterre remporte la compétition considérée comme le championnat officieux d'Europe des moins de 15 ans.

19 février. Championnat de France 2ème série à Paris. Triple victoire à 33 ans pour l'aignanais Michel Quedrue.

SH : Michel Quedrue (ASMSA) bat Damien Hardy (ASMSA)
SD : Jacqueline Robert (HBC).
DD : victoire de Jacqueline Robert et Agnès Penelle
DH : Michel Quedrue et Michel Lechalupé
Mixte : Michel Quedrue et Jacqueline Robert (HBC)

L'évènement majeur de cette année 1978 reste la petite phrase prononcée par le Ministre de la Jeunesse et des Sports, Mr Alain Calmat. Celui-ci, pourtant ancien champion de patinage artistique, bref un sportif, parlant du Badminton, le décrit comme un [... loisir de plage ... ]. Pis ! Au même moment Mr Chatrier, Président de la FFLT, ignore complètement qu'il a en charge le Badminton. Alain Citolleux prend huit jours de congés et "monte" à Paris. Le train de la liberté est en marche ! ". L'Echo n7 relate. A la mi-janvier, Jean-Pierre Agneray, Pierre Rondel et Alain Citolleux montent dans la capitale :

"[... ] Ces trois mousquetaires du Badminton : Pierre, Jean-Pierre et Alain ont pris les contacts prévus, malgré les embûches et les contretemps. L'accueil le plus chaleureux fut celui de Radio France, où Jean-Paul Brouchon au cours d'une conversation d'une heure et demie envisageait de réaliser une émission sur Radio France modulation de fréquence (environ 1 heure) couplée, une semaine auparavant avec un "Inter Service" sur le Badminton [...].

Nous avons rendez-vous avec Christian Quidet au service des sports de TF1. A cet instant, Pierre croise dans le couloir, celui qui va tout remettre sur les rails : Daniel Cazal ... Ils se connaissent, s'étonnent [...].

Christian Quidet arrive en même temps que nous et tout de suite s'intéresse à notre démarche, au petit dossier, et envisage des projets lors des internationaux de France ou lors du championnat national [...]".

Vingt années plus tard, la version de JPA n'a pas varié d'un pouce :

"[...] Il est exact que la FFT nous ignorait ! ... Les artisans de ce renouveau [...] sont peu nombreux [...] : Alain Citolleux, Pierre Rondel, André Guillier, Santiago Panos, Pierre et Line Jeanjean, Jean Brunet et ... moi-même [...]".

"[...] Quant à la "non-connaissance" de notre sport par les autorités, c'était totalement ahurissant ... Christian Quidet, alors directeur des sports de TF1, Denis Ferdet, directeur sur FR3, Jean Amadou, Marie-Christine Debourse, Pierre Brouchon, et bien d'autres encore, nous ont reçus ... et ouvraient des yeux effarés en apprenant que nous étions un "vrai" sport de compétition ... De son côté, le journal l'Equipe ne croyait pas que nous nous développerions et donc ne nous accordait aucune place dans ses colonnes. C'est l'une des raisons qui m'ont poussées à créer France Badminton [...]".

"L'Echo ..." toujours. Un ancien joueur de Bolbec, Mr Lefèvre, a pris contact avec le PEC, Poitiers Etudiant Club pour faire du Badminton avec quelques autres joueurs.

25 et 26 février. "Plume d'Or" à Bruxelles en Belgique : la France termine 3ème en battant 6-1 la Suisse et 5-2 le Portugal. Victoire de la Yougoslavie devant la Belgique.

4 et 5 mars. Interclubs 1ère division à Lillebonne. En demi-finale l'équipe de l'USL bat les Loisirs 7 à 2 tandis que le Racing étrille le HBC 8 à 1 (Lepetit a sauvé l'honneur). En finale, pas de miracle, victoire du Racing chez les hommes 8 à 1. Il faut préciser que le Racing de Roger Grimwood s'est bien renforcé cette saison. Benoit Pitte, pourtant 2ème série, bat Bertrand 16/18-15/6-15/12. Victoire du Havre BC chez les dames.

11 et 12 mars. National "A" à Toulouse-Alban Minville. Damien Hardy (ASMSA) n'a pas trouvé de couchette dans le train de nuit et a préféré renoncer. Premier titre national 1ère série pour Joël Guéguen qui bat en finale le racingman (ex-ASMSA) Antoine Lamotte 15/12-15/3. Dans le grand huit final il y a encore Bernard Guillier, Alain Baquet, H Borry, Jacques Leguen, Yves Corbel et Jean-Claude Bertrand. Anne Méniane (RCF) bat Michèle Bontemps (RCF) chez les dames 11/3-11/5. Méniane-Bontemps battent Vollenweider et Bonnor (Toulouse) en double dames et Corbel-Le Houérou battent Guéguen-Leguen. Grand chelem pour Anne Méniane qui gagne le mixte, associée à Jean-Claude Bertrand.

Télégramme :

Joël,

Félicitations. Je suis content pour toi

Tu l'as bien mérité. Amicalement.

Roger


Et c'est signé Grimwood, entraîneur national. Titre mérité ô combien par le lillebonnais qui rendait au bas mot une dizaine d'années à la plupart de ces adversaires. Mais Joël s'était préparé comme il faut : 450 km de cross et 8 H hebdomadaires d'entraînement.

Yves Corbel évoque cette période, parle de sa préférence pour les doubles et de son "magic poignet " :

"En 77-78 j'ai commencé à jouer avec Patrice Le Houérou. On a gagné encore à Wattrelos en 82. J'ai du aussi gagner le mixte avec Yveline Hue à Valence en 1980. Je dois être un des rares joueurs à avoir gagné des titres en double messieurs avec quatre partenaires différents. Mais je n'ai jamais joué pour avoir un palmarès. Cela n'a jamais été mon souci. J'ai toujours joué pour le plaisir. Gagner ça fait un souvenir, mais dans la tête ! Cela ne m'a jamais ennuyé de perdre à partir du moment où le match avait été plaisant. Le jour où je n'aurai plus de plaisir au Badminton, j'arrêterai. J'ai été international mais il ne faut pas me demander combien de fois. Cela n'était pas un but pour moi.

Les matchs en simple ne m'ont JAMAIS intéressé car ils manquent d'ambiance. Je préfère les doubles, d'abord parce que je suis bavard sur le terrain et qu'il me faut de la compagnie ... "Mon poignet !". Aussi loin que je me souvienne mon poignet m'a souvent sorti de situations, pas désespérées mais assez ... délicates ! J'avais la possibilité, soit de façon naturelle, soit parce que je l'avais travaillée sans m'en rendre compte, de me dégager facilement".

A Auckland (Nouvelle-Zélande) le Japon reprend la Coupe Uber en battant l'Indonésie 5-2.

1 et 2 avril, internationaux de France au Havre-Beauville. Organisation signée Raymond Hermier, président de la Ligue de Normandie. 8 nations représentées, avec, comme grand favori, la révélation du "All England", le néo-zélandais Purser. Mais c'est Gregor Berden, le yougoslave, qui gagne contre l'écossais L Douglas. Alison Bryson (Ecosse) bat C Barr (Angleterre) chez les dames. Le DD revient à L Adam et M Jack (Ecosse) contre Bryson et Margaret Gardner. Le DH voit la victoire de Goode (Angleterre) et Purser (Nouvelle-Zélande) contre la paire 100% anglaise Taylor et Bell. Victoire en mixte de Pat Assinder (Angleterre) et Brian Puser (N-Z) contre les écossais L Adam et A Gililand.

Du 9 au 15 avril, championnat d'Europe à Preston en Angleterre.

L'Angleterre gagne la compétition par équipe en battant 3-2 le Danemark. Suivent la Suède et les Pays-Bas.

SH : Delfs (Danemark) bat Kihlstrom
SD : Mlle Lene Koppen (Danemark) bat Mlle Webster (GB)
DH : Stevens et Tredgett (GB) battent Froman et Kihlstrom
DD : Perry et Statt (GB) battent Mme Sutton et Mlle Webster (GB)
DMx : Tredgett et Perry (GB) battent Skovgaard et Koppen (Danemark)

15 et 16 avril. Normandie juniors à Lillebonne. Victoire de Christian Godon (LCH).

25 et 26 avril. 3ème tournoi international de Mont-Saint-Aignan au centre sportif des Coquets le week-end de Pâques. Berden, le yougoslave, confirme en battant Bauduin le belge en SH. Chez les dames victoire de Miclic (Yougoslavie) contre Hansen (Danemark).

29 et 30 avril. Normandie doubles 3ème série et non-classés au Vaudreuil.

"L'Echo du Bad" n8 sort avec quelque retard. "On sent que le Badminton est mûr pour passer dans le grand public" écrit Alain Citolleux qui annonce encore le déménagement de Tom Verstoep pour le sud de la France, à Montpellier. Début de polémique entre Roger Grimwood, entraineur national et Bernard Bonnay à propos de la non-sélection d'Alain Baquet. Point de règlement : un joueur a gagné le droit de choisir le côté du court, son adversaire a-t-il le droit de refuser de prendre le service ? Commentaire de Torsten Berg :

"Refuser de servir est en soi surprenant, mais il ne faut pas oublier que le service n'est pas un gros avantage au Badminton (contrairement au tennis). Aussi est-il psychologiquement important de pouvoir désorienter l'adversaire par ce refus et ... éventuellement confirmer cet avantage psychologique en lui reprenant aussitôt le service après le premier échange. Ceci est surtout utilisé en double où l'équipe qui débute n'a le service que pour un joueur".

6 et 7 mai. National juniors à Morsang-sur-Orge. Christian Godon est éliminé en demi-finale. Dominique Philippon (MS Morsang) s'impose face à Patrick Choël (Cannes) en trois sets disputés. Fabienne Chaboussie (Morsang) remporte le titre devant Mlle Gibon-Malleze (HBC).

Même jour à Morsang, national vétérans. Bernard Lechalupé (FENB) bat le bolbécais Mallard. En double hommes, André Vallet et Bernard Lechalupé battent les parisiens Guillier et Vincent.

La commission classement se réunit le 27 mai au siège du Racing pour toute une journée consacrée à l'étude et à l'établissement du classement national à l'issue de la saison. Mais où sont passées les feuilles de performance ?

Commission Nationale des Classements

[...] Tout d'abord, il doit être noté que les délégués régionaux ont rencontré d'énormes difficultés pour obtenir le maximum de feuilles de performances, car, pour certains dirigeants de clubs, il n'y a pas encore de prise de conscience de l'importance que revêt la rédaction de ces feuilles. Il serait souhaitable que [...]

Nous indiquons ci-après les feuilles de performances sur lesquelles nous avons travaillé (entre parenthèses les chiffres de l'année 77) :

- Ile-de-France 48 feuilles de performances (30)
- Normandie 238 feuilles de performances (193)
- Sud-Est 43 feuilles de performances (?)

- Midi-Pyrénées 11 feuilles de performances (22)

Il faut souligner, par exemple, que concernant l'Ile-de-France, sur 48 feuilles reçues, 40 provenaient du Racing et 8 de Colombes ! La commission envisage également sérieusement la création d'un classement national réservé aux vétérans et préconise "... à niveau égal, favoriser les jeunes pour leur permettre de s'attaquer plus rapidement au niveau supérieur ...". La première réponse à ce souhait tombera dès le 6 juin en provenance du club de Cannes :

Monsieur,

Lors de la remise des feuilles de propositions de classements à Mr Vollenweider, j'avais proposé la montée en 3 série de Patrick et Patricia Choël. Or je viens d'apprendre, tout-à-fait par hasard, que Patrick avait été proposé 2ème série. Je ne suis pas d'accord et ce pour plusieurs raisons. La plus importante est que Patrick qui vient d'avoir 15 ans le 1er juin n'est pas, morphologiquement parlant, prêt pour affronter le rythme des 2 séries. [...] Si je leur fais pratiquer le sport, ce n'est pas pour en tirer une certaine gloriole ni pour se démolir la santé, mais au contraire pour se maintenir en parfaite condition physique [...].

Le Président F Choel

Sage et modeste père de Patrick. Vingt ans après ce courrier Patrick Choël est toujours sur les courts de N3 avec les Loisirs Havrais, classé B2. Jean-Pierre Henri de la commission classements a la délicatesse de répondre personnellement en précisant que le classement ne dépendait pas de l'âge du joueur mais d'un niveau atteint et que cela se produisait aussi au tennis pour des plus jeunes.

Finalement la commission ad hoc publie le classement national après la saison : 1/Guéguen ; 2/Lamotte ; 3/Bertrand ; 4/Baquet et Didier Simon ; 6/H Borry et Yves Corbel ; 8/Norbert Quesnel ; 9/Leguen ... et chez les dames : 1/ Bonnay ; 2/ Méniane ; 3/ Bontemps et Bonnor; 5/ Vollenweider ; 6/ Lechalupé ; 7/ Hue.

Le Comité Français de Badminton, en la personne de M Haim dresse un tableau récapitulatif de l'etat des licences 1977-1978 au 10 juin : 50 clubs pour 2065 licenciés. Le comité de L'Ile de France (sens géographique très large), avec 22 clubs et 953 licenciés arrive en tête. Les clubs sont : Racing CF, ES Colombes, CEBA Strasbourg, TAC, Groupement Sportif des Professeurs, AS Chatou, SC Choisy, JPA, CSM 20ème arrondissement, Villepreux, Saumur, Reims, Morsang Sports, AS Clichy, Volontaire de Juvisy, CCFJ, AS Mesnil, Esso, Avia, RS Champigny, Liancourt et Aubigny. Le comité normand suit avec 18 clubs et 764 licenciés. Puis le Sud-Est : CSB Cannet-Rocheville, Valence, Cannes, Dijon, BC Fosséen, BC Antibes et UGAP Bourg de Péage, soit 7 clubs pour 312 licnciés. Enfin le Sud-Ouest avec 2 clubs, l'AS Motorola et l'Olympe de Toulouse pour 36 licenciés !

Le Racing reste le premier club (209 licenciés) devant Morsang (136), le Havre LC (135), le Havre BC (87), Lillebonne (86), Colombes (85) et Bourg de Péage (82).

Juillet 78. Numéro 9 de "L'Echo" (dernier numéro de la collection de Bernard Lechalupé). "Tango du Badminton" écrit Alain Citolleux : un pas en avant, un pas en arrière. Arrivée du Bad' au Laetitia de Nantes et à Tours. Carnet rose : naissance de Vanessa Brunet le 1er juin. Raymond Hermier a reçu la médaille de bronze de la Jeunesse et des Sports. Polémique avec l'IBF : la France a envoyé un "observateur" à une réunion de la World Badminton Federation ! Enfin les "Trucs d'Oncle Antoine" (Lamotte) pour économiser les volants, traduit du Badminton Gazette de février :

"L'important est moins de laisser les boîtes verticales pour éviter une déformation des volants que de les maintenir dans une atmosphère humide afin de diminuer leur raideur [...]. L'une des possibilités est de faire bouillir une casserole d'eau, de vider la boîte de volants puis de placer chaque volant dans la vapeur d'eau pendant 2 secondes. Plus longtemps risquerait de détruire la colle des volants [...]. Une méthode que je trouve très pratique pour conserver les volants humides est de coller un morceau d'éponge sur le couvercle supérieur du tube et de maintenir celui-ci humide. Ceci nécessite un tube dont l'intérieur est garni d'une feuille d'aluminium [...]. Si vous ne pouvez avoir de tels tubes, ne désespérez pas. Il est possible de laisser le tube vertical dans une casserole avec un peu d'eau (après avoir enlevé les 4 ou 5 volants du bas, nous voulons des volants humides et non détrempés) [...]. Une quatrième possibilité qui est également simple est la suivante : après avoir enlevé du tube quelques volants, placer à chaque extrémité du tube une boule de papier journal humide [...]."

... Et page 3, le leitmotiv de la création d'une fédé :

"A propos de tennis, vous vous demandez ce que devient l'idée de création d'une fédération de BADMINTON détachée (à nouveau) du tennis ... Là aussi, quelques éléments récents laissent penser que ce projet va se réveiller, mais les démarches devront être plus nombreuses et la recherche de solution plus orientée sur la mise en route de la fédération à une date choisie en accord avec la fédération de tennis et les services de la Jeunesse et des Sports. Pensez dès à présent aux candidatures pour les élections régionales qui détermineront les représentants au Comité Français de Badminton au début 79 [...]".

Alain Citolleux l'a voulu aussi la FFBA !

1978. Le polonais Karol Wojtyla devient pape sous le nom de Jean-Paul II. Les Pays-Bas, sans Cruyff, sont battus en coupe du monde par les argentins de Kempes. Jacques Brel nous quitte. Premier bébé-éprouvette en Angleterre. Sadate et Begin, prix Nobel de la Paix.